Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour



Le Podcast Journal - podcastjournal.net 

Recherche avec Google
 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Sport féminin, sport masculin: deux poids, deux mesures


Inégalités des salaires entre joueuses et joueurs, différence de traitement médiatique entre équipes féminines et masculines à haut niveau, manque d’intérêt collectif pour le sport féminin en général… Comment expliquer ce déséquilibre omniprésent dans le monde du sport en France en 2018? Interview d'Anne Le Lannic, ex-sportive de haut niveau et professionnelle du milieu, qui a exercé dans plusieurs fédérations nationales sportives depuis 2006.


Rugby féminin. Photo (c) The Fleuette-deGuzman Alliance
Rugby féminin. Photo (c) The Fleuette-deGuzman Alliance
itw_anne_le_lannic.mp3 Itw Anne Le Lannic.mp3  (1.46 Mo)

Au mois de mars 2018, l'équipe de France féminine de rugby a réalisé le grand chelem lors du tournoi des VI Nations, en passant presque inaperçue dans la presse spécialisée - à l’inverse de l’équipe masculine, dont l’ensemble des matchs, remportés ou perdus, est traité. Pourquoi, à votre avis, les journalistes sportifs font-ils globalement peu de cas du monde du sport féminin?
Je pense qu’il y a deux raisons majeures: la première est physiologique. Quoiqu’on en pense, les caractéristiques physiologiques entre hommes et femmes sont différentes: les hommes seront toujours plus puissants, à entrainement égal, que les femmes. Cela a un impact sur les performances, les records et, en général, l’intensité visuelle d’une pratique. En résumé, pour les femmes c’est moins vite, moins haut, moins fort, moins impressionnant. C’est donc moins facile à vendre.
La seconde est l’aspect marketing. Le sport, même s’il est pratiqué par tous, reste majoritairement apprécié par les hommes. Et il me semble que traditionnellement, les journalistes souhaitent offrir au lecteur ou au spectateur un produit qui leur ressemble. A cela s’ajoute, si on parle de TV, la nécessité de rentabiliser un programme. Il faut des annonceurs et les marques dont la cible est féminine ne se positionnent pas sur ce genre de créneaux, car ce n’est pas un marché assez important. C’est un peu un cercle vicieux!

Est-ce que ce phénomène pourrait-être lié à un manque de femmes journalistes dans les médias dédiés au sport?
On peut évidemment espérer que s’il y avait plus de femmes, elles prendraient cette problématique à cœur et essaieraient de diversifier l’offre et la couverture…

Y-a-t-il un domaine qui fait exception?
Le traitement est différent lors de grands championnats continentaux ou mondiaux (Euro de foot, Championnat du monde de handball féminin, Tournoi des VI Nations, etc). Lorsqu’un événement féminin est organisé en France, cela provoque également une couverture plus large, comme la Coupe du Monde de Rugby en 2014. Enfin, les événements "mixtes", lorsque les hommes et les femmes concourent simultanément au même endroit (Jeux Olympiques, Championnat du monde d’athlétisme, etc.).

Le monde du rugby est-il plus inégal entre hommes et femmes qu’un autre domaine sportif (football et handball par exemple)?
Oui, les joueuses de rugby n’ont aucun statut professionnel! Elles ne perçoivent aucune rémunération directe et, au niveau international, les primes accordées sont bien moins élevées que celles de leurs homologues masculins. Sur l’aspect financier, le rugby est bien plus inégal que le football ou le handball. C’est un problème de ressources financières et de volonté politique.

Selon vous, comment évolue la relation médias / sport féminin?
Malgré le travail qu’il reste à accomplir, des progrès sont tout de même notables, médias comme public me semblent de plus en plus enthousiastes à propos du sport féminin. Le rôle des médias reste prépondérant dans la perception des sports féminins en France, aussi bien au niveau local que national. Ce sont eux qui rythment l’offre et conditionnent notre avis. Il doit y avoir une offre plus diversifiée. C’est valable pour le sport féminin mais aussi pour toutes les autres disciplines (moins médiatiques et qui drainent moins d’argent) et jusqu’alors moins représentées. Ce sont des paris à tenter malgré le risque financier. L’argent est donc encore le nerf de la guerre.



20/04/2018




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 19






Dans nos blogs :

Que signifie être végan?

Devenir végan veut dire adopter un mode de vie respectueux des animaux. Cela passe avant tout par une alimentation végétalienne, mais aussi...

Tereza Kesovija sa carrière française à l'honneur (suite)

Depuis le 16 février 2018, il est possible pour les fans, les collectionneurs de posséder en digital les premières chansons de Tereza...



Retrouvez le Podcast Journal :