Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
Média d'information international diffusé en podcast 🎙️
Facebook
Twitter
Instagram
Newsletter
 

Jacques de Bascher - Captivante mise en scène par Guila Braoudé


Par Rédigé le 24/01/2023 (dernière modification le 24/01/2023)

Au Théâtre de la Contrescarpe, triomphe l‘histoire singulière d’un homme qui aime à en crever sans être aimé en retour : « Jacques de Bascher », compagnon et muse de Karl Lagerfeld. Pour la première fois, sa vie romanesque inconnue du grand public est adaptée sur une scène parisienne.


La pièce de et avec Gabriel Marc est librement inspirée de la vie de Jacques de Bascher
La pièce de et avec Gabriel Marc est librement inspirée de la vie de Jacques de Bascher
« Jacques de Bascher » est la première pièce écrite par l’acteur Gabriel Marc, et jouée avec panache au théâtre de la Contrescarpe. Pour sa complice et metteure en scène Guila Braoudé « il est la très belle rencontre qui inspire, qui offre, dans un seul en scène, un voyage entre beauté et décadence ». Sa vie sexe, drogue, mod’n roll et sa fin tragique au cœur des années 70-80, les fascinent.

De son « unique grand amour » disparu en 1986, Karl Lagerfeld confie des décennies plus tard avoir « infiniment aimé ce garçon mais il n’y avait aucun contact physique entre nous ». Une complicité sentimentale et amicale les unira dix-huit ans, jusqu’à ce que la mort les sépare. « Pour cet amant, le plus séduisant et prisé de Paris, comment lui interdire de désirer, de toucher l’homme qu’il a organiquement dans la peau » s’interroge la metteure en scène Guila Braoudé. Frustré, délaissé, il se consume à l’extrême dans l’alcool, la cocaïne, les amours toxiques.

« Il hypnotise le monde de la mode »

Au Théâtre de la Contrescarpe, le public est invité à (re) découvrir le dandy noir sous des angles inédits mis en scène à couper le souffle par Guila Braoudé . Elle le met à nu, délivre son histoire, la vraie histoire hors norme, hors clichés, vécue avec Karl Lagerfeld. Blotti contre lui, en bas résille au Palace, stone sur un dance floor, elle reconstitue avec force des scènes désaxées de sa brève existence. Pour la metteure en scène « il est magnétique, son corps est libre, il est sexuellement sans freins, son audace décoiffe, il hypnotise le monde de la mode ».

En immersion dans le quotidien trash du bad boy, le spectateur est télétransporté avec un rétro réalisme saisissant. De New York à Paris, dans les coulisses d’un défilé de mode de Saint Laurent, au Flore… Elle nous emporte. Sa mise en scène épouse à la perfection la multiplicité des lieux. Où circulent, le vide et le plein d’intro et rétrospection bouleversants.


Aucune morale …

« A vous écouter je suis responsable de tous les maux de la terre, je tue, je rends dépressif, je vends mon cul. Qui êtes-vous pour me juger ? ». Jette désabusé, l’accusé Jacques de Bascher à l’auditoire. Avocat de sa propre défense, il s’adresse aux censeurs, aux moralisateurs d’hier et d’aujourd’hui. « Certains diront que je n’ai aucune morale, c’est faux, j’ai la mienne, elle n’est juste par partagée par tout le monde ».

En vain, la sentence tombe. Il est condamné au discrédit, au déshonneur. « Son époque, c’est le droit à la liberté sans limite... elle nous fait rêver cette liberté des années 80 mais elle est brutalement anéantie par le Sida » se désole Guila Braoudé.

« Il s’est brulé les ailes »

Diagnostiqué positif au HIV, l’hédoniste âgé de 36 ans est épouvanté par le spectre de la mort. Terrifié qu’on l’oublie. Il se confesse à Karl Lagerfeld sur un magnétophone, « pour laisser une trace de son amour pour lui et un avis sur le monde contre lequel il s’est brûlé les ailes » explique Guila Braoudé. Ses souvenirs et ses états d’âme enregistrés, résonnent en émotion dans la salle. Même Karl ne pourra sauver son « Jacko ». Autour de lui, ses amis commencent à tomber les uns, après les autres.

« Moi que vais- je laisser ? » se lamente de Bascher. « J’ai essayé de peindre, d’écrire de faire des photos, de dessiner. Rien. C’est ça qui me tue le plus ». Pourtant, ses libertés, ses excentricités … survivront aux censures de Pierre Bergé, aux caricatures propagées depuis sa disparition, aux dénigreurs. Elles ont, contre toute attente contribué à bâtir sa légende.

Jacques de Bascher
Seul en scène éligible aux Molières 2023, Biopic, LGBTQIA+
De et avec Gabriel Marc
Mise en scène de Guila Braoudé

Au théâtre de la Contrescarpe
5, rue Blainville 75005 Paris
Du 15 juillet 2022 au 27 mars 2023
Durée : 1h15
Réservation en ligne par téléphone au 01 42 01 81 88

Métro : Place Monge (Ligne 7), Cardinal Lemoine (Ligne 10) RER B, Luxembourg
Bus : Monge 47, Cardinal Lemoine 47, 89 et Panthéon 84
Parking : Soufflot-Panthéon




Nathalie Khâ
Journaliste - Chroniqueuse Formée à l'ESJ Paris - INA - EMI - Formation Club France... En savoir plus sur cet auteur




ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | ÉDUCATION | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | JEUNES | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR





Recherche



Les derniers articles