Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

"Dirty Fashion": Les dessous de la politique à bas prix dans l'industrie de la mode


Les géants de la fast fashion ont des comptes à rendre. Dans un rapport intitulé "Dirty Fashion", la Changing Markets Foundation dénonce la pollution liée à la fabrication de viscose en Inde, Chine et Indonésie. Retour sur les dessous d’une politique à bas prix dans l’univers de la mode.


dirty_fashion.mp3 Dirty fashion.mp3  (168.57 Ko)

La Changing Markets Foundation, fondation œuvrant en faveur de solutions durables pour le marché global à échelle internationale, vient de mettre en ligne un nouveau rapport intitulé "Dirty Fashion". Sur le banc des accusés? H&M, Zara, Asos, Levi’s, Tesco, Benetton et Burton, Marks & Spencer, Asda, Dockers, Haggar, Next, Debenhams, Matalan ou encore Van Heusen.

Ces géants de la mode, adeptes de la viscose semblent avoir fait l’impasse sur la toxicité de la matière. Dérivée de la laine, la fibre semi-synthétique est artificielle. Elle nécessite l’utilisation de produits chimiques ainsi que de gaz nocifs tout au long de la chaîne d’approvisionnement. "L'application laxiste des lois environnementales en Chine, en Inde et en Indonésie" est selon le rapport, "la conséquence d’une production à bas prix menée par l’industrie de la fast fashion".

Passées au crible, plusieurs usines de viscose sont accusées de déverser des eaux usées non traitées dans les lacs et cours d’eau à proximité. En conséquence directe, la pollution est soupçonnée d’être à l’origine de la croissance anormale de certains cas de cancers et de nouveau-nés souffrants de diverses malformations dans les zones visitées. Les villageois cessent de boire l’eau de leurs puits et les activités traditionnelles telles que la pêche en souffrent tout autant.


Vers la mise en oeuvre d'une politique stricte de pollution zéro?

L’industrie de la mode est le second plus gros pollueur de la planète. Avec 20% de la pollution des eaux, l’heure est à la mobilisation. Alarmant selon Natasha Hurley, directrice de campagne pour la Changing Markets Foundation, "la pollution des eaux est de plus en plus reconnue comme un risque d'activité majeur, la transition vers des pratiques de production plus durables devrait être une priorité pour ces enseignes".

Une politique stricte de pollution zéro comme solution? "De meilleures alternatives existent déjà puisque la viscose peut être produite avec une quantité réduite de produits chimiques dans une boucle de production resserrée pouvant diminuer la pollution. (...) Les grandes marques peuvent jouer un rôle clef dans ce processus en exerçant leur énorme pouvoir pour initier ce changement". Chose que le géant suédois H&M compte faire selon son affirmation au Guardian et priorité de la marque d’après le porte-parole de Mark & Spencer qui affirme que le problème des produits chimiques dans les usines de viscose était à la une de leur agenda.



03/07/2017




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 24





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :