Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

Unorthodox : Deborah Feldman raconte l'histoire vraie derrière la série


Par Rédigé le 23/07/2020 (dernière modification le 23/07/2020)

Disponible depuis le 26 mars dernier sur Netflix, la série connaît un véritable succès, si bien qu'elle fait désormais partie du top 10 des contenus de la plateforme les plus visionnés en France.


Mariée de force à dix-neuf ans, elle fera tout pour s'échapper à son calvaire

Une jeune fille rêve de liberté et choisit de tout quitter pour partir à Berlin (C) Netflix
Une jeune fille rêve de liberté et choisit de tout quitter pour partir à Berlin (C) Netflix
Dans la mini-série de Netflix, Unorthodox, Esther Shapiro apparaît forte, déterminée à fuir sa communauté juive ultra-orthodoxe et recluse de Williamsburg, à Brooklyn. Elle part, sous nos yeux, sans valise et presque sans le sou. "Esty" n'a que dix-neuf ans quand elle envoie valser son monde et s'aventure seule dans Berlin, alors qu'elle n'avait jamais quitté son quartier et la communauté de Satmar depuis sa naissance.

Choc des cultures dès son arrivée, le monde entier est à apprivoiser pour Esty qui parle davantage le dialecte presque disparu yiddish que l'anglais universel, ne sait pas se servir d'un moteur de recherche et n'a jamais rencontré d'autre homme que le mari qu'on lui a imposé.

Le personnage fictif d'Esther Shapiro, interprété puissamment par l'actrice israélienne Shira Hass, est inspiré d'une personne réelle : l'auteure Deborah Feldman. Unorthodox, série en quatre épisodes d'Anna Winger, s'inspire en effet très largement de son vécu, que l'émancipée a elle-même révélé dans un récit autobiographique, Unorthodox : the scandalous rejection of my Hassidic roots, best-seller dès sa sortie aux États-Unis en 2012.

Pour comprendre l'histoire véritable derrière la fiction, nous avons contacté Deborah Feldman. Âgée de 33 ans, mère d'un adolescent, elle vit toujours à Berlin. Entretien avec une femme qui se sentait "différente".

"Je ne trouve rien de positif à dire sur les communautés hassidiques qui fonctionnent à l’oppression et au mensonge"

Un mariage forcé à 17 ans (C) Netflix
Un mariage forcé à 17 ans (C) Netflix
La jeune Américaine a réussi à rompre les liens avec la communauté juive ultraorthodoxe de Brooklyn qui l’a privé de vivre pendant les vingt premières années de sa vie. A présent, elle habite à Berlin où se regroupent les rebelles des communautés hassidiques. Deborah Feldman, est née pour écrire. Sa productivité est immense, "jusqu’à 40 000 mots par jour", sans oublier qu'elle en est à quatrième livre. "J’écris maintenant en allemand", signale-t-elle avec modestie. "Je m’y sens à l’aise. Il y a tant de similarités avec le yiddish, ma langue maternelle". Ses deux premiers livres, Unorthodox et Exodus, ont été rédigés en anglais alors qu’elle vivait encore à New York. Mais, depuis son arrivée en Allemagne en 2014, la jeune femme ne jure plus que par l'allemand. De plus, dès qu’une actualité reliée au judaïsme émerge, Feldman est demandée. Dans ce pays où le passé pèse plus lourd qu’ailleurs, la jeune femme de 33 ans fait sensation. Selon eux, la Shoah serait la réponse de Dieu face à l’émergence des premiers mouvements sionistes du début du XXe siècle. "J’ai grandi avec une idéologie fondée sur l’Holocauste. Tout en découlait et tout pouvait y être ramené", explique Deborah Feldman sur une terrasse ensoleillée de Berlin. "A l’école, nous apprenions que Dieu envoya Hitler pour punir l’assimilation croissante des juifs. Afin d’éviter qu’un événement similaire ne se reproduise, nous devons vivre en juifs modèles, comme dans le passé, en retrait de la société". Son premier livre, Unorthodox, décrit les multiples restrictions qui jalonnèrent son enfance, son mariage arrangé puis, enfin, sa fuite dans le monde libre accompagnée de son fils de 3 ans.

Les hommes et les femmes divisées

Une série à regarder en toute urgence (C) Netflix
Une série à regarder en toute urgence (C) Netflix
Les fondamentaux de la croyance hassidiste est de «ne rien changer» ou de continuer à suivre le même mode de vie suivi qui a été établi au début de la création du mouvement de renouveau religieux fondé au XVIIIᵉ siècle en Europe de l'Est. Les juifs hassidiques croient que la Torah, les cinq livres de Moïse, est la parole littérale de Dieu. D'après les écrits de la Torah, les rôles des individus restent traditionnels; les femmes et les hommes doivent être séparés, en particulier dans le culte et à l’école. Les enfants fréquentent des écoles privées, où ils passent beaucoup plus de temps à étudier leur religion qu’à apprendre des matières enseignées dans les écoles publiques, selon The Forward (un journal juif américain publié à New York). Les mariages arrangés sont une habitude chez eux, la plupart des Juifs hassidiques concluant un mariage arrangé après s’être réunis seulement quelques fois avant la cérémonie, a rapporté Haaretz ( l'un des quatre plus grands quotidiens nationaux en Israël). Le plus important dans ce mouvement religieux reste le fait de fonder une famille rapidement après le mariage, car la Torah demande aux adeptes « être fructueuses et de se multiplier », c'est pour cela que l’incapacité d’Esty à tomber enceinte pendant la première année de son mariage, devient un grave problème au sein de sa communauté. Les communautés juives hassidiques sont non seulement très traditionnelles, mais elles sont extrêmement soudées, ce qui signifie que le départ pour une vie laïque est rare. Ceux qui choisissent de quitter la communauté sont souvent rejetés par leur famille, ostracisés par leurs amis et privés de la garde de leurs enfants. « Il faut énormément de courage, de savoir-faire et de bravoure », a déclaré à The Cut l’ancienne juive orthodoxe Lynn Davidman concernant son départ de la communauté hassidique. «On leur enseigne que le monde extérieur est dangereux, qu’ils doivent rester unis parce que Dieu les a choisis, et s’ils ne suivent pas les commandements de Dieu, ils seront terriblement punis. Ils grandissent avec une peur énorme. »

Demander le divorce, c'est prendre le risque de se faire renier par la communauté

Déborah Feldman avec son ex-mari et leur fils (C) worldtopbuzz
Déborah Feldman avec son ex-mari et leur fils (C) worldtopbuzz
Le divorce dans cette communauté est d'une grande rareté. Lorsque son mari demande le divorce, Esty n'en revient pas, c'est à ce moment précis qu'elle tentera de s'échapper en construisant un plan. À son arrivée en Allemagne, elle a très peu de biens à son nom, peu d’éducation et ne connaît pratiquement personne dans le pays. Elle se lie rapidement d’amitié avec des étudiants de son âge dans un conservatoire de musique. Cependant, des ennuis s’ensuivent lorsque son mari et son cousin, ayant l’intention de la ramener à Williamsburg, viennent la chercher après avoir appris sa grossesse.

Esty demande une bourse spéciale au conservatoire de musique réservé aux étudiants de circonstances extraordinaires. Dans le dernier épisode, elle auditionne pour une place à l’école, chantant la chanson préférée de sa grand-mère ainsi qu’une chanson hébraïque de son mariage. L’épisode se termine sans montrer si la bourse lui a été offerte, mais la réaction du comité semble globalement positive, chaque membre étant visiblement ému. Bien que le résultat reste illimité, la série se termine sur une note d’espoir, suggérant que de bonnes choses sont encore à venir pour Esty.

Bien que Feldman ait joué un rôle informel dans la réalisation de la mini-série, comme le montre Making Unorthodox, le court-métrage documentaire décrivant la création de la série, ces événements à Berlin sont le lieu où les histoires d’Esty et de Feldman divergent. Dans le documentaire, les cinéastes expliquent que seule la vie d’Esty à Williamsburg est basée sur la vie de Feldman, tandis que sa vie à Berlin est entièrement une fiction.

« Nous avons eu beaucoup de discussions sur le moment où vous pouvez sacrifier la précision et quand non », a expliqué Feldman au New York Times. « Nous avons convenu que vous pouvez sacrifier la précision tant qu’elle n’a pas d’impact sur le récit. »

Comme Esty, Feldman est né dans la communauté satmarique hassidique de Williamsburg. Selon ABC News, Feldman a été élevée par ses grands-parents, qui sont des survivants de l’Holocauste. Son père était mentalement malade; pendant ce temps, sa mère l’a abandonnée, a quitté la communauté et est sortie plus tard lesbienne.

Feldman a conclu un mariage arrangé sans amour à dix-sept ans. Elle a également souffert de vaginisme, ce qui a compliqué son mariage ou sa grossesse, ce qui a provoqué des tensions avec son mari et sa famille.

« Le plus grand malheur social dans cette communauté est l’infertilité », a déclaré Feldman à Electric Literature. «C’est un motif de divorce. Les femmes qui ne peuvent pas produire d’enfants sont reléguées à la position la plus basse possible dans la société, elles sont considérées comme complètement inutiles, sans but, sans valeur. »

Comme Esty, Feldman est finalement tombée enceinte. Elle a donné naissance à son fils en 2006, puis a déménagé avec son mari et son enfant à Yonkers, New York, où elle a étudié la littérature au Sarah Lawrence College. Avec le soutien de professeurs et d’amis de Sarah Lawrence, elle a quitté son mari et la communauté Satmar en 2009, emmenant son enfant de 3 ans avec elle et déménageant à Manhattan. Comme Esty, elle a déménagé en Allemagne, mais pas avant 2014.

Aujourd’hui âgée de 33 ans, Feldman reste à Berlin avec son fils. Elle a publié un deuxième mémoire, Exodus, détaillant sa vie après avoir quitté la communauté juive hassidique. Bien que les premiers mémoires de Feldman et la série divergent dans l’intrigue, ils illustrent tous les deux la vie conservatrice et oppressive que mènent souvent les femmes hassidiques modernes, et comment le rejet de leur communauté peut être extrêmement difficile, mais extrêmement libérateur. Comme Feldman l’a dit à NPR, l’histoire d’Esty et sa propre histoire parlent de l’émancipation de l’étouffement du passé.

« Je laisserai le passé reposer pour que je puisse aussi avoir une vie … », a déclaré Feldman. « Pour que mes grands-parents survivent pour une raison – pas pour que nous puissions souffrir. »
enfermee_dans_sa_communaute_pendant_vingt_ans.mp3 Enfermée dans sa communauté pendant vingt ans.mp3  (894.33 Ko)









ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES





Les derniers articles




Recherche

L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  



Facebook