Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour



Le Podcast Journal - podcastjournal.net 

Recherche sur ce site avec Google
 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Voile: destination Guadeloupe


La Route du Rhum fête ses 40 ans. Un rendez-vous incontournable tous les quatre ans pour les aventuriers des mers alliant à la fois endurance physique et force de caractère.


L'Etoile du Roy, frégate de 1745 face aux Imocas. Photo (c) CS-L
L'Etoile du Roy, frégate de 1745 face aux Imocas. Photo (c) CS-L
route_du_rhum_2018.mp3 Route du Rhum 2018.mp3  (8.19 Mo)

À chaque édition de plus en plus de participants s'alignent sur les pontons du port de Saint-Malo en contrebas des remparts avec l'espoir d'ancrer leurs noms dans la légende de la voile aux côtés de ceux de Philippe Poupon, Laurent Bourgnon deux fois vainqueurs en 1994 et 1998, Michel Desjoyaux, Lionel Lemonchois et Franck Cammas.

Pour 2018, la Route du Rhum compte 123 participants dont six femmes qui courront sur trois Imocas et trois Class 40.
La voile restant encore très majoritairement un sport d'homme leurs noms peuvent être mis en exergue: Samantha Davies, Miranda Meron, Morgane Ursault-Poupon, Isabelle Joschke, Alexia Barrier et Claire Pruvot qui disait: "Pour moi, être ici, est déjà une victoire".

Ariel II, un Imoca de 2007. Photo (c) CS-L
Ariel II, un Imoca de 2007. Photo (c) CS-L
Lors de la première édition en 1978, seuls 38 concurrents s'étaient alignés sur la ligne de départ avec des navires bien loin des bolides survitaminés d'aujourd'hui aux matériaux high-tech et technologie moderne d'aide à la navigation.
Quelques dates ont marqué l’épreuve:
1978, le vainqueur Mike Birch effectue la traversée de l’Atlantique en 23 jours.
1990, Florence Arthaud surnommée "la petite fiancée de l’Atlantique" entre dans la légende en étant la première femme à remporter cette course en 14 jours et 10 heures.
1998, Ellen MacArthur gagnera avec son monocoque de 50 pieds Kingfisher. Elle sera de nouveau vainqueur de l'épreuve en 2002 avec son Imoca, en 13 jours et 13 heures.
2014, le succès grandissant, 91 voiliers se sont réunis sur la ligne de départ. Loïck Peyron bouclera la traversée en seulement 7 jours et 15 heures.

Le port de Saint-Malo dans le crépuscule. Photo (c) CS-L
Le port de Saint-Malo dans le crépuscule. Photo (c) CS-L
Pour l'édition 2018, les 123 participants sont repartis selon les classes des bateaux engagés en six catégories dont ont peu comparer les lignes, dimensions et les différences d'accastillages en se baladant sur les pontons.
Pour les multicoques: Ultimes (6 bateaux), Multi 50 (6 bateaux) et Rhum Multi (21 bateaux).
Pour les monocoques: Imoca (20 bateaux), Class 40 (52 bateaux), et Rhum Mono (17 bateaux).

Quelles que soient les conditions climatiques, le spectacle sera sublime, les spectateurs se pressant en masse sur les avancées rocheuses de toute la côte d'émeraude où en bateau pour être plus près de l’impressionnante flottille des concurrents. Les bateaux s'élanceront de la ligne de départ représentée par la Pointe du Grouin, puis passeront au large du Cap Fréhel pour filer vers le large.

Trimaran vainqueur en 1978. Photo (c) CS-L
Trimaran vainqueur en 1978. Photo (c) CS-L
Deux options se présentent, une trajectoire directe de 3.543 kilomètres ou plus longue en contournant les Açores grâce aux vents portants des alizés. Les skippers devront ensuite contourner l'île de la Guadeloupe pour arriver au port de la capitale Pointe-à-Pitre.
Pour ne parler que de quelques skippers participants à la course.

En classe Imoca, le skipper allemand Boris Hermann court sous les couleurs du Yacht Club de Monaco sur Malizia II, un monocoque à foils de 18,28 mètres de long, 60 pieds, de deuxième génération mis à l’eau en 2015.
En classe 40, sur Serenis Consulting, bateau de 12 mètres, Jean Galfione ancien champion de saut à la perche reconverti dans la voile depuis une dizaine d'années participe pour la deuxième fois.

La flotille des Utlimes, Class 40 et Imocas. Photo (c) CS-L
La flotille des Utlimes, Class 40 et Imocas. Photo (c) CS-L
Sur Équipe Voile Parkinson, Florian Guéguen se lance dans l'aventure après avoir été un marin en herbe comme la plupart des autres skippers, puis second et préparateur. Son budget a été bouclé grâce à des mécènes et sponsors via le Comité Parkinson de Saint Malo.
En Ultime, Armel Le Cleac'h est un prétendant à la victoire avec son bateau Banque populaire IX capable de voler au-dessus de l'eau à plus de 40 nœuds.
En Rhum Mono, Luc Coquelin, sur son fidèle open 50 de 15 mètres baptisé Rotary-La Mer Pour Tous, fait partie des multirécidivistes puisque c'est son cinquième départ du Rhum.

La goélette Ahoy construite d'après des plans anciens. Photo (c) CS-L
La goélette Ahoy construite d'après des plans anciens. Photo (c) CS-L
En Rhum Multi, sur son bateau rose, Air Antilles, Anne Caseneuve Maxi, David Ducosson espère être le premier Guadeloupéen à remporter la course dans sa catégorie avec le bateau déjà vainqueur en 2014 skippé par Anne Caseneuve.

Dans cette même catégorie, Loïck Peyron revient dans la course en voulant relever le défi ambitieux de naviguer à l'ancienne sur le bateau de Mike Birch, vainqueur de la première course du Rhum en 1978 avec cartes papiers et sextant. Avec son bateau baptisé Happy - Fondation Action Enfance, L. Peyron s’investit dans un nouveau challenge sportif et humain ainsi que dans un parcours pédagogique pour promouvoir des valeurs de solidarité, le goût de l’effort et le dépassement de soi. Son action sera suivie par les enfants pris en charge par la Fondation.

Malizia II du Yacht Club de Monaco. Photo (c) CS-L
Malizia II du Yacht Club de Monaco. Photo (c) CS-L
En 2014, la couverture médiatique de cette épreuve de renommée mondiale était sans précédent avec plus de 900 journalistes accrédités. Plus de 2.200.000 visiteurs ont arpenté le village au départ de Saint-Malo ainsi que celui de l’arrivée à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe.
"Naviguer est une activité qui ne convient pas aux imposteurs. Dans bien des professions, on peut faire illusion et bluffer en toute impunité. En bateau, on sait ou on ne sait pas." Eric Tabarly.

À dimanche 4 novembre 2018 pour le départ, record à battre: moins de 7 jours!



03/11/2018




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 19







Retrouvez le Podcast Journal :