Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

Front uni des éditeurs de presse contre Google


Par Rédigé le 16/10/2019 (dernière modification le 10/10/2019)

Google veut priver les éditeurs de presse français de la rémunération de leurs contenus sur la toile. Le géant américain du net refuse d’appliquer la directive européenne sur les droits voisins, l’équivalent des droits d’auteurs mais réservés à la presse en ligne. Vent debout contre l’incontournable moteur de recherche, les éditeurs le somment de respecter l'esprit de la directive qui entrera en vigueur le 24 octobre.


Guerre ouverte entre les éditeurs, agences de presse et Google. Il exige qu'ils renoncent à leurs droits voisins  © Nathalie Khâ
Guerre ouverte entre les éditeurs, agences de presse et Google. Il exige qu'ils renoncent à leurs droits voisins © Nathalie Khâ
podcast_droits_voisin_1.mp3 Droits voisins , de quoi s'agit-il ?  (1.9 Mo)

"Lorsque la loi française entrera en vigueur, nous n’afficherons plus d’aperçu du contenu en France pour les éditeurs de presse européens, sauf si l’éditeur a fait les démarches pour nous indiquer que c’est son souhait (…). " a déclaré le géant américain en conférence de presse le 25 septembre. Une annonce qui a provoqué une onde de choc en France chez les éditeurs et agences de presse.

En clair, Google refuse d’appliquer la directive européenne sur les droits voisins qui doit entrer en vigueur le 24 octobre. Puisque ces droits ne s’appliquent pas sur les courts extraits, le moteur de recherche n’affichera plus que les titres des articles. Si l’éditeur souhaite l'affichage de l'extrait, il devra renoncer à ses droits d’auteur. Des injonctions que fustige Jean-Michel Baylet président de l’Alliance de la presse d’information dans les colonnes du Figaro "Google contourne la loi française et la directive européenne (…) ils pillent à la fois nos contenus et nos revenus (…)".

Cette directive est un mesure de compensation financière prise pour aider les éditeurs à faire rémunérer la reprise de leurs contenus sur les plateformes en ligne et les agrégateurs (GoogleNews) et compenser l'effondrement de leurs recettes publicitaires. Faisant fi des droits voisins, le moteur de recherche américain veut continuer à générer du trafic et de la publicité mais "en mettant en avant des contenus créés et financés par d'autres qu'ils ne rémunèrent pas" éructe Pierre Louette PDG du groupe Les Echos-Le Parisien. Face au positionnement de Google, l'Autorité de la Concurrence a décidé jeudi 3 octobre de lancer une enquête "exploratoire" sur les nouvelles règles qu' il appliquera pour la présentation des contenus de la presse française dans son moteur de recherche.

Google en position de force, la presse en sursis

Diviser pour mieux régner, un adage qu'applique à la lettre Google. Leurs représentants organisent en catimini des rencontres individuelles avec les éditeurs de presse français. Ils leur promettent une meilleure exposition dans leur moteurs de recherche s'ils renoncent à leurs droits. Des manœuvres "scandaleuses" qui font bondir Jean-Michel Baylet, président du groupe la Dépêche-Midi Libre "j’ai demandé à tous les membres de l’Alliance qui regroupe la presse nationale régionale et départementale de rester unis. C’est dans l’unité que nous parviendrons à les faire bouger".

Cet appel à l'union est encouragé par Pierre Louette par ailleurs chargé d’une mission sur les droits voisins au sein de l’Alliance de la presse. Dans une interview accordée aux Echos, le patron du Parisien veut fédérer les éditeurs de presse européens et américains "pour rester solidaires face à Google". Le SPEM (Syndicat des Éditeurs de la Presse Magazine) appelle lui aussi l’ensemble de la presse française et européenne, toutes familles de presse confondues "à se montrer solidaire pour travailler de concert au respect et à l’application du droit voisin". Le Geste, association qui regroupe les principaux professionnels éditeurs en ligne est prête à s’associer "activement à toute initiative commune visant à assurer une mise en œuvre de la loi rapide, efficace". Elle appelle de ses vœux à préserver "l’équilibre de l’économie numérique".

 

Vers de nouvelles négociations ?

Du Premier ministre, aux parlementaires Patrick Mignola comme David Assouline qui ont porté la transposition de la loi en France et les éditeurs, tous appellent Google à ouvrir une nouvelle discussion pour aboutir à "différentes formes d’accord". Pierre Louette, chargé de négocier avec le géant du net réfléchit quant à lui à un mécanisme de rémunération forfaitaire de la part de Google "dans un cas comparable, lorsque j'étais président de l'Agence France Presse, j'ai pu signer avec Google un accord de valorisation des contenus et Google a su trouver des accords avec le monde de la musique" explique t-il dans les Echos.

Le pire à craindre pour les éditeurs et les agences de presse, est que Google attende l’échéance du 24 octobre et les retombées de sa décision sur l’audience des médias pour négocier à leur avantage. A l'Assemblée nationale mardi 1er octobre, le Premier ministre Édouard Philippe a exhorté Google à entreprendre de nouvelles négociations. Une ultime requête qui souhaitons le, ne terminera pas dans la corbeille par un simple clic !









ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES





Les derniers articles




Recherche

L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  



Facebook