Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

Réforme du chômage : Un durcissement pour plus d’économie et moins de chômage ?


Par Rédigé le 15/11/2019 (dernière modification le 13/11/2019)

Le président Emmanuel Macron et son gouvernement l’ont promis, et la voilà enfin. La réforme du chômage est, en effet, entrée en vigueur le vendredi 1er novembre. Du moins une partie des dispositions, la seconde vague étant prévue pour avril 2020. Une réforme d’une grande ampleur qui a pour particularité d’avoir été décidée par le gouvernement, seul ! Elle a effectivement été validée par décret en plein mois de juillet, à la suite de l’échec des négociations entre les syndicats et le patronat. A terme le gouvernement espère que grâce aux mesures adoptées, la dette du système chômage diminuera tout comme le nombre de demandeurs d'emploi.


Réformer pour économiser !

La réforme chômage c'est aussi une question d'économie. Le gouvernement prévoit, en effet, d'économiser près de 4,5 milliard d'euros de quoi faire baisser la dette de 35 milliards de l'Unedic (c) Flickr 2013 Unedic
La réforme chômage c'est aussi une question d'économie. Le gouvernement prévoit, en effet, d'économiser près de 4,5 milliard d'euros de quoi faire baisser la dette de 35 milliards de l'Unedic (c) Flickr 2013 Unedic
Tous les gouvernements qui se succèdent, tentent de réduire au maximum la dette de l’Etat. Pour cela, il n’y a pas de solutions à l’infini. Afin de pouvoir faire baisser les dettes, il suffit simplement de réduire les dépenses et d’augmenter les recettes. Mais c’est bien plus facile à dire qu’à faire, car finalement, bien souvent, c’est le peuple qui finit par en pâtir. Cette fois-ci, fait rare dans l’Histoire de notre pays, ce sont les chômeurs qui vont devoir se résigner face à la toute-puissance gouvernementale. En effet, le gouvernement, face à l’absence d’accord entre les différents partenaires sociaux et le patronat, a décidé de prendre la main et de fixer seul les règles en matière de chômage. Ainsi, il est clair qu’après le 1er novembre 2019, date d’entrée en vigueur de la réforme, il va y avoir du changement.

Moins de droits pour plus d’économie. C’est ce qui semble caractériser cette réforme. Si l’on revient sur les différentes dispositions, la réforme, c’est avant tout, une modification des conditions d’accès. Ainsi, pour les nouveaux entrants, il faudra avoir travaillé au minimum six mois sur les 24 derniers mois pour pouvoir bénéficier d’une indemnisation. Six mois, c’est aussi le minimum de temps qu’il faudra désormais avoir travaillé pour pouvoir bénéficier d’une recharge de droit. Pour rappel, ce système, instauré par les partenaires sociaux en 2014, permet aux demandeurs d’emploi qui exercent une activité pendant leur période d’indemnisation de pouvoir prolonger le temps d’indemnisation via les nouvelles cotisations. En d’autres termes, les demandeurs d’emploi avaient un allongement de leur durée d’indemnisation initiale en cas de reprise d’activité pendant cette période, et ce, dès le 1er mois de travail. En bref, la réforme impliquera une réduction de la période d’indemnisation, et donc une économie pour l’Etat.

Et pour finir, en poursuivant sur la ligne des 6, le gouvernement a fixé à 6 mois le délai avant lequel pourra désormais être appliquée une diminution du montant des allocations. En effet, au bout de 6 mois, l’allocation chômage baissera d’environ 30 % pour les demandeurs de moins de 57 ans dont le salaire brut est supérieur à 4 500 euros. Une bonne chose pour certains qui estimaient que l’indemnisation de certains cadres était trop élevée. Une mesure inacceptable pour d’autres qui estiment "avoir cotisé pour", "les cotisations d’un cadre sont bien plus élevées qu’un ouvrier, elles sont calées sur les revenus de chacun, il est donc normal que le jour où l’on bénéficie de ce droit il y ait des extrêmes", précise Alain cadre et représentant syndical au sein d’un grand groupe électronique.

Sur le long terme, d’ici à 2022, la réforme devrait représenter une économie d’environ 4,5 milliards d’euros. Mais il restera plus de 30 milliards d’euros à combler, et là on ne parle pas de la dette de l’Etat dans son ensemble, mais seulement du régime de l’assurance chômage. Et encore faut-il que les calculs soient bons au vu de l’instauration de nouvelles règles d’indemnisation.

