Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

L’homme au sac: un film démystifiant la tradition


Dans les différentes traditions, une personnalité fut utilisée pour faire peur aux enfants quand les parents n’arrivaient pas à contrôler les actions de leurs petits – le père fouettard en France, boogeyman aux États-Unis, et l’homme au sac au Liban. Le directeur Miled Abou Moussa, convaincu que l’utilisation des méthodes coercitives dans l’éducation des enfants est inefficace et nuisible, a décidé de démystifier le mythe et de raconter la vraie histoire de "L’homme au sac". Le voici dans un entretien avec le Podcast Journal.


Photo (C) Miled Abou Moussa
Photo (C) Miled Abou Moussa
podcast_homme_au_sac.mp3 Podcast_Homme_Au_Sac.mp3  (325.73 Ko)

Si tu ne dors pas maintenant, Abou Kis (L’homme au sac) va passer et te trouvera éveillé. Il te mettra dans son sac et t’emmènera avec lui. Dors vite avant qu’il ne passe! C’est ce qu’un jeune homme a retenu de son enfance. Il n’a pas pu s’abstenir de raconter, durant sa présentation dans le cours de psychologie, que sa maman lui a répété ces mots chaque nuit.

Les méthodes coercitives doivent être abolies de l’éducation des enfants, et une pédagogie moderne basée sur un conditionnement positif devra être mise à la disposition des parents pour assurer une meilleure incorporation des jeunes dans la société.

Miled Abou Moussa, un directeur et scénariste libanais de films d’enfant, a su appliquer la modernisation de l’enseignement des enfants à travers ses productions pour ainsi rompre le cercle vicieux de l’interaction réactive entre les membres de la même famille.
Durant un entretien qui a duré deux heures entières, il nous a expliqué son point de vue pédagogique aussi bien que les différentes étapes de la production de son film "L’homme au sac", entre autres.

Podcast Journal (PJ): Est-ce que l’homme au sac faisait partie de votre enfance?
Miled Abou Moussa (MAM): Mes parents étaient plus ouverts à une méthode soucieuse de préparer les enfants à la liberté et leur assurer un enjeu proactif dans la famille.

PJ: D’où est ce qu’avez-vous eu l’idée de ce film, alors?
MAM: J’ai toujours entendu mes amis parler de cette personne qui passe durant les nuits et qui met dans son sac les enfants qui ne dorment pas pour les emmener loin avec lui une fois pour toute. J’ai donc eu l’idée de faire un film qui parle de la tradition dans sa version libanaise.

PJ: C’est bizarre cette tradition qui se base sur des histoires qui font peur aux enfants. Qu’est ce que vous avez trouvé durant les cinq années de préparation de ce film?
MAM: Il y a presque toujours une confusion entre une vraie histoire traditionnelle et un mythe. L’homme au sac, dans sa vrai version, n’est que ce monsieur qui tournait de village en village portant son théâtre dans un sac sur son dos pour jouer des scènes de l’histoire et des contes de fées. Il ne restait pas dans un seul endroit et il ne revenait pas dans le même village avant des années car il devait voyager à pieds, il a été associé avec ce genre de monstre de la nuit que les enfants ne doivent pas voir.

PJ: C’est alors seulement à travers les histoires de vos amis qui parlaient de leur peur de l’homme au sac qui va les emmener s’ils ont les yeux ouverts la nuit que vous avez eu l’idée du film? N’y a-t-il pas autre chose qui a à faire avec vous-même?
MAM: Si, mais je n’ai pas voulu céder d’abord. Puisque vous insistez, c’est moi qui m’identifie à l’homme au sac. Ça fait des années que je passe dans les villages avec une voiture que j’ai équipé avec un écran de 3 mètres et d’un système d’amplification du son et que je projette mes films d’enfants pendant les soirées d’été.

PJ: Un vrai homme au sac moderne, donc!
MAM: Oui. Puisque vous avez pu me pousser à vous raconter ce fait, je vais vous dire encore que durant cet été, après avoir fini de passer le film dans les salles de cinéma libanais, on va le projeter dans une caravane à travers les différents villages du Liban qui n’ont pas de salle de cinéma.

PJ: Monsieur l’homme au sac, vous comptez élargir le domaine de couverture de vos voyages en dehors du territoire libanais?
MAM: S’il y au quelqu’un qui pourrait nous aider à le faire, pourquoi refuser?



Bande annonce ci-dessous de "L’homme au sac" (Abou Kis) avec sous-titres en français


Ibrahim Chalhoub
Correspondant - Photographe En savoir plus sur cet auteur
20/01/2012




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Expo Saâdane Afif - 06/12/2017

Les faces d'Albé - 27/11/2017

Le Louvre du désert - 25/11/2017

Expo "Ecce Terra" - 18/11/2017

Le "Projet 99" - 29/10/2017

1 2 3 4 5 » ... 78





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :