Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

L'ultra-noir signé Anish Kapoor


Anish Kapoor est un artiste britannique, plasticien et sculpteur. En ce début d'année, l'auteur du "Dirty Corner" a décidé d'acheter les droits d'une couleur, le Vantablack ou pigment ultra-noir, relançant un débat au sein du monde artistique sur la possibilité de soumettre l'art aux lois du marché capitaliste actuel.


Le Vantablack rend la surface de l'aluminium imperceptible. Photo (c) Surrey NanoSystems
Le Vantablack rend la surface de l'aluminium imperceptible. Photo (c) Surrey NanoSystems
ultra_noir_anish_kapoor.mp3 Ultra-noir Anish Kapoor.mp3  (325.55 Ko)

Peut-on s'approprier les droits d'une couleur? Telle est la question lorsque l'artiste Anish Kapoor décide d'acheter les droits exclusifs d'utilisation du Vantablack. Non à proprement parlé couleur, il s'agit d'une matière composée de nanotubes de carbone qui absorbe la lumière à 99,965%; tout objet placé dans son champ de vision devient dès lors invisible.
Inventé par la société Surrey Nanosystems, le Vantablack était tout d'abord dédié à un usage spatial et militaire.

En faisant de ce noir absolu sa propriété, Anish Kapoor soulève le monde de l'art qui ne concède pas la possibilité d'une exclusivité sur l'utilisation d'une matière ou d'une couleur. Stéphanie Moisdon, critique d'art, répondait à ce sujet au micro de la radio RTS.
"C'est un geste purement néo-libéral (...) qui rejoint surtout la folie actuelle du marché, de la capitalisation. (...) Il n'y aucune perspective, ni artistique, ni critique, c'est une perspective purement libérale."

L'artiste plasticien, par cette acquisition, souhaite notamment créer une pièce faite de ce noir absolu pour que les spectateurs puissent s'y perdre, physiquement voir mentalement.
"C'est si noir que vous ne pouvez presque rien voir. Imaginez un espace si sombre qu'en y pénétrant vous perdez toute idée de qui vous êtes, d'où vous êtes et la conscience du temps. Votre état émotionnel en est affecté et, sous le coup de la désorientation, il faut que vous trouviez, à l'intérieur de vous, quelque chose d'autre."
Il est certain qu'Anish Kapoor aime travailler l'espace: "Leviathan" exposé au Grand Palais de Paris ou "Cloud Gate" à Chicago en sont des œuvres symboliques. Mais ce prochain projet, avec l'utilisation de l'ultra-noir, sera-t-il l'apothéose du travail de l'artiste qui a toujours cherché à brouiller les frontières entre les limites et l'illimité, la réalité et le reflet, le spirituel et la matière?



11/03/2016




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Expo Saâdane Afif - 06/12/2017

Les faces d'Albé - 27/11/2017

Le Louvre du désert - 25/11/2017

Expo "Ecce Terra" - 18/11/2017

Le "Projet 99" - 29/10/2017

1 2 3 4 5 » ... 78





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :