Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

Côte d'Ivoire : l’insetting, stratégie d’avenir du développement durable ?


Par Rédigé le 14/08/2019 (dernière modification le 17/07/2019)

Comment pérenniser des filières économiques rentables sans détruire l’environnement ? C’est le défi d’un nombre croissant d’entreprises auquel n’échappent pas celles qui évoluent dans le secteur du cacao en Côte d’ivoire. Une réponse parmi tant d’autres : l’insetting.
L’"insetting", est une compensation carbone intégrée. Cette approche consiste à compenser les impacts de l’activité d’une entreprise.


Un concept chargé de bon sens

L'insetting est au coeur de la chaîne de valeurs des sociétés qui veulent améliorer les conditions de vie des communautés villageoises qui produisent leurs matières premières (c) Delphine Dekeister
L'insetting est au coeur de la chaîne de valeurs des sociétés qui veulent améliorer les conditions de vie des communautés villageoises qui produisent leurs matières premières (c) Delphine Dekeister
insetting__1_.mp3 Insetting (1).mp3  (1.49 Mo)

Pour aider les grandes enseignes africaines (notamment agro-alimentaires et cosmétiques) à réconcilier économie et écologie, des entreprises sociales leur permettent de sécuriser leurs approvisionnements en matières premières et, par extension, leurs bénéfices, tout en soutenant les communautés locales dans leurs activités de production. Cette méthode permet de renforcer la chaîne de valeurs des entreprises en rapprochant les producteurs et les acheteurs. L'insetting créé ainsi de la valeur partagée pour l'entreprise et pour tout son écosystème social et environnemental. L’entreprise PUR Projet pratique l’insetting depuis 2008. D’abord au Pérou et désormais sur les 5 continents, elle fait le lien entre industriels et producteurs en encourageant les initiatives économiquement responsables, écologiques et vertueuses, principalement via la régénération et la préservation d’écosystèmes (agroforesterie, reforestation, conservation forestière).
PUR projet opère ainsi des initiatives environnementales et sociales à impact positif conduits au sein de multiples filières agricoles, animales et végétales dans plus de 40 pays. Ces projets servent prioritairement trois objectifs, ici transposés à la filière cacao en Côte d’Ivoire.

Le modèle "Pur projet" en Côte d’Ivoire

Il s’agit avant tout d’une approche participative volontaire qui débute par la rencontre avec les communautés pour évaluer ensemble les besoins, les possibilités et co-construire - ensemble - un projet. Ainsi, le planteur de cacao ivoirien sera accompagné sur le terrain par toute une équipe dédiée et mettra en place une stratégie à long terme destinée à améliorer la productivité de la plantation et à en assurer la durabilité. Cet accompagnement veille aussi à lui donner les clefs pour améliorer ses conditions de travail et donc de vie. L’objectif est de planter et préserver le plus d’arbres possibles, pour générer des bénéfices mesurables sur une base gagnant-gagnant (pour le producteur, l’entreprise et de plus en plus fréquemment… pour le consommateur !). PUR Projet propose des solutions de reboisement, selon un modèle privilégiant les densités élevées : en six mois, elle a préparé le terrain avec deux coopératives agricoles de Bloléquin et Duékoué et, ensemble, ils planteront progressivement des arbres : 20 000 dans un mois, puis 80 000 l’an prochain et 80 000 de plus en 2021. "L’objectif fixé par la Côte d’Ivoire est de restaurer le couvert forestier à hauteur de 20% à moyen terme", explique Delphine Dekeister, représentante Afrique de l’Ouest chez PUR Projet.

Le second objectif vise à soutenir le développement des communautés les plus défavorisées et à encourager la régénération des écosystèmes les plus à risque. Le cacao a besoin d’ombre pour pousser. Il est donc essentiel de reboiser les plantations. Le secteur privé est encouragé dans cette dynamique par le Conseil ivoirien Café Cacao qui travaille de concert avec l’Etat dans un contexte d’évolution du code forestier visant entre autres à une reclassification des forêts en diverses catégories (agro forêts, parcs nationaux…). Faire de l’insetting revient alors à délocaliser en brousse une assistance technique capable de guider les communautés vers des activités additionnelles génératrices de revenus, telles que la culture et la vente de fruits et légumes.
Le troisième et dernier objectif de la stratégie intégrée de Pur Projet consiste à responsabiliser les communautés locales qui conçoivent et gèrent les projets. Ainsi, leur confier la responsabilité des arbres plantés est accompagné par l’appui à l’obtention de certificats fonciers, mesure qui s’accompagne de sessions éducatives… un grand pas vers une prise en main de son environnement et de sa protection.









ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES









Recherche

L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  



Facebook