Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour



Le Podcast Journal - podcastjournal.net 

Recherche sur ce site avec Google
 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

La médecine traditionnelle chinoise entre dans nos campagnes


Si la médecine traditionnelle chinoise est déjà présente dans les centres hospitaliers de grandes villes, elle commence aussi à se développer dans les milieux ruraux. La preuve avec ce projet initié à Selles-sur-Cher, commune située au carrefour du Berry, de la Sologne et de la Touraine.


Inauguration d'une plaque officialisant l'accord entre l'hôpital de Selles-sur-Cher et la Chine. Photo courtoisie (c) DR
Inauguration d'une plaque officialisant l'accord entre l'hôpital de Selles-sur-Cher et la Chine. Photo courtoisie (c) DR
sg_pour_esj_paris.mp3 Médecine chinoise.mp3  (2.42 Mo)

La souffrance des malades serait-elle plus supportable dans le Loir-et-Cher qu’à Paris? Il faut manifestement le croire. En complément de leurs traitements classiques, les patients de l’hôpital parisien de La Pitié-Salpêtrière peuvent bénéficier des méthodes de la médecine traditionnelle chinoise. Un service que Marie Dominique Périot, directrice de l’hôpital de Selles-sur-Cher, commune rurale de 5.000 habitants, souhaiterait pouvoir offrir au sein de son établissement. "Nous devons sans cesse proposer des réponses adaptées à la douleur ou à l’anxiété des patients lors de leur hospitalisation" explique-t-elle dans La Nouvelle République. "Les thérapies non médicamenteuses constituent des axes d’évolution que nous devons introduire dans nos pratiques. La médecine traditionnelle chinoise s’inscrit dans cette approche" complète-t-elle, légitimant ainsi une méthode que la médecine moderne occidentale a longtemps regarder d’un mauvais œil.

Problème: un tel projet nécessite des relations, des compétences et des moyens qu’un hôpital de cette dimension ne possède pas.


Le château médiéval, trait d'union entre Selles-sur-Cher et la Chine

Mais les Sellois et les Selloises peuvent compter sur celui qui les protège depuis le Xe siècle: le château médiéval. En 2012, il suscite l’intérêt de Nicolas Mazzesi, un homme d'affaires à la tête d'une société de produits pharmaceutiques et de matériel médical implantée… en Chine. Avec son épouse (chinoise) Katherine Wu, il acquiert le château et s’installe dans la région où il exploite déjà un domaine viticole.

La rencontre entre les besoins de l’hôpital et les relations du nouveau propriétaire du château tombe à pic, à la grande satisfaction de Nicolas Mazzesi: "Nous sommes heureux d’apporter notre contribution (…) Nous voulons prouver qu’il est possible de provoquer des initiatives de développement parce que nous sommes fiers de notre région" explique-t-il.

Après plusieurs années d’échanges et de relations, une collaboration officielle se met en place en 2016 entre l’hôpital loir-et-chérien et la Fédération mondiale de la médecine traditionnelle chinoise.

En mai 2018, une trentaine de médecins chinois visitent l’établissement, en compagnie du président de la fédération en personne, Binshen Sang. "Il y a ici l’élite de la médecine traditionnelle chinoise, se félicite-t-il. Je suis confiant sur cette collaboration avec l’équipe de Selles qui va permettre de faire rayonner la médecine traditionnelle et améliorer les traitements des patients."

Un projet de centre d'information sur la médecine traditionnelle chinoise

Le 14 novembre 2018, le maire de Selles-sur-Cher, Francis Monchet, a mis les petits plats dans les grands pour accueillir une impressionnante délégation chinoise composée notamment de Sun Yuming, ministre conseiller à l’ambassade de Chine en France et de Ma Jianzhong, représentant du ministère de la Santé chinois. Motif de cette visite: apporter l’aval indispensable du gouvernement chinois au projet de création d’un centre d’information sur la médecine traditionnelle chinoise. Prévu pour 2019, ce centre sera situé en face de l’hôpital. Les professionnels de santé locaux pourront venir y consulter des médecins chinois spécialistes dans leur domaine, qui les informeront sur les méthodes, les formations et pourront même conseiller ceux qui voudraient se rendre en Chine pour développer cette technique. "La médecine traditionnelle chinoise a un très bon rapport qualité-prix. Avec très peu de financement, cela porte ses fruits", promet Ma Jianzhong. "Ce centre sera une très belle plateforme de collaboration entre les médecins chinois et français."

À terme, les patients de l’hôpital de Selles-sur-Cher pourront donc découvrir les bienfaits de l’acupuncture, du massage tuina (technique de massothérapie utilisée à des fins préventives et thérapeutiques) ou encore du QI Gong (gymnastique douce et lente).

Des méthodes dont pourraient aussi bientôt bénéficier tous les Loir-et-Chériens. La vice-présidente du conseil départementale, Christina Brown, n’est pas restée insensible à ce projet: "Au département, nous nous occupons de personnes âgées en Ehpad, nous sommes confrontés à la fin de vie et la douleur. Nous sommes attentifs pour développer cette collaboration sur le département".



24/11/2018




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

"Soleil bien aimé" - 05/05/2018

Une cure prétox - 26/12/2017

1 2 3 4 5 » ... 16