Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

L’Afrique du Sud domine l'Angleterre et s'offre un troisième sacre mondial


Par Maxime Lefebvre Rédigé le 03/11/2019 (dernière modification le 03/11/2019)

Sur trois finales de Coupe du monde jouées, l’Afrique du Sud ne s’est jamais inclinée. Ce samedi, dans l’enceinte de l’International Stadium de Yokohama, l’Angleterre a pris de plein fouet la vague sud africaine. Les Springboks remportent, douze ans après leur dernier succès en Coupe du monde, leur troisième couronne mondiale en disposant de l’Angleterre (12-32) au terme d’un match rude et maîtrisé de bout en bout.


La coupe Webb Ellis (c) Roman D.,Wikipédia.
La coupe Webb Ellis (c) Roman D.,Wikipédia.
Comme annoncé par les joueurs en conférence de presse, cette neuvième finale de coupe du monde a donné lieu à un match âpre et engagé. L’Afrique du Sud, largement dominatrice, n’a laissé aucun répit à une équipe d’Angleterre dépassée dans les différents compartiments du jeu et qui n’a pu que subir la force du pack sud-africain.

Dès l'entame, les Anglais concèdent une pénalité mais Pollard, l’ouvreur sud-africain, manque son coup de pied. Les plans du XV de la Rose sont rapidement mis à mal suite à la sortie de Kyle Sinckler dès la 3e minute jeu. Le pilier est mis K.O. par un coup de coude involontaire de son coéquipier Maro Itoje. Cette sortie semble perturber les Anglais qui subissent dès lors les premières offensives des Springboks. L’animation sud-africaine est vite récompensée par une première pénalité (0-3, 3e).

L’entame de match est clairement à l’avantage des joueurs de Rassie Erasmus qui imposent un gros combat dans les rucks. Il faut attendre la 19e minute pour assister à la première incursion anglaise dans les 22 mètres adverses, mais le XV de la Rose se heurte à une défense solide et intransigeante. Les contacts sont rudes à tel point que Lood De Jager, le deuxième ligne sud-africain, est contraint de quitter ses partenaires sur blessure à la 21e minute. Entre temps, Owen Farrell en profite pour remettre les deux équipes à égalité (3-3, 22e). L’Afrique du Sud ne tarde pas à reprendre l’avantage, bénéficiant à son tour d’une pénalité à la suite d’une mêlée, secteur de jeu que les Sud-Africains maîtriseront tout au long de la rencontre.

Les Anglais nous avaient laissé sur une impression de maîtrise et de vitesse après leur succès face à la Nouvelle-Zélande en demi-finale. Force est de constater que le XV de la Rose n’est pas parvenu à mettre en place son style de jeu durant cette rencontre, la faute à des Springboks bien en place, cadenassant l’adversaire et l’empêchant d’aller jouer sur les ailes. A la 25e minute, les Anglais sont de nouveau sanctionnés à la suite d’une mêlée. Pollard donne l’avantage aux Boks (3-6, 25e). Durant un temps fort, l’Angleterre tente d’aller aplatir dans l’en-but adverse mais ne récolte qu’une pénalité (6-6, 34e). De son côté, Pollard (8/10 et 22 points durant cette finale) profite une fois de plus de l’indiscipline anglaise (6-9, 38e). Les Boks creusent un peu plus l’écart juste avant la mi-temps (6-12, 40e+1).

L'Angleterre impuissante

L’Angleterre donne le sentiment d’entamer la seconde période avec de réelles intentions de jeu, mais l’Afrique du Sud défend parfaitement. La mêlée sud-africaine, impressionnante ce jour, offre une nouvelle opportunité à Pollard (6-15, 45e). Le sélectionneur de l'Angleterre, Eddie Jones, opère alors un changement tactique en remplaçant son ouvreur Georges Ford par le centre Henry Slade, amenant Owen Farrell à passer à l’ouverture. Cet ajustement semble avoir un effet, mais seulement pendant un court instant. L’Angleterre recolle certes au score (9-15, 50e) mais reste sous l’emprise sud africaine qui s’appuie sur des fondamentaux solides.

