Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

Milieu rural: cherchez le médecin


Par Rédigé le 14/01/2019 (dernière modification le 13/01/2019)

"Je n'ai pas de place disponible aujourd'hui". Une réponse à laquelle de nombreux Français sont confrontés lorsqu'ils souhaitent prendre rendez-vous chez leur médecin généraliste. Sauf cas particuliers, quelque soit la couleur de l'angine, le niveau de congestion du nez ou la température indiquée par le thermomètre, il faut patienter. C'est en milieu rural que le phénomène est le plus notable, les "médecins de famille" aujourd'hui retraités, peinant à être remplacés. Pour lutter contre ces "déserts médicaux", différentes mesures étatiques destinées à attirer les professionnels de santé ont été mises en place.


Roland Turgeman - 33 ans d'exercice à Chatte. Photo (c) Frédérique Gelas
Roland Turgeman - 33 ans d'exercice à Chatte. Photo (c) Frédérique Gelas
podcast_milieu_rural_cherchez_le_medecin_11_01_19.mp3 Milieu rural médecin.mp3  (3.86 Mo)

Roland Turgeman, médecin généraliste ayant exercé durant 33 ans à Chatte, commune iséroise de 2.500 habitants, et récemment retraité, évoque le choix de carrière qui fut le sien le 1er août 1985, jour de son installation. "Si des aides existent actuellement pour favoriser l'installation des jeunes médecins, avant ce n'était pas le cas et acquérir un cabinet, pouvait s'avérer cher dans les grandes villes. Financièrement il était plus intéressant de s'installer en campagne, mais ce n'est pas ce qui m'a motivé: je voulais être médecin de campagne" explique l'ancien praticien qui ne s'est jamais résolu à limiter le temps de ses consultations, ou à embaucher une secrétaire. "Aujourd'hui ce n'est plus le même métier à tous les niveaux: relationnel et soins. L'administratif devient également de plus en plus lourd".


Rendre les zones désertées attractives

Interrogé sur la désertion des milieux ruraux par les généralistes, Roland Turgeman explique ainsi le phénomène: "Premièrement il y a une inversion de la démographie médicale qui se traduit par un déséquilibre entre l'offre et la demande: moins de médecins pour une demande de soins médicaux croissante (plus de consultations programmées pour la grossesse, le suivi des enfants, la médecine préventive...). Deuxièmement la ville est tout simplement plus attractive pour les médecins en terme de cadre de vie pour leur famille, l'accès à la culture, ou même les déplacements professionnels où il faut faire moins de kilomètres".

Face à l'ampleur du problème, l'État a mis en place différentes mesures vouées à attirer les médecins en campagne, notamment le Pacte Territoire-Santé et ses mesures incitatives financières, présenté par Marisol Touraine le 13 décembre 2012. Composé de 12 engagements articulés autour de trois objectifs (faciliter l’installation des jeunes médecins, transformer les conditions d’exercice des professionnels de santé et investir dans les territoires isolés), le pacte initial a été complété en 2015 par 10 nouveaux engagements dont entre autres: favorisation de l'accès à la télémédecine, création d'un portail d'accompagnement aux professionnels de santé, augmentation ciblée du numérus clausus, et augmentation du nombre de stages au sein des cabinets médicaux.

Quelles solutions?

Les Maisons et Pôles de Santé Pluridisciplinaires fleurissent en milieu rural (elles bénéficieront d’une enveloppe de 400 millions d’euros d’ici à 2022) et sont destinées à améliorer l’accès aux soins de la population. Du côté médical, ces structures et leur pluridisciplinarité permettent aux jeunes médecins de ne plus avoir un exercice isolé, une sensibilisation aux autres disciplines, ainsi qu'une expérience en équipe comme détaillé dans le rapport Hervé Maurey promouvant ce regroupement. Véritables enjeux financiers au sein des communes, les Maisons de Santé ne sauraient combler à elles seules la demande en terme de soins.

C'est avec l'arrivée de médecins étrangers, et avec une démocratisation de la télémédecine qu'il faut désormais compter. "La venue de généralistes étrangers est dramatique car cela empêche de jeunes étudiants français de devenir médecins du fait d'un numerus clausus encore bas. Au-delà de ça ces médecins, dont on ne connait pas le niveau de formation, partent de leurs pays généralement moins développés que le nôtre et ces derniers s'en voient d'autant plus appauvris. C'est une double peine et honteux" s'insurge l'ancien patricien chattois.








ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES





Les derniers articles




Recherche

L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      



Facebook