Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

AEPHA: Les acteurs de l'Alliance Wash-Bénin à l'école de la durabilité financière


Dans le cadre de la mise en œuvre du programme de l'Alliance Wash, les organisations membres et celles actives dans le secteur AEPHA (Approvisionnement en Eau potable, Hygiène et Assainissement) dans le septentrion, les mairies des quatre communes bénéficiaires, les entrepreneurs locaux et les Institutions de micro-finance (IMF), étaient en session de formation à l’Hôtel Soleil d’Afrique de Parakou du 5 au 7 décembre 2012.


Les participants au cours de l'un des travaux pratiques. Photo par Alain Tossounon
Les participants au cours de l'un des travaux pratiques. Photo par Alain Tossounon
Portant sur le thème "durabilité financière de WASH" et sous la conduite du cabinet néerlandais Waste, l’atelier édifiant en échanges, a été pour les acteurs/entrepreneurs comme pour les IMF mis face-à-face, une occasion de découvrir les opportunités d'affaires encore inexplorés dans le secteur. Et au-delà, de s'exercer à l'élaboration de plans d'affaires et à leur défense grâce à un jeu de rôles riche en enseignements.

Gouvernés par cinq principes fondamentaux (Financier, Institutionnel, Environnement, Technologique et Social) appelés principes FIETS, les actions de l’Alliance WASH néerlandaise (DWA) et celles du Bénin, visent essentiellement à identifier de nouvelles opportunités de financement. Un travail d'arrache-pied qui passe par l'amélioration des connaissances et le renforcement des capacités des organisations membres au Bénin (BUPDOS, CEBEDES, DCAM-Bethesda, EAA, Helvetas, PNE-Bénin et Protos-Bénin). Mais également et surtout, de tous les acteurs nationaux et locaux qui interviennent dans le secteur AEPHA. C'est l'enjeu de la session de formation de Parakou qui a mobilisé, en dehors des autorités locales des communes d'intervention de l'Alliance et des organisations et structures du secteur, les entrepreneurs locaux et les IMF. Un face-à-face inédit acteurs du secteur Wash et IMF qui se justifie selon le Coordonnateur national de l'Alliance Wash, Albert Chabi Eteka, par la nécessité d'inscrire les actions des acteurs dans la durabilité. Une initiative innovante qui ambitionne de mettre fin aux pannes ou au manque de ressources. Une situation à laquelle les acteurs Wash sont souvent confrontés pour un secteur aussi vital que celui de l'eau, l'hygiène et l'assainissement. De même, dans un contexte marqué par la dépendance financière mais aussi par la crise financière (les Pays-Bas, acteurs importants du secteur Wash au Bénin, réduiront de 25% leurs financements dans les années à venir). Afin de vaincre la fatalité, il y a lieu d'imaginer et d'inventer d'autres formes de financement des actions Wash face aux besoins cruciaux. Ainsi, pour le Coordonnateur Albert Eteka, la session de formation vient en réponse aux questionnements ayant trait à l'accès aux sources de financement nationaux disponibles. D'où la présence des IMFs à cette session de formation.

Dans une partie introductive faite d'exposés, les participants ont eu droit à un éclairage sur les principes de durabilité Financière Institutionnel Environnemental Technologique et Social (FIETS). Ainsi, si la durabilité financière en tant que principe repose sur le cofinancement par les parties locales (financiers privés), il est nécessaire de bâtir un plan d'affaires pour rendre le rendement positif mais surtout pour contribuer à l'élimination des facteurs qui entravent une approche entrepreneuriale. Seulement, elle ne peut être possible que grâce à une organisation institutionnelle (principe institutionnel) locale responsable de la continuité protégeant les intérêts de multiples actionnaires dans la transparence dans l'utilisation des fonds et ressources. A ces deux principes, il faut ajouter celui de l'environnement qui permet d'analyser les conséquences sur l'environnement, celui de la technologie qui permet de s’assurer que l'infrastructure reste en fonctionnement et est disponible localement. Et enfin, le principe social axé sur la demande avec une concentration sur le service de base (les gens ont le droit) et la prise en compte de l'intérêt de tous les citoyens dont les personnes les plus pauvres, vulnérables et défavorisées.

