Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

Carlos Ghosn vu par la presse japonaise


Par Florent Guerout Rédigé le 21/01/2020 (dernière modification le 18/01/2020)

L'évasion de Carlos Ghosn indigne l'opinion japonaise et remet en question la justice du pays. Cette actualité a été largement couverte par les journaux japonais. En voici un aperçu.


Carlos Ghosn tire les ficelles d'une communication bien huilée. Mais comment son message est-il perçu au Japon ? ©Flickr
Carlos Ghosn tire les ficelles d'une communication bien huilée. Mais comment son message est-il perçu au Japon ? ©Flickr
carlos_ghosn_vu_par_la_presse_japonaise.m4a Carlos Ghosn vu par la presse japonaise.m4a  (82.97 Ko)


La fuite de Carlos Ghosn est amplement considérée comme un acte de "lâcheté" par la presse japonaise.
Le Yomiuri qualifie Ghosn de " trouillard" qui se "moque" de la justice. En quittant le pays, Ghosn a perdu "l’opportunité de prouver son innocence et de laver son honneur". Le Tokyo Shinbun compare l’attitude de Ghosn à un "affront" envers le système judiciaire japonais : "Ghosn explique qu’il s’est échappé d’une persécution politique… mais voyager sans permission va à l’encontre des conditions de sa caution : cela ridiculise la justice japonaise".
L’Asahi cite un ancien responsable chez Nissan : "Que l’entrepreneur qui dirigeait Nissan depuis tant d’années soit en fait ce genre de personne… les bras m’en tombent. Je n’ai pas de mots".

Le Yomiuri s'indigne qu’une grande majorité des médias japonais n’ait pu assister à la conférence de presse de Carlos Ghosn, le soupçonnant d’avoir délibérément exclu la presse japonaise. Une conférence qui d’après les journalistes apporte peu d’éléments. "Si Ghosn souhaite faire des déclarations, il doit le faire ouvertement devant une cour de justice" titre le quotidien à tendance conservatrice. Ce même journal cite les propos de la ministre de la justice japonaise Masako Mori : "Si l'accusé Ghosn a quelque chose à dire sur son affaire pénale, qu'il présente ses arguments ouvertement devant un tribunal japonais et apporte des preuves concrètes. Or il a fui à l’étranger... c’est un acte impardonnable".

Selon le Sankei Shinbun, les procureurs pensent que la cour aurait cédé à des "pressions étrangères" en accordant une caution à Carlos Ghosn. Ces pressions s’appuieraient sur la très critiquée "justice de l’otage" (hitojichi shiho) qui permet des détentions longues et répétitives au Japon.
L'appareil judiciaire japonais est en ce sens critiqué par le Japan Times qui rappelle qu’un suspect peut rester en détention pendant une très longue période. La garde à vue initiale de 72 heures peut être reconduite pendant 23 jours dans les centres de détention de la police. Cette prolongation est renouvelable à chaque nouvelle charge contre l'accusé. Les avocats de la défense sont par ailleurs interdits lors des interrogatoires qui peuvent durer jusqu'à 12 heures par jour, et pendant des semaines. "Les détentions prolongées, qui peuvent déboucher sur de faux aveux, sont critiquées depuis longtemps. Les suspects peuvent être détenus, même sans charge".

La réaction des autorités françaises est aussi suivie. Les propos du ministre français de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire, publiés dans le Journal du Dimanche, sont repris par le Nikkei, le Sankei et le Mainichi. On peut y lire que Carlos Ghosn est "un justiciable comme les autres" et qu’il fera l’objet d’une enquête sur l’affaire RNBV aux Pays-Bas.
Une dépêche de l'AFP-JIJI publiée dans le Japan Times cite les propos d'Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'Etat auprès de Bruno Le Maire : "Nous n’extraderons pas Monsieur Ghosn si il arrive en France... cependant il n'aurait pas dû se soustraire à la justice japonaise". "Nous appliquerons les mêmes règles à Carlos Ghosn qu'à n'importe quel citoyen".

La presse japonaise s’intéresse également aux avocats de Carlos Ghosn. François Zimeray, dans une interview accordée au Nikkei, considère que la fuite de son client est illégale mais déplore le fonctionnement du système pénal japonais. Jun’ichiro Hironaka, son avocat japonais, s’est exprimé une première fois devant la presse pour faire part de sa stupéfaction et nier toute implication dans la fuite de son client. Il a nuancé sont discours quelques jours plus tard en expliquant qu’il n’y avait "aucune perspective de remise en liberté" et que son client "souffrait sans doute d’un stress émotionnel grave".

Alors que dans sa longue conférence de presse Carlos Ghosn estimait avoir toute la sympathie du peuple japonais, le Japan Times pense quant à lui que l’ex PDG "n’a pas sût décrypter l’opinion publique japonaise à son égard". Pour illustrer cette idée, le journal cite Kenneth McElwain, professeur à l’institut des sciences sociales de Tokyo : "Le problème majeur est évidemment que Carlos Ghosn a fui. Qu’il ait pu faire cela parce qu’il est riche et étranger peut s’interpréter comme une trahison".









ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES





Les derniers articles




Recherche

L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    



Facebook