Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

Grasse, le berceau de la parfumerie


Par Cannella Gerber Rédigé le 19/11/2019 (dernière modification le 07/11/2019)

La ville de Grasse connaît un essor dans l’industrie de la parfumerie au XVIIe siècle, une réputation qui reste aujourd’hui digne de son nom.


Héritage et savoir faire

L'orgue à parfums de Jean Carles, directeur de la première école de parfumerie exposé au Musée international de la parfumerie de Grasse (c) Jean Pierre Dalbera
L'orgue à parfums de Jean Carles, directeur de la première école de parfumerie exposé au Musée international de la parfumerie de Grasse (c) Jean Pierre Dalbera
grasse__le_berceau_de_la_parfumerie.mp3 Grasse, le berceau de la parfumerie.  (3.79 Mo)

Mondialement célèbre pour ses parfums, la ville de Grasse (Alpes-Maritimes) était au XVIIe siècle réputée pour la tannerie et la ganterie. À cette même période, le tanneur grassois Galimard décide d'appliquer des arômes sur le cuir pour lui enlever sa mauvaise odeur. Une nouveauté très appréciée par la haute société qui viendra créer une demande pour les cuirs parfumés et plongera Grasse dans sa nouvelle spécialité, le parfum. En plus de son savoir faire, la ville a un climat propice à la récolte de nombreuses fleurs. On y trouve des cultures de jasmin, mimosa, lavande, violette ainsi que la rarissime "rose de mai" qui deviendra symbolique grâce au parfum Chanel N5. Le savoir faire grassois jouit d'une grande réputation, plusieurs maisons de parfumeurs voient le jour, notamment Fragonard, Galimard et Molinard.

Très vite, la ville de Grasse est convoitée par les plus grands couturiers parisiens qui s'y rendent afin d'élaborer leurs fragrances. C'est d'ailleurs en 1921, lors d'un séjour à Grasse que Coco Chanel rencontre le parfumeur Ernest Beaux à qui elle confie la création d'un parfum pour femme à l'occasion de sa nouvelle collection. D'après la légende, le nez lui propose plusieurs échantillons numérotés et Coco Chanel choisi l'échantillon numéro 5: "Je lance ma collection le 5 mai, cinquième mois de l'année, laissons-lui le numéro qu'il porte et ce numéro 5 lui portera chance". Un parfum qui sera porté par des milliers de femmes et qui restera iconique et intemporel au fil des années.

L'art du parfumeur

Le petit train Fragonard fait une visite touristique commentée de la ville de Grasse et de sa parfumerie. Crédit photo: CC0 - public domain
Le petit train Fragonard fait une visite touristique commentée de la ville de Grasse et de sa parfumerie. Crédit photo: CC0 - public domain
Aujourd’hui il y a eu du changement dans la production de parfums, les récoltes de fleurs à Grasse sont amoindries. En effet, avec la mondialisation les coûts d’importation de certains arômes permettent aux nez d’avoir accès à plus de matière et de ce fait leur permet d'avoir accès à plus de senteurs. Ainsi, la ville s’est davantage ouverte à une production moderne avec des usines ayant d'importantes capacités de production. Grâce à la création d'entreprises comme Mane, Roberte et Charabot qui permettent de produire en très grandes quantités. La création du Musée International de la Parfumerie (MIP), donne aux plus curieux l'opportunité de comprendre l'histoire de la parfumerie. En plus du MIP, certaines usines comme Fragonard sont accessibles gratuitement et permettent d'assister à la fabrication des parfums.

Vidéo promotionnelle du Musée International de la parfumerie. Crédit vidéo: ©communication CA Pays de Grasse








ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES









Recherche

L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          



Facebook