Un bouillon d'échanges édifiants

Une fois les participants éclairés sur les concepts, la session s'est poursuivie avec le visionnage d'un film très instructif sur la vidange manuelle au Kenya et les difficultés et opportunités d'affaires qui s'y présentent. Ce film a provoqué de riches échanges sur les enjeux et défis de l'assainissement de base, les opportunités qu'offre le secteur au privé mais aussi aux institutions financières. Pour le deuxième adjoint au maire de Parakou, de façon générale, l'hygiène et l'assainissement ont un coût. Et l’État et les collectivités locales ne peuvent continuer à supporter seuls les charges. Aujourd'hui soutient-il, il y a une nécessité d'ouvrir le secteur Wash au privé. Mais, pour encourager le secteur privé, il faudra que les collectivités locales qui ont la compétence, facilitent son implication et que les IMFs l'accompagnent. Seulement, pour que cette activité soit rentable pour le privé, il faut absolument, selon les ONG, que l'assainissement devienne une priorité pour les communes et pour l’État.

De même, un travail à la base est indispensable pour amener les communautés à accepter payer le service. En définitive, il faut à la fois un plaidoyer en direction des autorités pour faire bouger les priorités, encourager et appuyer le secteur privé et surtout sensibiliser les communautés pour les préparer à payer les services. Abordant la question de la durabilité dans les débats, tous sont tombés d'accord avec les explications de la consultante Jacqueline Barendse du cabinet Waste, qu'elle doit se faire dans la décision et le suivi. Si son importance n'est plus à démontrer, c'est néanmoins "un monstre" à surmonter. Car, en s'engageant dans toute activité relative au secteur Wash, le privé doit toujours penser au retour sur l'investissement. Et ce, même si le gouvernement et les institutions financières financent la réalisation. Préalablement, les autorités doivent gérer la question foncière pour faciliter le travail au secteur privé. Dans ce nouveau schéma où le secteur privé est désormais attendu pour jouer un rôle important, les ONG doivent promouvoir l'entrepreneuriat et sensibiliser les ménages pour que la durabilité financière soit une réalité.
Par ailleurs, pour relever ce défi de changement de mentalités à tous les niveaux qu'appelle l'alliance Wash, un suivi budgétaire est nécessaire. S'il doit se faire au niveau des budgets de chaque activité ou de chaque acteur, il est aussi impérieux de le faire au niveau national. Car, dans certains cas, des ressources sont disponibles mais malheureusement, ne parviennent pas aux communes ou aux structures par manque de suivi.
Au total, sur les principes FIETS, tous les participants retiennent désormais que le financement durable est celui qui est local. C'est pourquoi, à cette session, les autorités locales comme les cadres et agents des mairies, ont été associés de même que le secteur privé ou les entrepreneurs locaux. Surtout, pour les prendre en compte, il faut le faire dès le montage du projet. Enfin, tous les acteurs et membres de l'alliance sont convaincus que le financement local durable est celui qui garantit un accès durable des communautés aux service d'eau potable et d'assainissement.

Un jeu de rôles pédagogique

Pour allier théorie et pratique, les participants ont été conviés a monter des plans d'affaires dans quatre groupes différents en tenant grand compte du contexte des communes cibles que sont Sinendé, Kérou, Parakou et Kandi.
Ainsi, après avoir identifié les projets, chaque groupe s'est évertué à concevoir un plan d'affaires avec l'accompagnement des consultants. Avec la consigne que chaque activité doit répondre aux principes de durabilité, les participants, malgré le contexte d'exercice, se sont appliqués à bâtir de véritables plans d'affaires sur la base des informations dont ils disposent.
Au total, alors que le groupe de Kandi a choisi de réaliser un projet d'approvisionnement en eau potable des populations rurales, celui de Kérou a retenu installer et gérer des latrines ECOSAN dans le marché et la gare routière dans la commune. Ensuite, le groupe Sinendé a proposé un projet de réalisation de quatre blocs de latrines ECOSAN et enfin celui de Parakou, a décidé de mettre en œuvre un projet de vidange de fosses dans les anciens quartiers de Cotonou.

