Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

2020 : Exit la commémoration du 6 juin


Par Rédigé le 06/06/2020 (dernière modification le 05/06/2020)

Les cérémonies commémoratives de demain 6 juin 2020 marquant le 76ème anniversaire du débarquement des Alliés en Normandie n’auront pas lieu… L’annonce en avait été déjà faite depuis le 30 avril dernier.


Le 6 juin 1944 les troupes alliées composées de soldats britanniques, américains et canadiens débarquent sur les plages de Normandie. (c) histoire pour tous
Le 6 juin 1944 les troupes alliées composées de soldats britanniques, américains et canadiens débarquent sur les plages de Normandie. (c) histoire pour tous
debarquement_1.mp3 débarquement.mp3  (6.2 Mo)

6 juin 1944. La Seconde Guerre mondiale dure depuis bientôt 5 ans. L’armée allemande, bien que terriblement affaiblie sur tous les fronts, résiste. En ce jour, les troupes alliées composées de soldats britanniques, américains et canadiens débarquent sur les plages de Normandie. Ils sont au nombre de 150 000. Objectif : faire refluer vers l’Est les troupes allemandes. La mission est couronnée de succès. Le Débarquement marque le début de la Libération en France. Raymond Triboulet, un résistant normand que le général de Gaulle avait nommé sous-préfet de Bayeux, donne l’impulsion à la commémoration de l’événement. Il insiste pour que la Normandie remercie tout de suite ses libérateurs sur les plages mêmes où ils ont pris pied. La Journée du 6 juin est ainsi créée. Un Comité du Débarquement naît chargé de commémorer chaque année la journée qui sera appelée « Le Jour J » ou « D-Day » pour les anglophones. De fête locale au départ, le 6 juin prend par la suite une dimension nationale puis acquiert une stature internationale. Le tournant est particulièrement donné dans ce sens par François Mitterrand qui, en 1984, organise à l’occasion en marge des activités un Sommet politique réunissant des Chefs d'Etat étrangers.

Au fil du temps, les élus locaux de la Normandie comprennent l’intérêt qu’ils peuvent tirer de la commémoration d’un tel événement. Ils créent des musées et tentent de protéger le patrimoine lié au débarquement comme par exemple le pont artificiel d’Arromanches. Et ça marche ! Les vétérans et leurs descendants vont venir toujours plus nombreux jusqu’à aujourd’hui visiter la Normandie en famille. Elargi à d’autres curieux et passionnés de l’histoire, le mouvement prend la forme d’un « tourisme de mémoire » qui naît et se développe. Excellent pour l’économie de la région. Sauf…

Alternatives

Sauf cette année. Les cérémonies et commémorations 2020 sont en effet annulées. En cause : les incertitudes liées aux conditions de déconfinement en particulier sur les plages du littoral du Calvados qui, au moment où il fallait prendre les décisions organisationnelles préfectorales, restaient dans une sorte de « zone interdite ». La mesure régionale s’inscrit d’ailleurs dans un cadre restrictif national. Depuis le 13 avril 2020, l’Etat français a pris la décision de ne pas autoriser les rassemblements publics et l’organisation de festivals jusqu’à la mi-juillet en raison de la crise sanitaire Covid-19. Selon le Comité du Débarquement, il y aura juste une brève cérémonie internationale de dépôt de gerbes à Vierville-sur-Mer, derrière la plage d’Omaha-Beach. Seront présents un ou deux représentants de chaque pays allié et de l’ambassade d’Allemagne. Aucun public n’est invité à y assister. C’est la première fois que cela se passera ainsi depuis…et bien, depuis 1945.

Pour pallier à la situation, des cérémonies en comité restreint devraient être toutefois organisées par les autorités locales (dans le strict respect des règles sanitaires). Par ailleurs plusieurs initiatives individuelles sont prises en guise d’activités supplétives de commémoration. Gaétan Dugué, soignant en unité Covid et passionné d’histoire, appelle à la mise en œuvre d’actions digitales. Il invite ainsi toutes les personnes présentes en Normandie du 5 au 7 juin à retransmettre en direct et en différé les événements commémoratifs sur leurs comptes Facebook ou YouTube afin de permettre à un public large de communier à la Journée. De son côté, Nicolas Bellée, cofondateur du Normandy Victory Museum à Carentan (Manche), propose aux différentes instances de la région de faire sonner les cloches des églises pendant 2 minutes le 6 juin à 18h44. Le symbole est fort. Et l’idée fait son chemin de part et d’autre de l’Atlantique.









ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES





Les derniers articles




Recherche

L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    



Facebook