Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
Média d'information international diffusé en podcast 🎙️
Facebook
Twitter
Instagram
Newsletter
 

Journée de l'égalité des salaires : 4 faits à savoir


Par Rédigé le 18/09/2021 (dernière modification le 18/09/2021)

Le 18 septembre, les Nations unies célèbrent la seconde Journée internationale de l'égalité des salaires afin de créer une dynamique autour de la nécessité urgente de combler l'écart de rémunération entre les sexes.


4 Faits à savoir sur l'égalité des salaires. (c) Sarah Barreiros.
4 Faits à savoir sur l'égalité des salaires. (c) Sarah Barreiros.
egalitaire_salaire.mp3 égalitaire salaire.mp3  (1.81 Mo)


L'égalité de rémunération s'appuie sur l'engagement des Nations unies en faveur des droits de l'homme et contre toutes les formes de discrimination, y compris la discrimination à l'égard des femmes et des filles. Combler l'écart de rémunération est essentiel pour atteindre selon eux, les objectifs de développement durable, en particulier l'Objectif 5 sur l'égalité des sexes et l'autonomisation de toutes les femmes et filles et l'Objectif 8.5 sur l'égalité de rémunération pour un travail de valeur égale.

Dans le monde, une femme gagne 77 cents pour chaque dollar gagné par un homme, dans l'Union européenne, une femme reçoit 84 cents pour chaque euro payé à un homme, et les progrès en matière de réduction de l'écart salarial sont lents. Et les preuves suggèrent que les progrès dans la réduction de l'écart de rémunération entre les sexes pourraient s'arrêter ou s'inverser à cause de COVID-19 et de ses retombées. Le salaire moyen des travailleuses est donc généralement inférieur à celui des hommes dans tous les pays, dans tous les secteurs, pour tous les niveaux d'éducation et toutes les tranches d'âge. Si les estimations de l'écart de rémunération entre les sexes peuvent varier considérablement d'une région à l'autre et même au sein d'un même pays, les pays à revenu élevé tendent à présenter des niveaux d'inégalité salariale plus faibles que les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Selon le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, la Journée internationale de l'égalité des salaires est l'occasion de s'attaquer aux mécanismes qui bloquent la parité salariale entre les sexes.

"Nous devons nous demander pourquoi les femmes sont reléguées à des emplois moins rémunérés, pourquoi les professions à prédominance féminine sont moins rémunérées, y compris les emplois dans le secteur des soins, pourquoi tant de femmes travaillent à temps partiel, pourquoi les femmes voient leur salaire diminuer avec la maternité alors que les hommes avec des enfants bénéficient souvent d'une augmentation de salaire, et pourquoi les femmes plafonnent dans les professions plus rémunératrices", a déclaré le Secrétaire général dans son message à l'occasion de la Journée, ajoutant que "l'égalité de rémunération est essentielle non seulement pour les femmes, mais aussi pour construire un monde de dignité et de justice pour tous."

4 faits à savoir

La journée internationale

La Journée internationale de l'égalité des salaires, qui sera commémorée le 18 septembre de chaque année, a été instaurée en 2019 par l'Assemblée générale des Nations unies, qui s'est déclarée profondément préoccupée par la lenteur des progrès en matière d'autonomisation économique des femmes, la sous-évaluation du travail traditionnellement occupé par les femmes et les difficultés à lutter contre les inégalités salariales. L'Assemblée générale a demandé instamment que des mesures soient prises pour atteindre l'objectif d'un salaire égal pour un travail de valeur égale pour tous, et a encouragé toutes les parties prenantes à continuer à soutenir l'objectif d'un salaire égal pour un travail de valeur égale.

Exactement 25 ans après la conférence mondiale historique de Pékin sur la promotion et l'égalité des femmes, la directrice de l'agence des Nations unies pour l'autonomisation des femmes a déclaré vendredi que "son importance reste inchangée".