L'un des temps forts de cet exercice et au-delà, de la session de formation, a été la rencontre des groupes avec les Institutions de micro-finance. Avec des tableaux différents et un effort soutenu de représentation de la réalité, chaque groupe a été appelé à défendre devant un banquier, son plan d'affaires. Les débats et échanges qui ont suivi le passage de chaque groupe, a été très instructif pour les entrepreneurs et acteurs du secteur. Surtout, les réactions et commentaires des représentants des quatre institutions de micro-finance (PADME, FECECAM, PEPCO, SIANSON), ont permis aux uns et aux autres, de mieux appréhender les insuffisances et faiblesses de leurs plans d'affaires. Et en plus, de comprendre le mode de fonctionnement des IMFs ou des banques. L'un des grands enseignements de cet exercice a été l'occasion donnée aux représentants des IMs, de se convaincre que le secteur WASH, même avec ses spécificités, reste et demeure comme les autres secteurs, un secteur porteur où l'on peut faire des affaires. Et les exemples ne manquent pas. C'est le cas de l'initiative d'appui aux ONG de pré-collecte dans la ville de Parakou que développe l'ONG DCAM et qui fait son bout de chemin. Mais, cette expérience qui fait tache d'huile doit servir d'exemple pour le financement par les institutions financières du secteur Wash.
En définitive, l'exercice de jeu de rôles a également permis aux participants, de retenir que devant une institution financière, ce qui compte, c'est non seulement la qualité de l'entrepreneur ou la capacité de remboursement de l'entreprise. Mais aussi, l'expérience du promoteur en matière de gestion de crédits ou les éléments de garantie constituent des atouts. Le système fonctionne comme un "voyage aller-retour" avec des investissements qui doivent générer des bénéfices pour l'entreprise et son promoteur.

Convaincus avec cette formation qu'il y a une opportunité d'affaires et un intérêt commun entre les IMFs et les acteurs ou entrepreneurs dans le secteur WASH, les participants ont, au terme de cette session, élaboré des plans d'actions pour chacune des quatre communes, chaque plan comportant des opportunités d'affaires. Ces différents plans d'actions contribueront à la sensibilisation et à la formation des jeunes et promoteurs en entrepreneuriat et surtout, accroitre l'intérêt de ceux-ci à faire affaire dans le secteur Wash et pour promouvoir le financement durable au niveau des quatre communes dans le secteur Wash. A la fin de la formation, les participants ont exprimé toute leur satisfaction et témoigné avoir beaucoup appris de cette formation.
Par ailleurs, après l'étape de Parakou, une journée de formation sur ces différents aspects des principes de durabilité FIETS, a été organisée à Cotonou pour informer les directeurs des sociétés de l’État, des banques, des Institutions de micro-finance, les autorités administratives, les institutions nationales et internationales ayant des actions dans l’AEPHA au Bénin.
Notons que l’Alliance WASH néerlandaise (DWA) composée de six organisations non gouvernementales (SIMAVI, ICCO, AMREF, RAIN, WASTE, AKVO) vise à renforcer les organisations de la société civile, le secteur privé et le secteur public dans huit pays d’Afrique et d’Asie afin d’améliorer les services autour de l’eau, l’hygiène et l’assainissement. Au Bénin, DWA a signé un contrat de partenariat avec sept ONG (BUPDOS, CEBEDES, DCAM-Bethesda, EAA, Helvetas, PNE-Bénin et Protos-Bénin) formant l’Alliance WASH-Benin. Ces ONG sont actives dans l’Approvisionnement en Eau Potable, Hygiène et Assainissement (AEPHA).

21/12/2012








Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :