Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Un prince saoudien gracie un condamné à mort


En Arabie Saoudite, le meurtre d’un citoyen, avec ou sans préméditation, est passible de la peine de mort. Mi-décembre, un membre de la famille royale saoudienne a joué les médiateurs et évité la décapitation à l’un de ses sujets.


Le prince saoudien d’Asir, Faisal bin Khaled bin Abdul Aziz. Photo (c) Imam Muhammad ibn Saud Islamic University
Le prince saoudien d’Asir, Faisal bin Khaled bin Abdul Aziz. Photo (c) Imam Muhammad ibn Saud Islamic University
un_prince_saoudien_gracie_un_condamne_a_mort_1.mp3 condamné à mort gracié.mp3  (845.75 Ko)

Faleh Al Subai, condamné à mort il y a deux ans pour avoir tué Abdul Aziz Al Muneef lors d’un combat dans la province sud d’Asir, devait être exécuté dans les semaines à venir.
Le prince saoudien d’Asir, Faisal bin Khaled bin Abdul Aziz, est intervenu en jouant les médiateurs en faveur du prisonnier. C’est en persuadant la famille de la victime de pardonner au criminel en échange du diya (argent du sang) que le détenu a évité de peu la décapitation.
D’après le journal Sabq, l’accusé devrait passer en jugement cette semaine.

En Arabie saoudite, le montant de la compensation est basé sur l’estimation de la responsabilité du criminel et sur la religion de la victime. Le diya est une somme due non seulement en cas de meurtre, mais aussi en cas de mort non naturelle, comme un accident de la route, un accident du travail, ou encore un incendie pour autant qu’on puisse en imputer la responsabilité à un tiers.

La loi saoudienne est très stricte en ce qui concerne les assassinats: un meurtrier ne peut éviter la peine de mort que si la famille de la victime lui pardonne et accepte le diya en échange. Les sommes sont définies comme suit: 100.000 riyals* pour un homme de confession musulmane, 50.000 pour une femme musulmane, 50.000 riyals pour un homme chrétien ou juif, 25.000 riyals pour une femme chrétienne ou juive, 6.666 riyals si l’homme est de toute autre confession et 3.333 riyals si la femme est d’une autre religion.

* 1 riyal saoudien = 0,19484472 euro

26/12/2013




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 31





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :