Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour



Le Podcast Journal - podcastjournal.net 

Recherche avec Google
 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Journal de Manille: Une nature diverse et imprévisible


Lors de ma dernière semaine aux Philippines, le volcan Mayon est entré en éruption. J'aimerai par conséquent vous parler aujourd'hui de la biodiversité de ce pays, de sa nature riche, impressionnante et diverse.


La baie de Manille au coucher de soleil. Photo prise par l'auteur.
La baie de Manille au coucher de soleil. Photo prise par l'auteur.
manille_2.mp3 Manille.mp3  (719.7 Ko)

David Attentborough disait: "Il me semble que le monde naturel est la principale source d'excitation; la plus grande source de beauté visuelle; la plus grande source d'intérêt intellectuel. C'est la plus grande source de tellement dans la vie qui rend la vie digne d'être vécue". Aux Philippines, j'ai pu en effet faire l'expérience d'un retour aux valeurs simples qui m'ont appris que le monde est un endroit riche et fabuleux mais aussi imprévisible! En effet, au cours des deux dernières semaines, le volcan des Philippines nommé Mayon est entré en éruption en libérant des quantités de cendres et de lave faibles et moyennes. Les autorités locales ont d'ailleurs annoncé que le magma sous-jacent à Mayon est toujours en construction et qu'une éruption plus violente pourrait être imminente.

Le volcan Mayon, qui mesure 8.077 pieds de haut, est l'un des plus actifs aux Philippines et a continué à faire éruption au cours de la semaine dernière. De vivre ça à quelques kilomètres, en direct est toujours très impressionnant. Si on apprend à ouvrir les yeux et à occulter tout ce qui nous entoure, on peut s'apercevoir que la nature, restera une chose indomptable et est l'une des choses les plus puissantes au monde. Dans ce pays qui est composé de forêts gigantesques, de toutes sortes d'animaux, d'océan à perte de vue, il semble impossible de ne pas être émerveillée et de prendre conscience que sans la nature, notre monde ne fonctionne plus. Quand les gens pensent à la diversité biologique et à la conservation, ils sont susceptibles de nommer avec raison l'Afrique, la forêt amazonienne et peut-être Madagascar comme des endroits très spéciaux où vivent des plantes et des animaux remarquables. Mais les Philippines sont aussi considérées comme un pays de méga-diversité auquel seul un petit nombre de pays dans le monde peut rivaliser en ce qui concerne la diversité des écosystèmes, des espèces et des ressources génétiques.


La baie de Manille

La baie de Manille n'est pas seulement connue pour les plus beaux couchers de soleil du monde mais aussi comme centre de biodiversité. La baie est ce que les océanographes appellent un estuaire semi-clos, ce qui signifie que les rivières qui s'y jettent apportent de l'eau douce et des éléments nutritifs qui se mélangent à l'eau de mer, ce qui rend la baie très écologiquement productive. La baie est peu profonde et a une profondeur moyenne de 17m et une superficie de 1.800 km2. Elle est ainsi drainée par deux grands systèmes fluviaux, les systèmes fluviaux Pampanga et Pasig. La rivière Pampanga contribue à 49% de toute l'eau douce qui entre dans la baie. Avec sa haute productivité, il n'est pas surprenant qu'il y ait une grande biodiversité.

Une grande partie de l'île qui constitue l'archipel est considérée comme ayant un très haut degré d'endémisme terrestre et animal. Le pays accueille plus de 52.177 espèces décrites dont plus de la moitié ne se trouve nulle part ailleurs dans le monde. Sur une base par unité de surface, les îles hébergent probablement plus de diversité de vie que n'importe quel autre pays de la planète. Les Philippines sont aussi l'un des plus grands producteurs de poisson au monde (d'où les plats traditionnels philippins composés principalement de poisson). Nos mers abritent plus de 2.500 espèces de poissons. Il y a six espèces de grandes baleines appelés balyena. Il s'agit de la baleine bleue, de la baleine de Bryde, de la baleine à bosse, de la baleine d'Omura, du rorqual commun et du cachalot. Il y a également huit espèces de petites baleines appelées épaulards, baleine à bec de Cuvier, baleine pilote à nageoires courtes, cachalot pygmée, baleine de Longman et baleine à tête de melon. Les dauphins préférés des enfants lumba-lumba comptent 13 espèces: dauphin à long bec, dauphin tacheté pantropical, dauphin à dents rugueuses, dauphin du Fraser, grand dauphin, dauphin rayé et dauphin Irawaddy.

L'océan autour du pays abrite également la vache de mer dugong, cinq espèces de tortues marines pawikan qui sont: la tortue caouanne, la tortue luth, la tortue verte, la tortue imbriquée et la tortue olivâtre. Les poissons cartilagineux pating tels que le requin-baleine, le requin megamouth et le requin pèlerin. Le plus gros poisson du monde, le requin-baleine connu localement sous le nom de butanding, nage régulièrement dans les eaux philippines et se trouve au large des côtes de Donsol.

Importance de la préservation de la biodiversité

La baie avait auparavant de nombreux environnements marins, des herbiers marins, des récifs coralliens, des vasières, des plages de sable et était bordée de mangroves. Au début du XXe siècle, la baie comptait plus de 54.000 hectares de mangroves. Au début du XXIe siècle, il est tombé à 734 hectares. Avec ces nombres d'espèces différentes, les Philippines sont donc aussi l'un des hotspots les plus menacés au monde, avec seulement 7% de son ancienne forêt à canopée fermée laissée à la suite des activités illégales d'exploitation forestière. Les objectifs de développement du pays, qui comprennent le développement du réseau routier, l'irrigation, les projets énergétiques, ainsi que les ports et les ports planifiés, doivent être harmonisés avec les objectifs de conservation de la biodiversité.

La perte de biodiversité aux Philippines provient de la destruction de l'habitat, de la surexploitation, de la pollution chimique ou environnementale, de la pollution biologique et de la faiblesse des capacités institutionnelles et juridiques. Le gouvernement a élaboré des politiques pour régler ces problèmes, notamment la promulgation des lois nationales et de ses règlements d'application tels que le Code des pêches de 1998, la loi sur la faune de 2001, la Convention sur le commerce des espèces de faune et de flore sauvages. et plus récemment, l'Initiative du Triangle de corail et la Commission des pêches du Pacifique occidental et central.



03/02/2018




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Strasbourg mon amour - 12/02/2018

1 2 3 4 5 » ... 20






Dans nos blogs :

Que signifie être végan?

Devenir végan veut dire adopter un mode de vie respectueux des animaux. Cela passe avant tout par une alimentation végétalienne, mais aussi...

Tereza Kesovija sa carrière française à l'honneur (suite)

Depuis le 16 février 2018, il est possible pour les fans, les collectionneurs de posséder en digital les premières chansons de Tereza...



Retrouvez le Podcast Journal :