Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

Montée du terrorisme d’extrême droite


Par Rédigé le 14/06/2019 (dernière modification le 02/06/2019)

Le djihadisme marquera l’histoire des deux dernières décennies. Mais un autre terrorisme moins médiatisé ensanglante aussi l’occident ces dernières années, celui des suprémacistes blancs d’extrême droite.


"Ce phénomène fera au moins 194 morts et représente actuellement plus de 350 attaques" - Image : Maureen Jeanne-Michaud
"Ce phénomène fera au moins 194 morts et représente actuellement plus de 350 attaques" - Image : Maureen Jeanne-Michaud
epokke_2.mp3 Epokke 2.mp3  (13.34 Mo)

Le 22 juillet 2011, un homme habillé en policier se présente sur l’île norvégienne d’Utoya, alors que se déroule un camp de la ligue des jeunes travaillistes. Il est près de 17 h 30, quand, armé d’un fusil d’assaut et d’un pistolet il commence à tirer méthodiquement sur les adolescents et les adultes présents sur l’île. Ce lieu qui devait porter les aspirations et les utopies de jeunes militants va devenir l’espace d’un moment leur enfer sur terre. Le calvaire durera 1h12, non-stop, et prendra fin après l’intervention des forces spéciales norvégienne.
L’assaillant Anders Breivik avait fait exploser un peu plus tôt dans l’après-midi une bombe dans le quartier des ministères à Oslo. Cette double attaque fera 77 morts, 99 blessés graves et laissera plus de 300 personnes en état de choc post-traumatique.
Sur l’île d’Utoya, face aux forces spéciales, le terroriste s’est rendu sans opposer de résistance. Le criminel se revendique du fondamentalisme chrétien. Il soutient l’ultranationalisme, l’islamophobie, l’antiféminisme et défend la nécessité de lutter contre le multiculturalisme, même par des moyens violents. Il tentera de faire de son procès une tribune politique.

Ces événements de Norvège marquent le début d’une décennie où l’occident va connaître une prolifération de violences et d’attaques terroristes d’extrême droite. Ce phénomène fera au moins 194 morts et représente actuellement plus de 350 attaques. Début 2019, la double fusillade de Christchurch en Nouvelle-Zélande, qui emporta 50 personnes, demeure la dernière tuerie d’ampleur. Le terroriste, Brenton Tarrant, se réclamait directement du massacre d’Utoya.

Avec une quinzaine d’attaques mortelles en Amérique du Nord, en Europe ou en Océanie depuis 2011, les actes terroristes d’extrême droite se révèlent de plus en plus fréquents. Médiatiser en partie, puis souvent oubliés, ils semblent représenter des actions isolées. Pourtant les attaques demeurent bien reliées entre elles. Chacun des assassins de cette dernière décennie s’est inspiré, a soutenu ou célébré un ou plusieurs des autres terroristes.
Un élément particulier rassemble ces individus ou ces groupes identitaires et suprémacistes violents : celui de la thèse du "Grand Remplacement". Le terroriste Brenton Tarrant l’a inscrit en haut du manifeste qu’il a diffusé sur les réseaux sociaux juste avant le massacre de Christchurch.
Cette théorie se base sur l’idée que les blancs sont menacés d’être remplacés, chez eux, par des populations étrangères. Quel que soit votre origine ou couleur de peau si vous n’êtes pas blanc vous êtes un élément du remplacement et donc une menace.
En Europe, cette approche se base sur deux éléments qui n’ont jamais été démontrés. Le premier est que la population blanche est en passe d’être dominée par les migrants non caucasiens, particulièrement les musulmans et leurs descendants. Pourtant si on regarde la France, cette population peine bien à dépasser les 12%. Le deuxième réside dans le fait que les élites au pouvoir demeureraient les complices volontaires d’une immigration massive pour le bien de la mondialisation libérale.
Cette soi-disant menace crée de la peur qui engendre plusieurs formes de violences, dont les plus terribles comme le prouve cette décennie d’attentats d’extrême droite.

D’autres institutions européennes sont dans le viseur de l’ultra-droite. Le président Emmanuel Macron aurait été la cible d’un complot déjoué par les autorités françaises.
Le Premier ministre espagnol et le ministre des Affaires étrangères allemand ont aussi été menacés par des attaques d’extrémistes.
Malgré cela, des personnalités politiques continuent de cultiver d’une façon ou d’une autre la théorie du "Grand Remplacement". Et en se faisant elles nourrissent la montée des peurs, des haines et de la violence. Le Premier ministre hongrois Victor Orban dit vouloir préserver l’Europe chrétienne en dressant des barrières contre les migrants. De l’autre côté de l’Atlantique le président américain Donald Trump se bat politiquement pour dresser un mur entre son pays et le Mexique. D’une façon générale, les musulmans et les immigrés deviennent des cibles politiques des gouvernants de la Pologne, de l’Italie ou de l’Autriche. Un peu partout les partis d’extrême droite tentent de capitaliser sur la peur de l’étranger. En France, Marine Le Pen dit ne pas connaître cette théorie du "grand remplacement", et qu’elle n’a jamais utilisé ce terme. Pourtant, elle voit le pacte de Marrakech et les politiques actuelles sur les migrations, comme l’organisation de la submersion migratoire de l’Europe. Elle l’a confirmé lors d’une interview sur RTL.

Bien sûr de nombreux responsables politiques dénoncent les propos extrémistes et parfois la peur des migrants. C’est le cas du maire de Palerme en Sicile, Leoluca Orlando, qui va même plus loin en leur ouvrant les portes de sa ville. Pour le maire de Palerme : "qui distingue des êtres humains selon les races prépare Dachau et Auschwitz".

Les femmes et hommes politiques d’extrême droite ne sont pas seuls à nourrir la thèse du grand remplacement. Certains organes de presse y participent parfois, même indirectement. Mais surtout internet et les réseaux sociaux demeurent un outil important de prolifération des discours complotistes et de haines dans le monde. Les contenus de suprémacistes blancs y sont bien présents. Certains des plus radicaux qui mènent des attaques utilisent les réseaux sociaux pour annoncer leur méfait ou diffuser en direct leur exaction comme le terroriste de Christchurch.
Cette tuerie a poussé la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern à lancer l’Appel dit de Christchurch avec Emmanuel Macron afin de susciter une meilleure régulation d’internet concernant les violences en ligne. L’appel donna lieu à un sommet international qui se déroulait en France le 15 mai 2019 en présence de chefs d’État et de gouvernement, ainsi que des dirigeants de grandes entreprises du numérique dont Facebook, Google et Twitter. Mais cette conférence pourra-t-elle réellement changer quelque chose à long terme afin de réguler le web sur les contenus haineux ? On peut en douter vu la complexité de cette problématique et l’absence d’acteurs majeurs comme les Américains ou les Russes.

D’après un article d’éclairage du journal britannique "The Economist", repris dans "Courrier International" en avril 2019, le terrorisme d’extrême droite demeure une menace sous-estimée.
En attendant et malgré les traumatismes du massacre du 22 juillet 2011, la ligue des jeunes travailleurs norvégiens a repris depuis 2015 leur rassemblement sur l’île d’Utoya. Sans céder à la peur, les jeunes militants veulent continuer de défendre leurs valeurs ainsi que leurs engagements pour le multiculturalisme.









ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES









Recherche

L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        



Facebook