Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

Ousmane Sonko: Le Thomas Sankara du peuple sénégalais


Par Rédigé le 16/02/2019 (dernière modification le 15/02/2019)

Né d’un père casamancais et d’une mère du Baol (l’actuelle région de Diourbel), Ousmane Sonko est un homme politique sénégalais né le 15 juillet 1974 à Thiès. Il est le président du parti Patriote du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité - PASTEF. Un parti qu’il a créé en 2014. Il est député à l’assemblée nationale depuis juillet 2017.


Portait du candidat

Ousmane Sonko, leader du PASTEF. Photo (c) remise à Erick Salemon Bassène par le candidat par le biais d'Abdou Sané
Ousmane Sonko, leader du PASTEF. Photo (c) remise à Erick Salemon Bassène par le candidat par le biais d'Abdou Sané
portrait_ousmane_sonko.m4a Portrait Ousmane Sonko.m4a  (1.27 Mo)

Cette étoile montante de la politique sénégalaise a grandi en Casamance où il est arrivé à l’âge de 8 ans. Une fois le bac en poche, il quitte la terre natale de son père pour des études supérieures à l’université Gaston-Berger de Saint Louis du Sénégal où il obtient une maîtrise en droit public en 1999. Après sa maîtrise, il entre ensuite comme major à l’école nationale d’administration - ENA de Dakar. A sa sortie de l’ENA en 2001, il est affecté au centre des services fiscaux de Pikine dans la banlieue de Dakar.

Trois ans après, celui qui revendique être le "trait d’union des sénégalais" crée le Syndicat Autonome des Agents des Impôts et Domaines dont il est le premier secrétaire général d’avril 2005 à juin 2012. De juin 2012 à août 2016, il devient le Secrétaire général honoraire de ce mouvement syndical. Pendant ce temps, il commence à critiquer le gouvernement sénégalais. Pire, accuse l’État d’anomalies fiscales et budgétaires en mettant en cause le président Macky Sall, "son clan" et son régime. Suite à ces sévères critiques, il est radié de l’Inspection générale des impôts et domaines en août 2016 pour "manquement au devoir de réserve".

Sa radiation de la fonction a réveillé ses ambitions politiques et sa détermination à lutter pour "chasser Macky Sall du palais présidentiel et remettre le pays sur le bon chemin". Ainsi, le jeune cadre des impôts et domaines décide de se jeter sur la scène politique sénégalaise. Il crée en 2014 le parti politique Pastef avant d’être élu député à l’Assemblée nationale du Sénégal aux élections législatives de 2017.

En janvier 2018, il sort le livre "Pétrole et gaz au Sénégal" dans lequel il accuse le président actuel et son entourage de "malversations dans la gestion des ressources naturelles du pays" de Léopold Sédar Senghor. En septembre 2018, il publie encore un livre programmatique, "Solutions", dans lequel il livre un diagnostic des problèmes sociaux et économiques du Sénégal tout en déclinant ses propositions.

La validation de sa candidature à l'élection en janvier 2019 par le conseil constitutionnel marque une percée importante et historique dans la vie politique du plus jeune des cinq candidats retenus.

Au niveau national tout comme à l’international, cet animal politique a réussi à inculquer aux jeunes, aux chômeurs et à la diaspora sénégalaise sa vision politique. Il est le chouchou des Sénégalais. Du moins une grande partie de la population sénégalaise. Malgré les fakes news de certains journalistes et ses détracteurs politiques, le leader du Pastef ne cesse de marquer des points sur la scène politique. Il attire de plus en plus les foules et les militants vers lui. Ses sympathisants sont de plus en plus nombreux. Et sa popularité hante le sommeil de son principal adversaire politique. Ses sorties et déclarations sont toujours suivies de près par la mouvance présidentielle.


Son programme de campagne

L’un des axes de campagne du leader du Pastef est de changer le système, le mode de gouvernance en donnant notamment moins de pouvoir au président. Sur les ondes de RFI, le candidat a déclaré qu’"Il n’y a qu’une seule institution en réalité, c’est l’institution présidentielle. Vous ne pourrez jamais construire une démocratie sur cette base, parce que vous n’avez plus de justice, de pouvoir législatif, les politiques publiques ne sont pas soumises au contrôle. Et ça, c’est l’un des grands problèmes de notre système".

Il propose également aux électeurs de la transparence dans la gestion des affaires de l’État tout en étant solidaire avec ses concitoyens s’il est élu président.

Autre thème majeur de sa campagne, c’est la sortie du Sénégal du franc CFA. Selon lui, la monnaie du colon français est la source de la pauvreté endémique, de l’endettement et du sous développement des pays qui utilisent encore cette monnaie coloniale. Le jeune sénégalais B. Diémé vivant au nord de l’Allemagne qui se réjouit déjà de la sortie de ladite dira que "Ousmane Sonko est le Sankara du Sénégal. Un homme qui est venu libérer le Sénégal de l’étranglement économique et du néocolonialisme".

A Ziguinchor où il a tenu un meeting le 26 janvier dernier, le cadet des candidats promet de mettre en place "des pôles régionaux économiques" pour développer le pays.
Enfin, comme tous les autres candidats, le conflit et la paix en Casamance constituent un axe important de sa campagne électorale.










ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES





Les derniers articles




Recherche

L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      



Facebook