Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour



Le Podcast Journal - podcastjournal.net 

Recherche avec Google
 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Et si le diable ne se cachait pas là où on croyait?


Le FN essaye depuis quelque temps de se décontaminer des odeurs de l’extrême-droite. Et ça marche, du moins partiellement. Le "diable" serait-il disparu ou seulement caché ailleurs?


La dédiabolisation du FN

Illustration. Image du domaine public.
Illustration. Image du domaine public.
dediabolisation.mp3 Dédiabolisation.mp3  (102.24 Ko)

La montée du FN en France coïncide dans le temps avec le vote en faveur du Brexit et l’élection de Trump, ce qui pourrait faire apparaître un profil commun de leurs électeurs, ou du moins, d’une partie d’entre eux, et peut-être un problème général de nos démocraties.

En Grande-Bretagne, parmi d’autres choses, on a expliqué aux citoyens que la sortie de l’Union Européenne allait restaurer l’ancienne "gloire" de l’empire britannique. Aux électeurs américains, on a expliqué que voter pour Trump allait restaurer la "grandeur" de l’Amérique. En France, Marine Le Pen a promis aux électeurs de restaurer la "souveraineté" et la "force" du pays.

D’où vient alors ce désir de restauration, on dirait presque d’un paradis perdu? Le monde ne va pas très bien, certes. Il y a un mal-être et un mal vivre dans les classes populaires, et pas seulement. Pourtant, la grandeur des empires n’a provoqué souvent que des dégâts, et la souveraineté des pays, elle est bien là. Personne ne l’a volée. De plus, personne n’est capable d’expliquer exactement ce que c’est la gloire, la grandeur et la souveraineté, et pourquoi faudrait-il les "restaurer".

Peut-être que ce qui influence les gens (du moins pour certains), c’est la simple identification à une "gloire" ou une "force" illusoire pour oublier le propre mal-être. La fausse promesse d’un "paradis" à jamais perdu, soit parce qu’il n’est en rien un paradis, soit parce qu’il existe déjà. La pensée simpliste - car plus simple et confortable - en noir et blanc.

Alors que le diable se cache peut-être justement dans le paradis…



18/05/2017




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

L'enfer syrien - 13/02/2018

1 2 3 4 5 » ... 62






Dans nos blogs :

TEREZA Kesovija concert-événement

La grande star de la chanson célébrera six décennies de carrière franco-croate avec son fidèle public le 19 février 2018 à Zagreb...

Chien protecteur d’œuvres d'art

Le musée des Beaux-arts de Boston tente actuellement une expérience peu commune. Il a décidé de former un chiot de la race braque de Weimar...



Retrouvez le Podcast Journal :