Pollard passe une nouvelle pénalité (9-18, 57e), Farrell lui répond (12-18, 58e). Il faudra attendre la 65e minute de jeu pour assister au premier essai de la rencontre. Les Boks récupèrent le ballon à la suite d’un dégagement de Ben Youngs. Sur la ligne médiane, Am relance avec Marx qui sert Mapimpi sur l’aile gauche. L’ailier joue au pied par-dessus la défense anglaise, Am récupère la balle et sert Mapimpi qui part aplatir entre les poteaux. Pollard transforme, les Boks s’envolent (12-25, 65e). Dès lors, plus rien n’arrêtera l’Afrique-du-Sud en route vers un troisième sacre mondiale. Chelsin Kolbe, l’autre ailier sud africain, viendra mystifier le XV de la Rose à la suite d’un exploit personnel. Après une perte de balle de Slade sur ses 40 mètres, Kolbe est servi sur l'aile droite et élimine Farrell d'un sublime crochet intérieur. L’ailier accélère le long de la ligne de touche pour finir sa course dans l’en-but adverse. Pollard passe la transformation portant la marque à 32-12 (73e). Le score est scellé.

Avec ce succès, les Boks deviennent la première nation à remporter la Coupe du monde après avoir perdu un match en phase de poule. Ce troisième sacre mondial permet par ailleurs aux Sud Africains de rejoindre la Nouvelle-Zélande au palmares des nations les plus titrées en Coupe du monde. Siya Kolisi devient en outre le premier capitaine noir de l’Afrique-du-Sud a soulever la coupe Webb-Ellis.

L’addition est lourde pour l’équipe d’Angleterre extrêmement séduisante tout au long de la compétition. La sortie de Sinckler dès les premières minutes aura certainement eu un impact notamment en mêlée. Cette défaite marque aussi le deuxième revers pour Eddie Jones en finale de Coupe du monde. Le sélectionneur du XV de la Rose avait déjà perdu avec l’Australie en 2003 face à l’équipe qu’il dirigeait ce jour.

ang_afs_artcile_n_3__esj___02_11_2019_15_27.m4a Angleterre - Afrique-du-Sud  (7.53 Mo)

Angleterre 12 - 32 Afrique-du-Sud

Essais : Mapimpi (65e), Kolbe (73e) pour l’Afrique-du-Sud
Transformations : Pollard (67e, 75e) pour l’Afrique-du-Sud
Pénalités : Farrell (22e, 34e, 52e, 60e) pour l’Angleterre ; Pollard (3e, 25e, 38e, 41e, 45e, 58e) pour l’Afrique-du-Sud.

Angleterre : M. Vunipola (J. Marler 46’), J. George (L. Cowan-Dickie 60’), K. Sinckler (D.Cole 3’), M. Itoje, C. Lawes (G. Kruis 41’), T. Curry, S. Underhill (M. Wilson 60’), B. Vunipola, (m) B. Youngs (B. Spencer 76’), (o) G. Ford (H. Salde 50’), J. May (J. Jospeh 70’), O. Farrell (cap.), M. Tuilagi, A. Watson, E. Daly.

Sélectionneur : Eddie Jones

Afrique du Sud : T. Mtawarira (S. Kitshoff 44’), B. Mbonambi (M. Marx 22’), F. Malherbe (V. Koch 44’), E. Etzebeth (R. Snyman 60’), L. De Jager (F. Mostert 22’), S. Kolisi (cap.) (F. Louw 64’), P. Du Toit, D. Vermeulen, (m) F. De Klerk (H. Jantjies 77’), (o) H. Pollard, M. Mapimpi, D. De Allende, L. Am, C. Kolbe, W. Le Roux (F. Steyn 68’).

Sélectionneur : Rassie Erasmus

Yokohama, International Stadium
Arbitre : Jérôme Garcès.








ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES





Les derniers articles




Recherche

L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  



Facebook