Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Vin, amour et fantaisie à l’Opéra de Monte-Carlo


Un spectacle acrobatique, frais, lumineux, enlevé.


Nathalie Stutzmann au pupitre, la révélation de la soirée

Photo courtoisie (c) Mariangela Sicilia
Photo courtoisie (c) Mariangela Sicilia
elixir_d_amour_monte_carlo.mp3 Elixir d amour Monte Carlo.mp3  (52.37 Ko)

Quarante et unième opéra de Donizetti, "L’élixir d’amour" est un charmant récit aux tons délicats qui met en scène un marivaudage non dépourvu d’une certaine cruauté. Son but, qui est simplement de divertir est parfaitement atteint avec la production lausannoise signée par Adriano Sinivia.
Pour lui, l’ouvrage, "comme le veut le livret, se passe à la campagne, parmi les champs de blé. Mais au plus profond de ceux-ci, tout en bas, au ras des pâquerettes, vit toute une civilisation d’êtres minuscules, avec ses rituels de tri sélectif, ses us et ses coutumes, récoltant et recyclant tout ce qu’elle peut trouver chez les Hommes ou ce qui a été abandonné par eux."

Adina et Nemorino chez les Minimoys, il fallait y penser! L’idée tient la route. Le propos pourra paraître pour certains quelque peu tiré par les cheveux, mais il sert néanmoins de prétexte à des décors grandioses (Cristian Taraborelli) représentant côté cour la roue d’un tracteur, des épis de blé (côté jardin) ou encore une boîte de conserve d’où sortira une soldatesque irrésistible de drôlerie.
La vidéo, beaucoup utilisée, comique à souhait, achève de nous séduire.

Qu’on adhère ou non aux idées du metteur en scène, il n’en reste pas moins que le spectacle acrobatique est enlevé, frais, savoureux, pétillant, élégant, burlesque, poétique, avec une caractérisation en profondeur de chaque personnage et une direction d’acteurs mitonnée aux petits oignons.
Adriano Sinivia arrive même à tirer cette paysannerie musicale vers l’opérette ou le musical américain tout en respectant à une note près une musique plus difficile qu’il n’y paraît. Car ici, le rire est bien proche des larmes, le musicien bergamasque illustrant et inaugurant de belle manière, en 1832, l’esthétique de l’opéra semiseria sur un livret des plus réussis de Felice Romani.
Tant il est vrai qu’au théâtre, comme à l’opéra, lorsque chacun des protagonistes trouve sa juste place il ne peut offrir que le meilleur de lui-même, avouons notre plaisir à n’adresser aucun reproche à la distribution.
Enfin, si, un petit, pour le ténor Stefan Pop, vingt-sept ans aux prochaines moissons, nounours gauche, balourd, benêt comme le veut la tradition, vaillant parfois, soucieux de contrastes et de phrasé, mais qui loupa totalement son "tube" par une suavité pas toujours dans la portée.
Mariangela Sicilia, Adina mutine, super-vitaminée, espiègle, séduit par son naturel et son chant léger et solide à la fois, cristallin, tout en nuances, fait de pianissimi et son filé lumineux.
Belcore, on le sait, est un personnage ridicule, parfois grotesque et George Petean, baryton aux moyens considérables, au timbre rond et haut placé, le joue avec aplomb, drôlerie, une grande correction musicale et des aigus sidérants.
Précédée d’un clairon plus caserne que nature, l’entrée du charlatan Dulcamara, juché sur sa drôle le machine publicitaire, à la tchatche impressionnante, tape dans le mille. Le sympathique Adrian Sampetrean, de son timbre de bronze, allie de belle manière prestance vocale et verve bouffe.
On oublie parfois de parler des chœurs de l’Elisir. Aux côtés de Vannina Santoni, Giannetta d’une exquise couleur vocale, ils s’imposent par leur efficacité et leur naturelle musicalité.

Nous avons gardé la meilleure pour la fin. Pour sa première vraie direction d’un ouvrage belcantiste, Nathalie Stutzmann (ovationnée comme jamais par le Philharmonique de Monte-Carlo radieux, retrouvé, complice, comme en lévitation), dans un bel équilibre fosse-plateau, évite de couvrir les voix, distille les mille subtilités de la partition et ne se contente pas d’assurer un simple fond d’accompagnement. C’est précis, nuancé, truffé de drôlerie et de délicatesse. Venant d’une baroqueuse estampillée, chapeau bas!


23/02/2014




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 112





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :