Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

UE : le plan de relance Merkel-Macron contesté


Par Maxime Lefebvre Rédigé le 27/05/2020 (dernière modification le 26/05/2020)

Qualifié d’ambitieux et d’inédit, le plan de relance instauré par le couple franco-allemand propose 500 milliards d’euros pour permettre à l’Union européenne de surmonter la crise économique engendrée par la pandémie de Covid-19. Quatre États membres de l’UE le contestent.


Angela Merkel et Emmanuel Macron ont proposé un plan de relance de 500 milliards d'euros - (c) capture d'écran YouTube / l'Info du Vrai
Angela Merkel et Emmanuel Macron ont proposé un plan de relance de 500 milliards d'euros - (c) capture d'écran YouTube / l'Info du Vrai
On se souvient, il y a peu, du refus des Pays-Bas et de l’Allemagne d’intercéder en faveur de subventions allouées aux économies les plus touchées de la zone euro. Après des semaines de vacillements et de tensions exacerbées, Angela Merkel et Emmanuel Macron ont soumis il y a quelques jours la création d'un fonds de relance européen "ambitieux, temporaire et ciblé" de 500 milliards d’euros. Ce dernier a pour objectif d’aider l’Union européenne qui fait face une crise économique.

À l’heure actuelle, le terme récession est employé par tous les analystes économiques. Dès lors, ce fonds de 500 milliards d’euros, qui entrerait dans le prochain budget de l’UE, limiterait les impacts de cette crise. Il a été proposé que cette enveloppe soit financée par des emprunts de la Commission européenne sur les marchés, et ce, au nom de l’Union européenne et non pas par les États membres. "Il ne s’agit donc pas de prêts aux États, mais de véritables dotations", déclare-t-on du côté de la délégation française au Parlement européen.

L’Autriche, le Danemark, les Pays-Bas et la Suède sont contre ces subventions

25___article_esj___plan_de_relance_merkel_macron___26_05_2020_15_38.m4a UE : le plan de relance Merkel-Macron contesté  (3.1 Mo)

Concrètement, les pays ne devront pas rembourser les sommes qu’elles percevront. Ce remboursement pourra être effectué à partir du budget de l’UE, financé par l’ensemble des 27 États membres. Il s’agirait d’une première étape vers une mutualisation de la dette au niveau européen. Très critiquée en Allemagne suite à cette décision, Angela Merkel fait un grand pas vers une Europe plus unifiée à travers cette mesure.

Depuis ces annonces, plusieurs États ont affiché leurs divergences quant à ce plan. L’Autriche, le Danemark, les Pays-Bas et la Suède ont fait savoir lundi 25 mai qu’ils refusaient le plan de relance européen tel que présenté par la France et l’Allemagne le 18 mai dernier. Pour ces quatre pays, l'argent prêté doit être "orienté vers des activités qui contribuent le plus à la reprise, tels que la recherche et l'innovation, un renforcement du secteur de la santé et une transition verte". Ces quatre nations se disent d'accord pour accorder des prêts à taux favorables aux États qui en ont besoin, mais refusent d'allouer des subventions.

La Commission européenne doit présenter prochainement son propre plan qui a pour objectif de stimuler la reprise économique après la crise.








ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES









Recherche

L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      



Facebook