Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour



Le Podcast Journal - podcastjournal.net 

Recherche sur ce site avec Google
 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Corruption et comportement sexiste en politique

L'édito de la semaine


Si les Balkans font la une de l’actualité cette semaine, ce n’est pas seulement grâce à la Croatie en finale de la coupe du monde de football. La Bosnie-Herzégovine et la Roumanie font aussi parler d’elles et c’est moins glorieux!


edito_150718.mp3 Edito 150718.mp3  (1.91 Mo)

L’arrivée des Croates en demi-finale de la coupe du monde de football permet de porter un coup de projecteur sur cette région d’Europe encore trop peu connue. Et c’est ainsi que pendant que les Croates se préparent pour la finale, leurs voisins du sud commémorent le massacre de Srebrenica perpétré il y a maintenant 23 ans. En juillet 1995, 8.000 Bosniaques avaient été assassinés par les troupes serbes du général Ratko Mladić qui a enfin été condamné à La Haye en novembre 2017, pour crime contre l’humanité et génocide. La Bosnie-Herzégovine reste un pays divisé d'un point de vue ethnico-religieux, vivant toujours sous la menace d’une implosion entre les trois entités serbe, croate et bosniaque qui la composent. Surtout, il semble que ce soit un pays où l’on continue de tuer en toute impunité. Ces dernières années, trois jeunes gens ont été assassinés, trois jeunes gens des trois ethnies principales du pays. La vérité n’a pas été vraiment faite et les familles réclament justice. Paradoxalement, aujourd’hui, le sang qui a coulé pourrait ne plus diviser le pays mais permettre peut-être aux différentes communautés de se retrouver dans leur demande de justice et de vérité. Pour lutter contre la corruption qui là aussi gangrène le pays, seule une convergence des minorités permettrait cette victoire. Ce n’est pas gagné…

Et en Roumanie, ce n’est guère mieux. Le 9 juillet, Laura Kövesi a été révoquée par décret présidentiel. Cette femme était surnommée la dame de fer de la lutte anti-corruption en Roumanie. Elle vient d’être victime d’un calcul politique entre le président et d’autres politiciens gênés par le travail de ce puissant procureur en chef de la Direction nationale anti-corruption. Les intérêts personnels du président de la République Iohannis – qui brigue un second mandat - ont primé face aux engagements pris pour lutter contre la corruption dans son pays. Comment d’ailleurs faire autrement? La classe politique roumaine est elle aussi, gangrenée par la corruption. Nombreux sont ceux qui vivent dans la crainte de voir ressortir des dossiers judiciaires et les utilisent comme moyen de pression les uns envers les autres. Tous liés par le même pacte! Là aussi comme pour la Bosnie-Herzégovine, la solution ne pourra venir que de la société civile, qui pour ne pas qu’elle bouge, que ce soit ici ou ailleurs, est maintenue dans un état de survie économique ne lui permettant pas de mener plusieurs luttes à la fois.

Laura Kövesi ne fut pas la seule femme à être malmenée cette semaine. En Europe dans le cadre d’une réunion de l’Otan et en visite officielle en Grande-Bretagne, Donald Trump s’est encore une fois fait remarquer par son comportement vis-à-vis des femmes. Le mépris qu’il affiche dans ses relations avec Angela Merkel et Teresa May est affligeant. Incapable de les regarder dans les yeux, refusant parfois de leur serrer la main, tel un chef d’Etat iranien en visite en Europe. Le pire ayant été observé lors de sa rencontre avec la reine d’Angleterre, avant tout, tout simplement femme âgée, qu’il «oublie» en avançant face aux caméras. Nombreux sont ceux qui s’inquiétaient des éventuels impairs du président américain, ils avaient manifestement raison. Donald Trump reproche à Teresa May de ne pas avoir écouté ses conseils, pratiquement plus dans la surprise que dans le reproche. N’envisageant pas un seul instant que l’on puisse les ignorer. Exerçant sans complexe, un chantage sur elles, pour choisir entre les Etats-Unis et l’Union européenne. Manifestement, Donald Trump est beaucoup plus à l’aise avec les hommes, à qui il sait prendre la main, à qui il sait sourire, avec qui il sait plaisanter. Il y a là peut-être des réflexions à tirer.

Ah! et j’oubliais, que le meilleur gagne ce soir!



Les actus vidéos du 9 au 15 juillet 2018


15/07/2018










Retrouvez le Podcast Journal :