Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour



Le Podcast Journal - podcastjournal.net 

Recherche avec Google
 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Gilles Carvoyeur

Amoureux du Mercantour, Bernard Bruno a repris le chemin des alpages

Vos articles dans votre Podcast Journal


Amoureux indécrottable du Mercantour et de ses moutons, Bernard Bruno, 42 ans, a repris, au printemps dernier, le chemin des alpages. Comme depuis vingt ans et à pied. La crise du carburant est passée par là.


Perpétuer une tradition ancestrale

Amoureux du Mercantour, Bernard Bruno a repris le chemin des alpages
Après huit mois passés, à Caussols et Longon, sur les hauts plateaux de l’arrière pays de Grasse (Alpes-Maritimes), l’éleveur a regagné sa ferme de Saint-Vallier-de-Thiey, où il élève un troupeau de plus de 1000 bêtes. « Si on y va à pied, c’est aussi parce qu’on aime ça, même sans la hausse du gasoil, j’y serais allé à pied ».

Contrairement à son père Louis, qui disait que cela fatiguait inutilement les bêtes et qui prenait la bétaillère. Autre époque, autres mœurs, le berger perpétuant, avec quelques collègues, une tradition au parfum suranné. Avec ses amis et sa sœur, convaincus de la transhumance à pied, ils ont mené 2500 bêtes, là-haut sur la montagne. Entre lui et le mouton, c’est une telle passion qu’il en oublie parfois sa vie de famille. « Éleveur depuis l’âge de 14 ans, je tente de convaincre mes deux jeunes enfants de 9 et 11 ans de prendre ma suite ».

Président du syndicat ovin des Alpes-Maritimes depuis 1998, il dit « que le métier est dur, qu’il ne compte pas ses heures, et qu’il paye peu ». Aussi, les candidats sont rares. Traité de fou par ses amis, persuadés qu’il vit le bagne, il rétorque qu’il a le métier dans la peau. Malgré le loup qui pointe son nez. Et décime les troupeaux. Et « qui nous a bouffé un peu de notre liberté et celle de nos moutons. Demain, nous aurons l’ours. Lui aussi arrivera tranquillement, par la montagne. Et on lui déroulera le tapis rouge», prévient-il fataliste.


21/12/2008

Tags : Mercantour, Nice



Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

L'enfer syrien - 13/02/2018

1 2 3 4 5 » ... 62






Dans nos blogs :

TEREZA Kesovija concert-événement

La grande star de la chanson célébrera six décennies de carrière franco-croate avec son fidèle public le 19 février 2018 à Zagreb...

Chien protecteur d’œuvres d'art

Le musée des Beaux-arts de Boston tente actuellement une expérience peu commune. Il a décidé de former un chiot de la race braque de Weimar...



Retrouvez le Podcast Journal :