Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour



Le Podcast Journal - podcastjournal.net 

Recherche sur ce site avec Google
 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Burkina: vaincre le terrorisme par la communication


La première édition du Salon international pour la coopération et le développement (Sicod) s’est tenue du 6 au 10 décembre 2018 à Ouagadougou. Organisé par le réseau Initiative des journalistes africains pour la coopération et le développement (Ijacod), il a réuni près de 200 journalistes, communicateurs et d’autres invités institutionnels. La rencontre visait à outiller les participants sur les stratégies de communication dans un contexte sécuritaire marqué par le terrorisme.


Un changement de comportement qui s’impose

Les officiels et organisateurs à la sortie du Sicod. Photo (c) I. Zongo
Les officiels et organisateurs à la sortie du Sicod. Photo (c) I. Zongo
sicod_voix_mp3.mp3 Sicod.mp3  (3.72 Mo)

C’est au regard du contexte sécuritaire de plus en plus préjudiciable aux actions de coopération que le réseau a choisi la sensibilisation pour redorer l’image du pays. Selon Jean Victor Ouédraogo, secrétaire exécutif de l’Ijacod: "C’est la communication entretenue derrière les attaques terroristes qui nous fait souvent peur. A travers certaines publications sur les réseaux sociaux, nous détruisons notre pays sans nous en rendre compte. Notre rôle dans cette nouvelle donne est de toujours traiter l’information relative à la sécurité avec tout le professionnalisme requis et le sens de la responsabilité sociale qui encadre ce métier". Pour apporter des pistes de solution, une conférence sur "la genèse du terrorisme au sahel, quelle thérapie pour l’avenir, quelle méthode pour une résilience à l’insécurité du type terroriste" a été organisée à l’intention des hommes de médias.


Des actions de coopération qui résistent à la menace terroriste

Dans le cadre des activités du salon, des exposés thématiques et deux caravanes de presse ont aussi eu lieu. Les tournées se sont déroulées dans les régions de l’Est, du Centre et de la Boucle du Mouhoun. Cela a permis aux adhérents de constater de visu les accomplissements des partenaires pour la coopération et le développement. "Le Sicod a été une opportunité pour moi de découvrir Kiembara. J’ai pu voir beaucoup de réalisations opérées au profit des femmes du village. C’était une caravane à laquelle il fallait prendre part", nous a confié Aïcha Zango, journaliste. Présente pour l’occasion, la coordonnatrice du système des Nations Unies, Metsi Makhetha, présidente de la troïka des partenaires techniques et financiers du Burkina Faso, s’est réjouie de l’évènement. "Lorsque des journalistes et communicateurs se mettent au-devant de la scène pour parler de la visibilité des actions de coopération, nous partenaires de ce pays, ne pouvons que nous y associer".

Un Faso en proie aux attaques

Le Burkina Faso fait l’objet de plusieurs attaques et d’enlèvements de nature terroriste depuis 2015. Le premier kidnapping est intervenu le 3 avril 2015 sur la mine de manganèse de Tambao à 350 kilomètres au Nord de la capitale. C’est à partir de septembre 2015 que le pays a commencé à subir des agressions armées. Selon les chiffres officiels livrés par le Premier ministre Paul Kaba Thiéba le 17 septembre 2018, elles ont fait 118 décès dont 48 forces de défense et de sécurité et 70 civils, à la date du 15 septembre 2018. Depuis, ces agressions se sont multipliées dans les régions de l’Est du Nord et du Sahel. La récurrence dans ces localités a amené certaines représentations diplomatiques étrangères à les qualifier de zones rouges.



27/12/2018




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 66