Car, la réforme ne tend pas uniquement vers la baisse ou la suppression de droits, elle instaure aussi une ouverture de droits pour les démissionnaires et les indépendants. Mais attention, tout le monde n’est pas concerné. Du côté des démissionnaires, il faudra avoir cinq ans minimum d’ancienneté au sein de l’entreprise que l’on a quitté et avoir un projet de reconversion professionnelle "concret". Celui-ci devra être mis en place dans les 6 mois suivants le départ et être validé par une commission. Du côté des indépendants, ils toucheront environ 800 euros sur une période de six mois, mais seulement s’ils ont généré un revenu d’activité d’au moins 10 000 euros par an sur les deux dernières années d’exercice avant liquidation judiciaire ou redressement. Pour le gouvernement, mais aussi pour les partenaires sociaux, ces nouveaux droits vont concerner très peu de gens. Les dépenses qui découleront de cette ouverture ne risquent donc pas d'impacter l'économie réalisée. Avant de voir les effets "économiquement positifs" de la réforme, il faudra patienter, mais une chose semble mettre beaucoup de monde d’accord, la réforme n’atteindra pas tous ses objectifs, notamment en termes de retour à l’emploi.

 

Un retour à l’emploi favorisé par le durcissement des règles ?

Le gouvernement l'assume, la réforme du chômage est une réforme dure mais elle sera efficace en termes de retour à l'emploi. La baisse du nombre de chômeurs étant l'un des objectifs principal de cette réforme (c) Pixabay
Le gouvernement l'assume, la réforme du chômage est une réforme dure mais elle sera efficace en termes de retour à l'emploi. La baisse du nombre de chômeurs étant l'un des objectifs principal de cette réforme (c) Pixabay
L’Aide au retour à l’emploi (ARE), c’est le nom que porte l’allocation chômage, cela montre que l’objectif même de cette allocation est de venir en coup de pouce, ou du moins en remplacement provisoire, pour permettre aux personnes qui perdent leur emploi de se relever. La recherche d’emploi est d’ailleurs essentielle, et c’est elle qui justifie le versement de l’allocation. Le gouvernement a donc tenu à le rappeler en ajoutant, au-delà de la dimension économique, un objectif de reprise d’emploi.

Avec les nouvelles mesures, la réforme inciterait les demandeurs d’emploi à reprendre une activité plus rapidement. Une reprise d’activité qui à fortiori devrait faire baisser le taux de chômage, qui actuellement atteint les 8 % - le président Macron s’étant fixé un seuil à 7 % en fin de quinquennat.

Si le nombre de chômeurs baissent, cela ne signifie pas forcément qu’il y a plus de personnes en activité. Il est clair, même si beaucoup s’y fient, que les statistiques sont tronquées. Elles ne représentent pas la réalité dès lors que pour pouvoir comptabiliser, il faut là aussi créer des cases à remplir, si on ne remplit pas les conditions, on se retrouve hors système. En effet, à ce jour les 8 % de chômage ne prennent en compte que les 6 millions d’inscrits chez Pôle emploi. Sont exclus les demandeurs d’emploi de Mayotte et ceux qui ne sont pas inscrits. Très souvent cette non inscription est justifiée par l'absence d'indemnisation et l'idée selon laquelle ce n'est pas grâce à pôle emploi que l'on trouve du travail. Comme l'indique Maëlle, jeune étudiante fraîchement diplômée d’une école de commerce "Je ne pense pas être le seul dans ce cas mais pour moi ça ne sert à rien de m’inscrire à Pôle emploi, mis à part le fait d’être intégré dans des statistiques, je ne bénéfice d’aucune aide particulière donc à quoi bon m’inscrire". Et si sur les 1.4 millions de personnes qui devraient être impactées d’autres passaient hors système ? Oui, les statistiques baisseraient, mais pas le chômage ! Donc la réforme n’aura pas forcément atteint cet objectif de retour à l’emploi.

En cas de baisse du taux de chômage, le gouvernement s’en rejouerait, en justifiant cette baisse du chômage par une réforme dure mais efficace. Or, tout le monde n’est pas dupe. 53 % des Français pensent d’ores et déjà que cette réforme ne favorisera pas le retour à l’emploi. Pour Philippe Martinez, CGT, "c'est un moyen pour baisser les statistiques du chômage artificiellement". Une évolution positive en "trompe l’œil" qui pourtant a de forte chance d’avoir des conséquences dramatiques pour certains citoyens qui risquent d’être plongé un peu plus dans la précarité.

audio_marwa_bouchkara_reforme_chomage_partie_1.m4a Audio Marwa Bouchkara Reforme Chômage partie 1.m4a  (3.81 Mo)









ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES





Les derniers articles




Recherche

L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          



Facebook