Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour



Le Podcast Journal - podcastjournal.net 

Recherche sur ce site avec Google
 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

La France en Nouvelle-Zélande


Situé à 75 km de la ville de Christchurch, au cœur d'un ancien volcan, Akaroa est la principale ville française de Nouvelle-Zélande.


Akaroa. Photo (c) Sarah Barreiros
Akaroa. Photo (c) Sarah Barreiros
akaroa.mp3 Akaroa.mp3  (503.06 Ko)

Avec ses nombreux cafés, son emplacement exceptionnel et son style français, Akaroa est la définition d’une charmante petite ville balnéaire. C'est un petit village avec une population locale de quelques centaines d'habitants. Pendant les mois chauds d'été, la population de la ville peut atteindre plus de 7.000 habitants en raison des touristes qui viennent y séjourner. Akaroa a également été gravement affectée par la chute du tourisme dans la région de Canterbury suite au séisme de 2012 qui a secoué Christchurch. S'il est vrai que des secousses peuvent encore être ressenties dans la ville, la péninsule de Banks n'a pas du tout été touchée physiquement. Il n'est donc pas difficile de se laisser emporter par les secrets de cette petite ville côtière, infusée par la culture française. Dans cette ville, on peut en savoir plus sur les alpagas et en prendre un pour une promenade. On peut aussi admirer les vues imprenables des montagnes et se balader le long du lac. Et puis, il y a le shopping: arts, artisanat, souvenirs, nourriture, bijoux, fourrure, vêtement en laine, et vin tout est réuni pour obtenir un sentiment de paix et de retour aux sources lorsque l'on visite ce village. "Akaroa" est le mot maori pour "Long Harbour". Le port d'Akaroa abrite une faune variée, notamment le rare dauphin d'Hector. Les croisières et la nage avec les dauphins sont par ailleurs des attractions populaires.


Josie et son jardin fantastique

Akaroa suinte simplement le calme et la relaxation, avec de jolies rues à noms français, bordées de chalets historiques recouverts de roses. Alors que vous passez des heures à explorer des boutiques et des galeries d'artisanat, arrêtez-vous pour déguster une cuisine et un vin locaux raffinés dans un café ou un restaurant surplombant les eaux chatoyantes du port d'Akaroa. À deux pas du front de mer d'Akaroa, rue Balguerie, cette grande et élégante villa de deux étages a été restaurée avec soin et transformée en maison d'hôtes par Josie Martin, propriétaire et artiste. Construit en 1880 pour le directeur de la banque locale, il était censé être impressionnant, et il a certainement impressionné le bambin qui l’a involontairement nommé. Le jardin est sensationnel. Pas seulement parce qu’il est magnifiquement conçu et entretenu, et qu’il est plein de fleurs et de topiaires, mais à cause de l’ornementation. Josie a commencé il y a 20 ans en utilisant de jolis morceaux de porcelaine cassée qu'elle avait déterrée en jardinant pour faire un seuil de mosaïque, et elle a continué à travailler son jardin jour après jour. Il y a maintenant un grand piano à queue à l'extérieur de l'entrée principale, avec un groupe d'accompagnement, un voilier à travers la pelouse, une piscine et une fontaine. Le long des chemins sinueux qui traversent les terrasses à côté de la maison, il y a plusieurs personnes, chats, chiens, oiseaux et autres animaux réels et imaginaires, tous façonnés et décorés avec soin de porcelaine, de tuile, de miroir et de verre. Tout est en mosaïque: sentiers, marches et murs, bancs, arches et sièges, sculptures surréalistes et personnages réalistes comme l'artiste mime Marcel Marceau, tous colorés, spirituels et littéralement fantastiques. Il y a quelque chose de nouveau à apprécier à chaque tournant du parcours, des merveilles de l'art délicat à la hauteur de la cheville à l'impressionnante ingénierie structurée en acier qui domine au-dessus. La musique française tinte, la fontaine aussi, et le temps s’évapore.

Langlois, père de la France en Nouvelle-Zélande

Jadis une ville de pêche et de service agricole, elle dessert aujourd'hui principalement les vacanciers et les touristes. Les associations françaises sont évidentes dans les noms de rue. Akaroa, a été fondée en août 1840 par des colons français. Il a été suggéré que l’intérêt français pour la Nouvelle-Zélande a accéléré la décision de la Grande-Bretagne d’annexer la Nouvelle-Zélande. Au moment où les colons français sont arrivés, le traité de Waitangi entre la couronne britannique et les chefs maoris avait été signé. Jean-François Langlois, né le 28 juin 1808 à La Luzerne, en Normandie, a commencé sa carrière maritime à l'âge de 19 ans, à bord du navire de pêche à la baleine "L'Archimèdes", du Havre. Sa carrière s’est intensifiée jusqu’à ce qu’il devienne commandant du baleinier "Cachalot" (1837-1839), chassant sur les côtes de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande. Dans ces eaux, il a capturé 45 baleines en 22 mois. A cette époque, il n'y avait pas de colonies françaises établies dans le Pacifique. Environ 60 navires baleiniers français effectuaient la traversée régulière entre la France et la Nouvelle-Zélande pour le commerce lucratif des baleines. De l'huile de baleine néo-zélandaise éclairait les lampes des rues parisiennes. Une annexion française de l’île du sud de la Nouvelle-Zélande, une région d’un quart de la taille de la France, avec seulement trois ou quatre mille habitants maoris, aurait été parfaite pour les besoins français. L'île du Nord était déjà bien peuplée de colons britanniques et en voie d'annexion pour la Grande-Bretagne. Il fallait agir rapidement si l’île du Sud devenait une colonie française. Langlois a donc estimé qu'Akaroa, sur la péninsule de Banks, ferait une excellente base française et a commencé à se préparer à prendre l'île du Sud pour la France. Il a négocié et a obtenu des signatures de 12 chefs Ngai-Tahu Māori de Port Cooper, par lesquels il a acheté la majeure partie de la péninsule de Banks, sur la côte est de la Nouvelle-Zélande. D'après l'acte, en date du 2 août 1838, le terrain a été acheté aux Maoris pour une caution de 150 francs français en marchandises. Le reste du prix total devait être réglé sur le retour de Langlois pour prendre possession du terrain. Langlois a acheté la majeure partie de la péninsule de Banks. En mai 1839, Langlois retourne au Havre, en France. Il a rassemblé des hommes d'affaires, dont la société Balguerie de Nantes, intéressés par le projet de colonisation de l'île du sud de la Nouvelle-Zélande pour la France. La Compagnie Nanto-Bordelaise a été créée. Enfin, avec le soutien du maréchal Soult, des représentants du gouvernement français ont obtenu la signature du roi Louis-Philippe le 11 décembre 1839.

La France aurait désormais une base navale dans le Pacifique. Le gouvernement a subventionné le projet Nanto-Bordelaise de Langlois et a prêté un navire à Langlois pour le transport des colons français. Un navire de 501 tonnes appelé "Le Mahé" fut envoyé à Rochefort pour être réinstallé pour le voyage en Nouvelle-Zélande. "Le Mahé" fut rebaptisé "Comte de Paris", d'après le petit-fils du roi Louis-Philippe, né le 24 août 1838. Le "Comte de Paris" fut placé sous le commandement du capitaine Langlois. Un convoi de colons français quitta le port de Rochefort en mars 1840 à bord du "Comte de Paris". Le gouvernement français a demandé au gouvernement britannique de protéger les droits des propriétaires français en Nouvelle-Zélande, ce qui a été convenu en 1841.

Langlois est rentré en France en octobre 1842 avec une cargaison de plus de 1.700 barils d’huile de baleine. Les colons français se sont installés à Akaroa comme prévu, mais au lieu d’une grande colonie française de l’île du Sud, seules deux petites villes d’environ 60 habitants ont été créées. Malgré le petit nombre de colons français, bon nombre de Néo-Zélandais sont aujourd'hui des descendants de ces premiers colons français normands et charentais. Un certain nombre de rues d'Akaroa portent encore aujourd'hui des noms français.



25/08/2018




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Skier à Tsakhkadzor - 06/11/2018

Strasbourg mon amour - 12/02/2018

1 2 3 4 5 » ... 21







Retrouvez le Podcast Journal :