Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

M.R.

Vanitas - Expo à la Maison de l'Amérique Latine de Monaco


Les œuvres de la série Vanitas du photographe américain Peter Honig puisent leur inspiration dans la Nature Morte européenne, la sculpture conceptuelle californienne, et l'imagerie publicitaire internationale pour créer un hybride artistique unique, propre au vingt-et-unième siècle.


L'oeuvre titre de l'exposition Vanitas. Photo (c) DR
L'oeuvre titre de l'exposition Vanitas. Photo (c) DR
Le processus créatif d'Honig débute par la collection d'objets divers; jouets abandonnés, appareils ménagers cassés, et fragments de métal, trouvés au dépotoir et au bord des routes. L'artiste possède plusieurs milliers de ces déchets, qu'il étale à travers son studio à Berkeley en Californie, et, au fil du temps, il découvre des affinités entre les divers objets, et les combine en scénarios sculpturaux libres.

Il photographie ensuite ces assemblages, dans une lumière vive, sur fond blanc, selon les conventions de la photographie de produits commerciaux. Cette technique donne aux œuvres une qualité nette et dramatique qui va à l'encontre de la nature grossière des assemblages, et les insère dans "l'espace du désir consumériste" dans lequel le public moderne est conditionné à recevoir l'information. Attirant ainsi notre attention sur des produits de son imagination, plutôt que sur des biens de consommation, Honig libère l'espace photographique de sa fonction utilitaire et le réinvente comme espace de critique sociale et de satire.

Le titre de la série, Vanitas, fait référence au genre traditionnel de la peinture de ce nom. La réinvention et la modernisation ironiques qu'Honig fait de ce genre lui permettent d'examiner certains thèmes de la mortalité, de la nature de la conscience, du passage du temps, et de l'amour, avec une intensité hallucinatoire.

Toutes les œuvres de cette série font 75 cm de large sur 100 cm de hauteur. Ce sont des éditions limitées, faites par giclée sur papier qualité d'archive, montées sur aluminium et recouvertes d'une protection UV laminée. Elles sont suspendues dans des cadres d'aluminium de 5 cm de profondeur.

Exposition à la Maison de l'Amérique Latine de Monaco du 19 mai au 5 juin 2010

Photo (c) Eva Esztergar
Photo (c) Eva Esztergar

Photo (c) Eva Esztergar
Photo (c) Eva Esztergar


21/05/2010




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 112





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :