Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Quand les anti-IVG surfent sur la vague Pokémon


Depuis quelques jours, un mouvement baptisé "Les Survivants" utilise Pikachu et l'application "Pokémon Go" pour faire passer son message anti-avortement dans les rues de Paris.


Le message des "Survivants" (à gauche) et la réplique du collectif féministe (à droite). Photos prises par l'auteur.
Le message des "Survivants" (à gauche) et la réplique du collectif féministe (à droite). Photos prises par l'auteur.
pikachu_et_ivg.mp3 Pikachu et IVG.mp3  (1.03 Mo)

Le jeu pour smartphones "Pokémon Go" connait depuis plusieurs semaines un succès retentissant au niveau international. Une ferveur dont le mouvement anti-IVG "Les Survivants" n'a pas manqué de profiter pour diffuser son message de propagande. Visant surtout la génération Y dont l'enfance a été bercée par le phénomène Pokémon, "Les Survivants" se sont appropriés l'image du plus célèbre d'entre eux, Pikachu. Ils l'ont ainsi tagué sur le sol, accompagné du message "Et si Pikachu n'était jamais né?" et du lien sauvezPikachu.com, un site Internet consultable uniquement via mobile.

Lorsque l'on se rend sur cette interface, on peut suivre l'histoire de Pikachu, qui est alors un personnage féminin. Celle-ci rencontre un Pikachu masculin. Ensemble, ils conçoivent un "Pichu". Deux choix s'offrent alors au joueur: se débarrasser de l’œuf - ce que plusieurs personnages viennent lui conseiller de faire - ou le garder. Si le joueur choisit de se débarrasser de l'œuf, des messages apparaissent, expliquant que Pikachu n'est jamais né et n'a pas pu devenir le Pokémon culte connu de tous. Le mouvement "Les Survivants" parvient ainsi à mener une campagne de propagande anti-IVG insidieuse, sans jamais évoquer le mot "avortement" ni l'acronyme IVG.


Une propagande anti-IVG dénoncée par la ministre de la Santé et un collectif féministe

Sur Twitter, la ministre française de la Santé, Marisol Touraine a déclaré: "Mon devoir: dénoncer la propagande anti-IVG, surtout quand elle a l'air cool" avant de renvoyer les internautes vers "une info fiable sur vos droits", et vers le site du gouvernement concernant l'avortement.

Un collectif féministe a par ailleurs décidé d'organiser une riposte: dans la nuit de dimanche à lundi, ses membres ont recouvert les tags des "Survivants" grâce à des pochoirs roses affichant le slogan "Mon corps, mon choix" ainsi que le numéro vert du planning familial, avec lequel il est possible de discuter d’IVG en toute neutralité et de manière anonyme. Sur Twitter, cette réplique s'est accompagnée du hashtag #PokémonIVGo.

"Mon corps, mon choix", tout comme la campagne #IVGcestmondroit, mettent en avant la liberté de choisir ou non l'avortement, dans les meilleures conditions d'information. Depuis ce weekend, la réplique "Mon corps, mon choix, ta gueule" fait par ailleurs le tour des réseaux sociaux.

Vidéo archive: interview de membres des "Survivants" lors d'une manifestation en mai 2016


14/08/2016




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 62





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :