Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

J.N.B.L.

Ukraine: Informations concernant les exécutions sommaires

Communication de notre partenaire


Au terme d’une enquête menée sur les allégations d’homicides délibérés ou commis dans des conditions évoquant des exécutions par les séparatistes pro-russes et les forces pro-ukrainiennes, Amnesty International a recueilli des preuves attestant d’actes isolés imputables aux deux camps, mais qui n’ont pas l’ampleur dénoncée par les médias et les autorités russes.


ukra_1.mp3 Ukraine.mp3  (210.61 Ko)

Dans son rapport intitulé "Summary killing during the conflict in eastern Ukraine", Amnesty International présente les conclusions des recherches menées dans l’est de l’Ukraine (dans le Donbass) fin août et fin septembre 2014 et des entretiens avec des victimes d’atteintes aux droits humains et leurs familles, des témoins, des responsables locaux dans les régions de Louhansk et de Donetsk, des soignants et des combattants des deux camps.

"Il ne fait aucun doute que des atrocités et des homicides sommaires sont commis par les séparatistes pro-russes comme par les forces pro-Kiev dans l’est de l’Ukraine. Toutefois, il est difficile d’établir avec précision leur ampleur. Beaucoup n’ont sans doute pas encore été signalés, tandis que d’autres sont présentés de manière erronée. Certaines affaires des plus choquantes qui ont été exposées au grand jour, notamment par les médias russes, ont été très largement exagérées. Au lieu de désigner ceux d’en face comme responsables de ces atteintes aux droits humains, les deux camps devraient enquêter sur les homicides évoquant des exécutions commis par les forces qu’ils contrôlent et s’efforcer d’y mettre un terme"
, a déclaré John Dalhuisen, directeur du programme Europe et Asie centrale d’Amnesty International.

Le 23 septembre, les médias russes ont relayé la découverte de charniers à Komounar et Nijnaïa Krinka, deux villages voisins dans la région de Donetsk, qui deux jours auparavant étaient encore aux mains des forces contrôlées par Kiev. Selon ces médias, on a exhumé des corps de femmes présentant des marques de torture et le corps d’une femme enceinte. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, aurait plus tard déclaré que plus de 400 cadavres avaient été découverts dans des fosses dans ce secteur et aurait réclamé la tenue d’une enquête internationale.

Une délégation d’Amnesty International s’est rendue sur place le 26 septembre. Elle a pu confirmer que les forces contrôlées par Kiev étaient impliquées dans l’exécution extrajudiciaire de quatre hommes enterrés dans deux tombes près du village de Komounar. Cinq autres corps ensevelis dans une seule tombe non loin de là ont été identifiés comme étant des combattants séparatistes. Amnesty International s’est entretenue avec des membres de leur unité qui ont déclaré qu’ils avaient été tués au cours des hostilités.



28/10/2014




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 112





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :