Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

La préparation mentale clé de la réussite chez le sportif


Par Rédigé le 08/10/2019 (dernière modification le 05/10/2019)

Depuis quelques années la préparation mentale prend de plus en plus d'ampleur dans le sport de haut niveau. Souvent citée comme facteur clé elle joue un rôle déterminant pour de nombreuses raisons.


Romain Brunot (à gauche) avec le staff de l'ASPTT Albi (C) ASPTT Albi
Romain Brunot (à gauche) avec le staff de l'ASPTT Albi (C) ASPTT Albi
La préparation mentale est un domaine en plein essor. Avec le temps une filière dans les universités dédiée à ce domaine s'est installée et un secteur d'activité créant des emplois est apparu. Entre l'aspect physique et l'aspect technique dans les différents sports l'aspect mental, trop souvent négligé, occupe une place importante. L'objectif d'un préparateur mental dans le sport est d'aider le sportif à atteindre sa performance optimale en essayant de trouver les outils psychiques adaptés pour ce faire. Parmi les multitudes d'exercices possibles trois d'entre eux ont un rendement efficace. Ainsi, la technique de respiration aidera le sportif à se relâcher, l'imagerie mentale projettera le sportif positivement dans la compétition à venir et la programmation neuro-linguistique identifiera un état émotionnel optimum par le souvenir d'une émotion positive. Afin de travailler dans de meilleures conditions, un préparateur mental analyse dans un premier temps les 12 habiletés mentales et qualitatives du sportif grâce à un questionnaire.

Parmi elles, trois habiletés de base: la fixation de buts, l'engagement et la confiance. Quatre habiletés psycho-somatiques: le contrôle de la peur, la gestion du stress, la relaxation et l'activation. Cinq habiletés cognitives : la concentration, le contrôle des distractions, l'imagerie, la pratique mentale et la préparation à la compétition. Chaque programme de préparation mentale est individualisé, professionnels ou amateurs il n'y a pas de différence. De plus, dans les sports collectifs cette préparation est également nécessaire dans le but de créer une cohésion d'équipe et de développer des valeurs communes.

Romain Brunot, préparateur mental de l'ASPTT Albi

Sportive en position gainage (C) Pxhere
Sportive en position gainage (C) Pxhere
prepa_mentale.mp3 prépa mentale.mp3  (2.68 Mo)

Titulaire d'un master en psychologie et en coaching STAPS et actuellement en deuxième année de master préparation mentale, Romain Brunot âgé de 25 ans suit les filles de l'ASPTT Albi féminines depuis deux ans.

Comment en es-tu venu au domaine de la préparation mentale ?
Très simplement, j’ai toujours été attiré par ce qui est soutien, accompagnement, coaching et donc le domaine de la psychologie. J’avais besoin d’une activité professionnelle où j’étais en soutien pour des personnes qui veulent aller plus loin, qui veulent performer et qui veulent trouver des solutions. A côté de ça, je suis passionné par le sport depuis que je suis tout jeune donc, c’est vraiment un métier-passion.

Peux-tu expliquer en quoi consiste la préparation mentale chez les sportifs?
Tous les acteurs du monde du sport, sportifs, entraineurs, présidents ont des représentations diverses de la préparation mentale. Pour être clair, il y a deux versants principaux : la préparation mentale et la préparation psychologique. La PM, c’est vraiment l’entrainement qui a pour but d’améliorer les principales habiletés mentales : concentration, gestion des émotions, confiance ou encore la motivation. La PP, c’est prendre en considération que le sportif est avant d'être une machine à s’entrainer, un être humain donc c’est articuler les différentes facettes de sa vie pour qu’il ait un sentiment de bien-être optimal et que son projet ait un sens. Je suis convaincu que le bien-être est un élément clé pour la performance.

Quels sont les points sur lesquels t'insiste d'avantage dans ton discours?
Mon discours dépend du sportif. Ils ont tous leurs spécificités et leurs besoins sont différents. Néanmoins, j’ai un fil directeur et des exigences envers eux : la responsabilité, la recherche de performance, l’autonomie et ça passe par l’envie de progresser, de repousser ses limites dans chaque domaine de la performance (physique, technique, tactique ou mental).

Tu es préparateur mental d'une équipe qui évolue au niveau national, ressens-tu une différence dans ton travail par rapport à des sportifs d'un niveau inférieur?
Absolument aucune. Je ne fais aucune distinction entre un sportif qui évolue au niveau national, régional ou départemental. Tout dépend de la sensibilité du sportif, des sportifs qui évoluent au niveau national pensent ne pas en avoir besoin, d’autres qui évoluent à un niveau inférieur sont demandeurs. Je n’apporte aucune importance au niveau, ce qui est important c’est l’engagement que veut mettre l’athlète dans son entrainement mental (planification des compétitions, fixations de buts, gestion des émotions…)

Tu suis les filles individuellement et collectivement, il y a t-il un domaine qu'il faudrait plus privilégier que l'autre?
A l’ASPTT, c’est vrai qu’il y a ces deux versants. L’un ne va pas sans l’autre. La performance individuelle doit être au service de la performance collective. Dans une équipe, si chacun veut briller individuellement, le projet commun n’a aucun sens et les résultats ne suivront pas. L’objectif, c’est vraiment apporter une vision globale, une perception différente du rôle du membre de l’équipe. Dans ce projet-là, la cohésion, la communication, la responsabilisation, l’entraide sont des notions centrales. Et ce que je demande au sportif est aussi simple que compliqué : apporter un maximum au collectif par une recherche de performance individuelle et l’envie de nourrir le projet collectif.

Vois tu une différence entre la préparation mentale avec des sportives par rapport aux sportifs?
J’ai aucun a priori sur le sportif ou la sportive. Comme je l’ai dit, chacun a ses spécificités. Certains sont en demande, d’autres sont curieux, et certains n’en voient pas l’intérêt. Pour moi, tant qu’il y a de la performance que le sportif a un sentiment de bien-être important, je suis satisfait mais on se doit de toujours aller plus loin, faire mieux …









ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES





Les derniers articles




Recherche

L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      



Facebook