Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour



Le Podcast Journal - podcastjournal.net 

Recherche avec Google
 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Journal de Manille: l'art en trois dimensions


Cette semaine je vous propose de m'accompagner dans la visite d'un musée original et inédit, qui m'a transporté dans une autre dimension!


Le musée Art in Island aux Philippines. Photo prise par l'auteur.
Le musée Art in Island aux Philippines. Photo prise par l'auteur.
art_in_island.mp3 Art in Island.mp3  (607.24 Ko)

L'art, que ce soit abstrait, matériel, en sculpture, ou en peinture est un moyen de s'évader. C'est une chose qui nous emmène dans une recherche et une réflexion profonde de l'être humain, un questionnement sur le choix de l'artiste à avoir dessiné ou peint telle ou telle œuvre. En effet, comme le disait Herman Hesse au sujet de l'art dans "Le jeu des perles de verres": "Un artiste qui fait œuvre d'imagination évite les mathématiques pures et la logique non parce qu'il a décelé quelque chose en elles, ni parce qu'il trouve à redire, mais parce que d'instinct il est porté ailleurs". Peu importe l'endroit dans le monde, l'art est accessible à tous et de différentes manières. Que ce soit à travers le street art ou dans un théâtre ou dans les musées, c'est une chose universelle qui touche toutes les classes sociales. À Manille cette semaine, je me suis rendue dans un musée un peu particulier, un musée en trois dimensions.


Le musée Art in Island

Illusion optique. Photo prise par l'auteur.
Illusion optique. Photo prise par l'auteur.
Dans un monde régit par internet, les réseaux sociaux, Instagram etc... la plupart des musées à travers les États-Unis et en Europe ont eu du mal à gérer les "attaques" de selfies. Mais, quelques visionnaires dans la capitale philippine sont beaucoup plus ouverts d'esprit. Ils ont lancé le premier musée du selfie au monde, Art in Island, où il ne s'agit pas de regarder l'art mais de poser pour des photos avec esprit et créativité.

Ce musée possède plus de 200 chefs-d'œuvre, y compris la reproduction d'œuvres de maîtres, d'animaux, de ruines égyptiennes etc... qui aide les amateurs de musée à retrouver une perspective saine sur l'art en leur permettant de toucher, s'asseoir et grimper des approximations 3D de peintures telles que "Mona Lisa" de Léonard de Vinci et "Starry Night" de Vincent van Gogh. Il faut seulement deux heures pour passer à travers le musée entier, un voyage rafraîchissant et court comparé aux jours que vous pouvez dépenser perdu dans le Louvre avec votre bâton de selfie. Je me suis rendue au cœur de Cubao à Quezon City.

Fondé par le Coréen Yun Jae Kyoung avec une équipe de 18 maîtres peintres coréens qui ont été spécialement affectés au projet, ils ont tous travaillé ensemble pour créer les peintures du musée. Ces arts donnent l'illusion de la profondeur vu d'un certain angle, et sont conçus pour servir de toile de fond pour les occasions de photographies. Les matériaux qui ont été utilisé, sont des médias mixtes tels que l'acrylique et la peinture à l'huile ainsi que de la résine sur le sol pour préserver les peintures et les faire durer pendant des mois.

La visite

Avant d'entrer, on nous a demandé de laisser nos chaussures au comptoir. Oui, les chaussures sont interdites à l'intérieur pour préserver les peintures dont certaines peuvent être trouvées dans le sol. J'ai aussi déposé mon sac à main car il n'était pas autorisé, ne gardant que mon téléphone. Dès que j'ai trouvé l'article de Time sur Art in Island dans l'une de mes recherches en ligne sur les attractions à visiter à Manille, je savais que je devais venir et embrasser la petite fille encore présente en moi. Votre voyage au musée serait inutile si vous ne savez pas interagir et prendre des photos avec des poses folles et avec l'art!
Tout comme l'a précisé Betty Cambaya, directrice du musée: "Ici, les peintures d'art ne sont pas complètes si vous n'êtes pas avec elles et si vous ne prenez pas de photos avec elles".

Il y a des nombreuses zones thématiques que j'ai vraiment appréciées et j'ai été époustouflée quand je suis entrée dans le premier couloir du musée. Il a été conçu comme la zone des chefs-d'œuvre où vous pouvez interagir avec les célèbres peintures du monde entier. Aventures aquatiques (zone sous-marine) donne l'illusion d'être sous l'eau et d’interagir avec des baleines ou des requins, le voyage dans la jungle (zone animale) permet de surprendre un petit singe qui essaie de prendre une photo de vous alors que vous tentez de traverser une rivière au dessous d'un lion... Dans le monde religieux de l'art (zone religieuse), vous pouvez faire semblant d'être ange et démon à la fois, vous êtes entourés de nuages, laissant penser que vous êtes les princes et princesses des cieux. Dans les donjons des temps anciens (hall central), vous pouvez prétendre d'être un roi couronné dans un tableau ou César sur ses chevaux. Murs magiques et mystérieux (zone fantastique) permettent de faire semblant de sortir d'un livre d'histoire fantastique.
Il y avait aussi des configurations d'illusion d'optique qui trompent vos perceptions et vous aident à créer des photos improbables!

