Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour



Le Podcast Journal - podcastjournal.net 


Recherche sur ce site avec Google

 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Burkina: le plus grand échangeur de Ouagadougou


D’un coût global de 70 milliards de F CFA, l’échangeur du Nord a été inauguré le 15 novembre 2018. Exécuté en trois ans, l’édifice vient désengorger la circulation au grand bonheur de la population mais fait polémique notamment sur sa paternité.


L'échangeur du Nord. Photo (c) Pascal Ilboudo
L'échangeur du Nord. Photo (c) Pascal Ilboudo
echangeur_du_nord.mp3 L'échangeur du Nord.mp3  (2.63 Mo)

Le président du Faso, Roch Kaboré a inauguré le quatrième échangeur de la ville de Ouagadougou. Il a pour principal but de régler au maximum les difficultés de fluidité de la circulation, réduire la pollution et rendre tous les axes accessibles aux usagers. L’infrastructure est composée de 14 ponts, trois échangeurs, deux passages supérieurs sur voies ferrées. Aux abords de celle-ci ont été réalisées, 22 km de voiries revêtues en béton bitumineux ainsi que 12,5 km de voies piétonnes en pavés et 5 passerelles piétonnes. C’est le résultat d’un partenariat public privé.

Les Burkinabè sont sortis nombreux pour admirer l’œuvre et ne pas se faire conter l’évènement. Pour le ministre en charge des Infrastructures, Éric Bougouma, "c’est lorsque Roch Mach Christian Kaboré était ministre des Transports qu’il a été imaginé, décidé pour la mobilité urbaine, pour la sécurité routière, de construire des échangeurs aux points stratégiques de notre pays".

Il n’en fallait pas moins pour enflammer la toile et alimenter les débats. Les opinions divergent. Au moment où le parti au pouvoir s’adjuge la paternité, les sympathisants de l’opposition rappellent que l’échangeur du nord est un projet clé en mains du régime de l’ancien président Blaise Compaoré. Une décision prise le 14 septembre 2014 en conseil des ministres. Par conséquent, pour elle, l’architecture ne peut être prise en compte dans le bilan du régime actuel.
L’une des grandes attentes pour l’heure, reste la mise en place de tous les mécanismes d’orientation et de sensibilisation afin d’éviter que la population ne s’égare sur ces nombreuses bretelles.



23/11/2018




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 66