En l'an 2277

Lors de la quatrième conférence mondiale sur les femmes, qui s'est tenue du 4 au 15 septembre 1995 et s'est conclue par la déclaration et le programme d'action historiques de Pékin, les gouvernements du monde entier se sont engagés à "promulguer et appliquer une législation garantissant les droits des femmes et des hommes à un salaire égal pour un travail égal ou de valeur égale".

Selon ONU Femmes, l'entité des Nations unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes, malgré des progrès significatifs dans l'éducation des femmes et des taux de participation des femmes au marché du travail plus élevés dans de nombreux pays, la réduction de l'écart de rémunération entre les sexes a été trop lente.

Aujourd'hui, 25 ans après la quatrième conférence mondiale sur les femmes à Pékin, où les pays du monde entier se sont engagés à garantir "un salaire égal pour un travail égal", aucun pays n'a encore atteint la parité salariale entre les sexes. Selon le rapport Global Gender Gap Report du Forum économique mondial, publié le 17 décembre 2019, il faudra attendre l'année 2277 pour que les femmes, en moyenne, puissent espérer un salaire égal pour un travail de valeur égale.

Il n'est pas facile de combler l'écart salarial.

Selon l'OIT, les différences considérables entre les estimations de l'imparité entre les sexes constituent un obstacle à l'action politique plutôt qu'un moteur du changement. La situation est encore compliquée par le fait que, dans les pays à revenu élevé, une grande partie de l'écart de rémunération restant n'est pas prise en compte, c'est-à-dire qu'elle ne peut pas être expliquée par des facteurs tels que les différences de niveau d'éducation. Il s'explique plutôt par des inégalités systématiques durables, telles que des pratiques d'embauche et des décisions de promotion discriminatoires, qui empêchent les femmes d'accéder à des rôles de direction et à des postes hautement rémunérés.

Il ne sera pas possible de changer ces injustices systémiques du jour au lendemain, mais c'est possible. À l'occasion de la Journée internationale de l'égalité salariale, les décideurs, les acteurs du marché du travail et la société civile sont invités à contribuer à créer une dynamique autour des efforts à déployer pour combler l'écart de rémunération entre les sexes.


Les femmes handicapées subissent une double discrimination dans le monde du travail.

Elles ont moins accès aux études et sont cantonnées aux métiers de services.
Même en entreprise adaptée, elles ne représentent qu’un tiers des salariés.
Invisibles ou presque. Seules 1 % des femmes en situation de handicap sont cadres contre 14 % des hommes, selon une étude de la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares)​. « C’est la double peine », explique Dominique du Paty, fondatrice de la société de conseil Handiréseau. Orientées vers des métiers de services et moins diplômées que leurs homologues, ces femmes peinent encore à s’imposer dans le monde du travail, souligne le défenseur des droits dans un rapport publié en novembre 2016. « Parce qu’elles sont femmes, parce qu’elles sont handicapées », les difficultés à trouver un emploi puis à mener une carrière sont accrues, selon le rapport.

A cela s’ajoutent « des inégalités et discriminations spécifiques combinant genre et handicap ». Pour le défenseur des droits, qui appelle « à une vigilance particulière à leur égard », ces inégalités prennent racine dans l’accès aux établissements scolaires.
« Effrayant. » C’est avec ce mot que Claire Desaint, coprésidente de Femmes pour le dire, femmes pour agir (FDFA) désigne la violence dont sont victimes les femmes en situation de handicap. D’après une enquête réalisée en février par l’APF France handicap, près de 40 % d’entre elles disent avoir subi ou être actuellement victimes de discriminations, contre 27 % pour l’ensemble. « Les préjugés ont empêché une scolarisation normale et l’obtention de diplômes. » Au quotidien, « être handicapée, c’est apparaître comme lente, fragile et inadaptée », explique Claire Desaint. Résultat, même dans les entreprises adaptées (EA), c’est-à-dire ayant 80 % de salariés en situation de handicap, les femmes ne représentent qu’un tiers des effectifs. Et « quand elles arrivent à obtenir un poste, c’est très souvent en dessous de leurs compétences », ajoute-t-elle.
Autre difficulté pour trouver un emploi : la grossesse. « Là encore, il s’agit de discriminations croisées, explique Claire Desaint. En France, avoir un enfant est un frein dans la carrière des femmes. Pour celles en situation de handicap, les employeurs considèrent qu’elles vont prendre plus de temps pour s’occuper de leurs enfants et qu’elles ne pourront plus du tout travailler. »




