Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

Castaner met le feu chez les pompiers


Par Nathalie Kha Rédigé le 26/06/2019 (dernière modification le 26/06/2019)

Après les urgentistes, place à la grève des sapeurs-pompiers. Ils affronteront vent debout tout l’été le gouvernement qui ne tient pas compte selon eux de leurs revendications. Dans leur ligne de mire le Projet de loi portant sur la réforme de la Fonction publique.


Les sapeurs-pompiers professionnels et les agents des SDIS de France prévoient une grève jusqu’au mois d’août. (c) David Crochet
Les sapeurs-pompiers professionnels et les agents des SDIS de France prévoient une grève jusqu’au mois d’août. (c) David Crochet
les_pompiers_en_greve.mp3 Les pompiers professionnels menacent de faire grève tout l'été  (1.51 Mo)

Les pompiers voient rouge. Dans un courrier, les 7 principaux syndicats des soldats du feu ont adressé mercredi 19 juin au ministre de l’Intérieur un préavis de grève programmé mercredi jusqu'à la fin du mois d’ août . Cette menace, restera t’-elle lettre morte comme celle qui lui a été adressée en mars dernier par les mêmes auteurs ? "(..) Convaincus que vous saurez apporter les réponses attendues à l’ensemble de nos revendications sans vous retrancher derrière le principe de libre administration des Collectives locales, sans réponses (…) sachez monsieur le Ministre que nous ne manquerons pas de prendre nos responsabilités."

Le mécontentement de l’intersyndicale qui représente 85% de la profession aurait dû être pris au sérieux par Christophe Castaner. Car il devra faire face à une grève nationale tout l’été qui selon les prévisions météorologiques sera caniculaire. Dans leur récente missive, les sapeurs-pompiers professionnels ne désarment pas "considérant comme un déni de dialogue social l’absence de réponse de votre part comme de la part de l’Association des Départements de France et de l’Association des Maires de France (…) , nos organisations syndicales représentatives ont décidé unanimement de déposer une série de préavis de grève". Dans leur lettre, ils exigent :

- Le retrait du Projet de loi de transformation de la fonction publique ;
- Le maintien et le développement des libertés syndicales et démocratiques ;
- La revalorisation significative de la prime de feu à hauteur des autres métiers à risque, à 28 % minimum ;
- La garantie de la pérennité de la Caisse Nationale de Retraite des Agents des Collectivités Locales (CNRACL) et l’institution d’un dispositif de portabilité des droits pour les agents de la catégorie active en déplafonnant les 1 an pour 5 ans et en supprimant les sur-cotisations ;
- De prioriser les préoccupations relatives aux questions de protection de la santé et de la sécurité pour les agents des Services Départementaux d'Incendie et de Secours (temps de travail, respect de la directive 2003-88/CE et de ses jurisprudences, dispositions adaptées face aux agressions subies par les sapeurs-pompiers, cancers liés à la toxicité des fumées) ;
- Le recrutement massif d’emplois statutaires afin de répondre aux besoins des Services départementaux d’Incendie et de Secours .

" Le service public de secours est malade."

Adoptée en mai à l’Assemblée, le Projet de loi portant sur la réforme de la Fonction publique est actuellement examinée au Sénat. Les amendements défendant leurs acquis, les discussions, les manifestations devant le Parlement ne sont pas parvenus à inverser la tendance. Le groupe parlementaire LREM ( La République En Marche) s’est même fendu d’un communiqué à l’issue du vote faisant fi de l’amertume des pompiers "les députés du groupe majoritaire à l’Assemblée nationale se sont attachés à renforcer les garanties et la protection des agents publics avec, notamment, le vote de plusieurs amendements marquant de grandes avancées sur le texte" .

Augmentation des interventions, diminution des effectifs, désengagements des services de l’Etat, budget contraint , ces messages lourds de sens noircissent leurs tracts pour alerter les services de l’Etat, les collectivités et informer le grand public. Des grèves ici et là depuis quelques mois n’ont pas fait réagir l’ADF (Assemblée des Départements de France) ni l’AMF (Association des Maires de France) principaux financeurs des services départementaux d’incendie et de secours. Lors d'une manifestation dans les Alpes-Maritimes en mai, André Goretti, le président départemental et national du plus gros syndicat de la profession, la Fédération autonome (FA) explique à France 3 "on nous demande d'assurer de plus en plus de missions, parce que les autres services publics, l'hôpital, la police, ont de moins en moins de moyens. On ne peut pas nous demander d'assurer des missions supplémentaires sans nous accorder des moyens pour les réussir".

Leur popularité qui ne désenfle pas depuis le sauvetage miraculeux de Notre-Dame de Paris et ces mois de grève estivale parviendront-ils à faire réagir le ministre de l’Intérieur ? A l’occasion de la Journée nationale consacrée à la profession, il concluait le 15 juin son discours ainsi "officiers, sous-officiers, caporaux et sapeurs, les Français comptent sur vous. Je compte sur vous. Vous pouvez, vous aussi, compter sur moi." . Des paroles qui ne semblent plus faire écho auprès de la corporation. André Goretti le meneur de cette grève, le déplore "le service public de secours est malade". Les sapeurs-pompiers professionnels et les agents des SDIS de France (Service Départemental d'Incendie et de Secours) déposeront leurs casques et déchausseront leurs bottes jusqu’ à la fin du mois d’août. Un été chaud pour Christophe Castaner.









ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES









Recherche

L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        



Facebook