Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

Etat de la Nation: le Burkina tient bon selon Christophe Dabiré


Par Rédigé le 23/05/2019 (dernière modification le 20/05/2019)

Conformément aux dispositions de l’article 109 de la Constitution burkinabè, le Premier ministre Christophe Joseph-Marie Dabiré a sacrifié à la tradition du discours à la nation. Le 16 mai dernier, il était pour la deuxième fois face aux députés de l’Assemblée nationale.


Le Premier ministre Christophe Dabiré face aux élus nationaux. (c) Premier ministère
Le Premier ministre Christophe Dabiré face aux élus nationaux. (c) Premier ministère
Le Burkina Faso semble bien aller au regard du discours à la Nation du Premier ministre Christophe Dabiré. En effet, le chef du gouvernement affirme qu’en dépit de toutes les tentatives de déstabilisation auxquelles fait face le pays, le Burkina Faso reste debout. Durant environ une heure d’horloge, le Premier ministre a dépeint la situation nationale afin que les députés, le corps diplomatique et les présidents d’institutions aient une connaissance des acquis de l’action gouvernementale et qu’ils prennent conscience des défis à relever.

Comme il fallait s’y attendre, le PM a abordé la question de la sécurité nationale notamment la lutte contre le terrorisme. Dans un premier temps, il a fait savoir qu’il y a de cela quelques années, le terrorisme était vécu comme une menace aux frontières du pays. Mais aujourd’hui, ce mal est une réalité brutale et cruelle qui tisse sa toile au Burkina et dans d’autres espaces. Et de réagir en ces termes : les frappes terroristes ont changé nos priorités sans nous faire renoncer à nos objectifs. Le pays développe des moyens de riposte. Une contre-attaque qui nécessite inéluctablement le renforcement des capacités opérationnelles et organisationnelles des forces armées nationales et de sécurité intérieure.

Qui de la question de la justice ?

Le PM Christophe Dabiré durant son allocution. (c) Premier ministère
Le PM Christophe Dabiré durant son allocution. (c) Premier ministère
discours_pm.mp3 discours PM.mp3  (3.62 Mo)

C’est un secret de polichinelle. Le procès du coup d’Etat manqué du 15 septembre 2015 est sans doute l’actualité judiciaire au pays des Hommes intègres. Débuté le 27 février 2018, le procès est actuellement interrompu depuis plus de deux semaines pour cause de grève des avocats. Christophe Dabiré quant à lui, s’est félicité de son bon déroulement tout en rappelant le principe de la séparation des pouvoirs. Toutefois, le locataire du premier ministère a encouragé le pouvoir judiciaire à assumer ses responsabilités afin que la justice demeure un instrument qui renforce l’unité nationale et préserve la paix sociale.

La question sur les conflits communautaires n’a pas été éludée durant le discours à la Nation du Premier ministre. Concernant le cas singulier du drame de Yirgou, le successeur de Paul Kaba Thiéba a indiqué qu’à ce jour, la procédure judiciaire suit son cours avec plus de 160 personnes auditionnées. En outre, l’enquête préliminaire sur l’attaque terroriste ayant entrainé la mort du chef du village de Yirgou et de ses compagnons a été bouclée.

Un appel à la trêve sociale a aussi été lancé au monde syndical. Cela afin de permettre au gouvernement de mettre en place ses réformes. Globalement, on retient de cet exercice de Christophe Dabiré, que le navire Burkina Faso avance contre vents et marées.









ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES





Les derniers articles




Recherche

L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          



Facebook