La place de l'art aux Philippines

Street Art aux Philippines. Photo prise par l'auteur.
Street Art aux Philippines. Photo prise par l'auteur.
À l'époque pré-hispanique, lorsque le commerce interne et externe était une activité florissante et établie, les œuvres d'art aux Philippines étaient d'un autre genre. Les autochtones ont trouvé leurs inspirations dans la poterie, les tatouages, les textiles, les anitos, les ornements, les bijoux, etc. Ces formes d'art actuellement considérées étaient en fait des objets d'utilité. Ils pouvaient être utilisés pour pratiquer et évoquer leur religion ou leur méthode de culte, pour faire connaître leur statut social désigné ou nouvellement acquis, pour raconter des histoires ou des légendes, pour montrer leurs accomplissements récents ou pour simplement les utiliser pour leur aspect fonctionnel et physique. Par conséquent, la production de ces objets était un mode de vie. Cela prouve l'absence de besoin d'un lieu comme celui d'une galerie d'art. Lorsque des objets de ce genre sont échangés contre d'autres nécessités et transformés à leur tour en marchandise, ils sont ensuite présentés au revendeur ou au client, c'est-à-dire d'une manière qui se rapproche de la notion actuelle de présentation de l'art.

Aujourd'hui, les grands centres commerciaux de la ville ont pris l'initiative d'inviter des galeries d'art à ouvrir leurs infrastructures. C'est au début de l'année 1992 que l'idée et l'ouverture d'une Art Walk, un ensemble de galeries d'art regroupées dans un centre commercial, a germé à partir de l'exposition réussie de Juvénal Sanso dans le SM Megamall (le plus grand centre commercial des Philippines). Avec de nombreuses peintures vendues principalement à des collectionneurs d'art, ainsi qu'à des clients passants, le vice-président de l'ingénierie et du développement de SM, Henry Sy, qui était lui-même un grand collectionneur d'art, a invité une série de huit galeries à s'établir au niveau 4 de SM, qui a attiré différents types de clientèle et de public. Parmi ces premières figuraient les succursales de Galleria Duemila 2000, de Finale Art File, de West Gallery, du Heritage Art Centre, de Liongoren Art Gallery, de Gallery Genesis et des principaux bureaux de Pacheco Art Gallery et Contreras Sculptures Gallery. Les autres galeries qui ont suivi dans le SM Megamall étaient la Galerie Y, la Galerie Crucible, la Galerie Nemiranda, la Galerie des estampes et la Galerie 139 (anciennement située au centre-ville d'Alabang). Entretemps, une galerie dynamique a été inaugurée la même année. Situé dans la ville de Makati, l'Australia Center Gallery Space a été ouvert à des artistes, des conservateurs et des organisations, y compris des groupes australiens souhaitant exposer aux Philippines. En 1993, la Boston Gallery à Quezon City a ouvert ses portes pour accueillir de nouvelles idées, innovations et expérimentations réalisées par des artistes philippins et étrangers. Dans le Shangri-La Edsa Mall, de nouvelles galeries ont réussi à prospérer pour montrer leurs œuvres. La culture croissante des centres commerciaux parmi les Philippins a peut-être déclenché l'ouverture de nombreuses galeries d'art à l'intérieur de ces bâtiments, car ces lieux génèrent de nombreux retours financiers et sont des lieux pratiques, tant pour les propriétaires que pour les téléspectateurs. Certaines de ces galeries ont même leurs propres programmes ou visions spéciales, comme la promotion d'artistes-étudiants ou l'organisation d'ateliers, de conférences ou de démonstrations. Avec une telle amélioration générale de la technologie, de l'industrie, des services et de la communication, il y a une augmentation parallèle de la demande d'œuvres d'art.


17/01/2018




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Strasbourg mon amour - 12/02/2018

1 2 3 4 5 » ... 20






Dans nos blogs :

Que signifie être végan?

Devenir végan veut dire adopter un mode de vie respectueux des animaux. Cela passe avant tout par une alimentation végétalienne, mais aussi...

Tereza Kesovija sa carrière française à l'honneur (suite)

Depuis le 16 février 2018, il est possible pour les fans, les collectionneurs de posséder en digital les premières chansons de Tereza...



Retrouvez le Podcast Journal :