 

Message du Secrétaire général (2020)

Dans le monde entier, après des décennies de militantisme et des dizaines de lois sur l’égalité de rémunération, les femmes n’ont toujours droit qu’à 80 centimes pour chaque dollar gagné par les hommes. Ce chiffre est encore plus bas pour les femmes avec enfants, les femmes racisées, les réfugiées et les migrantes ou les femmes en situation de handicap.
Si l’on m’avait dit qu’il en serait encore aujourd’hui ainsi il y a quarante ans, je ne l’aurais pas cru. Mais d’après l’analyse du Forum économique mondial, il faudrait 257 ans pour combler cet écart.
Si les premiers signes de l’impact économique de la pandémie de COVID-19 se confirment, l’écart de rémunération entre les femmes et les hommes devrait encore se creuser, en partie parce que les femmes sont nombreuses à travailler dans les secteurs des services et de l’hôtellerie ainsi que dans le secteur informel, qui ont été les plus touchés.
Le manque d’égalité dont pâtissent les femmes dans le monde du travail alimente les inégalités dont elles souffrent dans d’autres domaines de leur vie. Les emplois féminins sont moins susceptibles d’être accompagnés de certains avantages comme l’assurance maladie ou le droit à des congés payés. Même lorsque les femmes ont droit à une pension de retraite, elles ne toucheront pas autant que les hommes durant leur vieillesse puisque leur rémunération n’aura pas été aussi élevée.
Les lois sur l’égalité de rémunération n’ont pas suffi à remédier à cette situation. Il faut aller plus loin et en faire plus pour trouver des solutions.
Pour commencer, il faut dénoncer l’écart de rémunération qui existe entre les femmes et les hommes. Je me réjouis donc de la célébration de cette première Journée internationale de l’égalité de rémunération et je félicite toutes celles et ceux qui ont permis qu’elle ait lieu.
Nous devons nous poser des questions. Pourquoi les femmes sont reléguées dans les emplois moins bien rémunérés ? Pourquoi les professions dans lesquelles elles sont les plus nombreuses sont aussi celles pour lesquelles les salaires sont les plus bas – y compris dans le secteur du care ? Pourquoi tant de femmes travaillent à temps partiel ? Pourquoi leur salaire diminue lorsqu’elles deviennent mères alors que les hommes ayant des enfants ont souvent droit à une augmentation ? Et pourquoi les femmes se heurtent à un plafond dans les professions les mieux rémunérées ?
Il y a des solutions. Il faut faire voler en éclat les stéréotypes de genre nuisibles, lever les obstacles institutionnels et promouvoir le partage des responsabilités familiales sur un pied d’égalité. Nous devons reconnaître à leur juste valeur les soins non rémunérés que les femmes assument de manière disproportionnée et en redistribuer la charge.
La pandémie de COVID-19 a mis à nu et exacerbé toutes les formes d’inégalités qui sévissent de par le monde, y compris celles entre les femmes et les hommes. Alors que nous investissons dans le relèvement, nous devons saisir l’occasion qui se présente de mettre fin à la discrimination salariale à l’égard des femmes.
L’égalité de rémunération est essentielle non seulement pour les femmes, mais aussi pour faire advenir un monde de dignité et de justice pour toutes et tous.
 
 





Sarah B
Parisienne | Patineuse sur glace professionnelle et aerialiste en cerceau aerien | Web Journaliste... En savoir plus sur cet auteur




ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | ÉDUCATION | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | JEUNES | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR





Recherche



Les derniers articles