Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

8 mars, Notre passion c’est Châlons donne la parole aux femmes


Par Le Podcast Journal Rédigé le 09/03/2020 (dernière modification le 09/03/2020)

À l’occasion de la Journée internationale des droits de la femme appelée plus communément "Journée de la femme", celles-ci sont mises à l’honneur chaque année, le 8 mars. Si cette date a été officialisée par les Nations unies en 1977, c’est l’occasion de faire un bilan de la situation entre les femmes et les hommes. C’est justement ce que propose Rudy Namur, tête de liste de Notre passion c’est Châlons, candidat aux élections municipales de la ville de Châlons-en-Champagne (51). Pourquoi est-ce important pour le socialiste de laisser la parole aux Châlonnaises ? À l’échelle des collectivités, le maire a-t-il des moyens d’actions pour favoriser l'égalité hommes femmes ? Le local de campagne de Rudy Namur fait la part belle à la condition féminine à Châlons. Tour d’horizon.


"On doit toutes et tous être féministes"

Le 8 mars, Rudy Namur, tête de liste de Notre passion c'est Châlons s'est entouré de femmes pour échanger sur la condition féminine à Châlons © Monica rédige pour vous
Le 8 mars, Rudy Namur, tête de liste de Notre passion c'est Châlons s'est entouré de femmes pour échanger sur la condition féminine à Châlons © Monica rédige pour vous
À travers cet échange entièrement consacré à la condition féminine à Châlons-en-Champagne, Rudy Namur, candidat aux prochaines élections municipales à la mairie de Châlons ne mâche pas ses mots : "on doit toutes et tous être féministes, hommes comme femmes. On doit être militants du féminisme et soutenir encore plus les femmes en fragilité".
Là-dessus, le candidat socialiste est clair. Il y a réellement des choses à construire et à améliorer. D’autant plus que l’accompagnement des plus fragiles fait partie intégrante de son projet municipal.
Avec son équipe, il souhaite relever ce défi et laisser la parole aux Châlonnaises. Ces femmes qui sont venues nombreuses pour faire un bilan de la situation n’avaient pas non plus leurs langues dans leurs poches. Tour d’horizon des doléances.

À emplois égaux, salaires inégaux

De cette rencontre, c’est ce constat qui a été le plus évoqué et remis sur la table. Delphine, employée de magasin s’exprime : "j’ai entendu dire qu’une femme avec des responsabilités devait se montrer dix fois plus forte qu’un homme pour être appréciée et reconnue dans son métier".
Elle conclut en se désolant qu’en 2020, cela soit vraiment dommage. Samia, directrice d’école va plus loin "il faudrait que les femmes accèdent aux mêmes postes que les hommes et cela, à salaires égaux".
Aujourd’hui, ce n’est pas le cas dans tous les domaines d’activités. Pascale, adjointe administrative et membre d’une association de quartier dénonce un fait toujours présent, même au XXIe siècle : "De nombreuses femmes sont soumises à leurs maris et ont encore peur de prendre la parole…".

Si le candidat à la mairie de Châlons est sensible à ce bilan que certain.es qualifient de "désastreux", a-t-il à l’échelle des collectivités, des moyens d’actions pour remédier à cela ?
l__importance_d__un_echange_dediee_a_la_journee_de_la_femme_selon_rudy_namur.wav L'importance d'un échange dédiée à la journée de la femme selon Rudy Namur.wav  (18.82 Mo)


Projet d’un label égalité professionnelle à la ville et à l’agglomération

"Au niveau des collectivités, nous devons être exemplaires. Il va falloir déjà que l’on fasse un audit, que nous identifions la situation de la mairie de Châlons et de la Communauté de communes. Je pense notamment aux contractuels car il serait normal et logique qu’à diplômes équivalents, les salaires soient égaux", explique Rudy Namur. Il propose de créer un label "égalité professionnelle" à la ville de Châlons et à l’agglomération.

L’organisateur de cet atelier tourné vers la condition féminine espère également que les Châlonnaises s’empareront de la ville par des projets notamment financés par des budgets participatifs.

La journée de la femme ou l’occasion de faire un bilan

L'atelier de la condition féminine a été couvert par une femme © Notre passion c'est Châlons
L'atelier de la condition féminine a été couvert par une femme © Notre passion c'est Châlons
Pour Benjamin X, participant de cet atelier, c’est "’occasion de faire le bilan des actions menées et à mener tous les jours en direction des femmes aussi bien dans la société, dans les entreprises et dans les familles".
Justement concernant les familles, Christelle Cramoisy, agent immobilier reconnaît que dans la génération des trentenaires, les femmes sollicitent davantage leurs compagnons pour les aider dans les tâches ménagères et elle pense que "cela fait aussi écho à l’histoire de leurs mères qui étaient plutôt dans une soumission et répondaient un peu à toutes les demandes pour privilégier la carrière de leur conjoint".
Martine Thibert, responsable administrative et financière en cabinet de courtage en assurances rejoint l’idée de Christelle en affirmant que des efforts ont été faits en France : "les femmes sont plutôt libres mais il reste un point sensible... l’égalité des salaires entre les hommes et les femmes et bien évidemment la représentativité de la femme dans les postes à responsabilité et hautes fonctions".

Oui mais il y a des réalités à ne pas oublier... celles des freins à l’insertion professionnelle.
temoignages_a_la_suite_du_debat_condition_feminine_a_chalons.wav Témoignages à la suite du débat_Condition féminine à Châlons.wav  (15.64 Mo)


Plus de chances pour les mères isolées

Quand on parle de freins à l’insertion professionnelle, on parle de la garde des enfants. Comment faciliter la garde des plus jeunes de manière à ce que les familles monoparentales puissent aller au travail tout en ayant les meilleures conditions de garde pour eux ? Qu’en est-il des tarifs des cantines scolaires et des transports en communs ?

À cela, Rudy Namur a un programme phare pour lutter contre la précarité. Il veut redonner du pouvoir d’achat pour un Châlons plus solidaire. Les femmes en situation de précarité pourront par exemple bénéficier de la gratuité ciblée des transports urbains et obtenir une tarification de cantine à partir de un euro mais aussi répondre à une urgence... celle d’installer des distributeurs gratuits de protections périodiques dans les sanitaires des lieux gérés par la ville et le Centre Communal d'Action Sociale.


 

Si les études statistiques sur le territoire de Châlons parlent d’elles-mêmes en mettant l’accent sur les injustices qui touchent principalement les femmes, une autre question a été soulevée lors de ce débat... "Aujourd’hui, on devrait pouvoir s’habiller comme on le souhaite, quand on le souhaite et comme on en a envie".
Le harcèlement sexiste et les violences faites aux femmes sont aussi de tristes réalités.
Il y a encore du chemin à parcourir...









ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES









Recherche

L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            



Facebook