Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

"Derrière mon handicap", une série d'interviews sur France 3


Par Rédigé le 14/05/2019 (dernière modification le 15/05/2019)

"Derrière mon handicap" est une série d’interviews filmées proposée par France 3 Bourgogne-Franche-Comté. Elle a été diffusée le 11 mars 2019. La chaîne a donné la parole à des personnes handicapées mais aussi à des recruteurs et des professionnels des ressources humaines, invités chacun à raconter une histoire, un point de vue ou des anecdotes.


Sciences Po lutte contre la discrimination de l'emploi des personnes en situation de handicap (c) Actualité Sciences Po
Sciences Po lutte contre la discrimination de l'emploi des personnes en situation de handicap (c) Actualité Sciences Po
Déficience physique ou mentale, congénitale ou acquise. Nous voulons parler d’un mot encore tabou, qui fait peur, qui fait fuir… le handicap. Entre malaise, incompréhension, discrimination et préjugés, il n’est pas aisé de parler de handicap.
S’il est impossible de donner un nombre exact de personnes souffrant d’un handicap en France, plusieurs études estiment que 12 millions d'individus sont concernés. Parmi elles, 80% vivent avec un handicap invisible. France 3 Bourgogne-Franche-Comté attache une attention particulière en proposant aux téléspectateurs, une série d’interviews filmées qui donne la parole à des personnes handicapées mais aussi à des recruteurs et des professionnels de ressources humaines, invités chacun à raconter une histoire, un point de vue ou des anecdotes. Cette série d’interviews filmées est composée de sept épisode qui dure environ 2’40. Elle a été diffusée le 11 mars 2019.

Episode 1 : "Samuel"

Faire répéter à plusieurs reprises ses interlocuteurs, leur demander de parler plus lentement et de bien articuler… si vous rencontrez Samuel, vous comprendrez qu’il souffre de surdité des deux oreilles. Depuis 12 ans, Samuel porte des appareils auditifs qui amplifient les sons et lui permettent relativement bien de comprendre son entourage.
Samuel a une reconnaissance de travailleur handicapé (RQTH). Le dossier assommant a été accepté… pour une durée de deux ans. Il ne le comprend pas car dans deux ans, il ne sera pas moins sourd !
derriere_mon_handicap,_une_serie_d__interviews_sur_france_3_1.mp3 Derrière mon handicap, une série d'interviews sur France 3.mp3  (2.33 Mo)


Episode 2 "Hugues-Raphaël"

Un chef restaurant à Dijon en fauteuil roulant, qu’est-ce que ça change ? "Pas grand-chose", s’exclame Hugues. Il a 40 ans et a subi une profonde mutation de sa vie. Victime d’un accident de plongée en vacances en 2005, il devient tétraplégique. Cet ancien officier décide de se lancer un challenge, celui de reprendre des études à l’université de Dijon, en Administration économique et sociales (AES). Hugues-Raphaël se prépare alors à relever un double défi : réussir ses études et ouvrir son propre restaurant. "J’ai toujours rêvé de monter mon entreprise. J’y pensais même avant mon accident", confie le quarantenaire. Il prouve à tout le monde que son handicap n’en est plus un : "ça demande juste quelques petites adaptations".

Episode 3 "Maïté"

Le handicap invisible, c’est aussi souffrir d’une hernie discale et de lourds problèmes de dos. Maïté a 33 ans, elle a perdu son emploi de mécanicienne-monteuse à la suite de sa maladie. Elle considère que sa pathologie est un "tremplin pour faire autre chose" et c’est désormais en tant que technicienne hygiène, sécurité et environnement qu’elle souhaite se reconvertir. Dotée d’une franchise déconcertante, elle affiche carte sur table et mentionne dans son curriculum vitae qu’elle a une reconnaissance de handicap.

Episode 4 "Guillaume"

Laisser s’exprimer les personnes en situation de handicap, faire comprendre à des recruteurs qu’en général, les handi ont plus de facilité à s’adapter que d’autres et sont très motivées, c’est le message que Guillaume souhaite faire passer. Guillaume est infirme moteur-cérébral. Des troubles au niveau musculaire qui l’empêchent d’occuper une station debout de longue durée. Guillaume est né avec cette pathologie. Il a aujourd’hui 26 ans. Il a occupé différents postes, a réalisé plusieurs stages, est diplômé et a même occupé un emploi dans une banque à Dijon. Même s’il a essuyé quelques refus à la suite d’entretiens d’embauche, il reste persuadé que le handicap peut apporter beaucoup pour une entreprise.

Episode 5 "Kévin"

Chaque matin, il se réveille et trouve la force de chercher du travail. Travailler, c’est une nécessité, c’est le combat de Kévin. Ce jeune homme de 27 ans a subi une lourde opération lorsqu’il n’avait que 12 ans. Il a été opéré d’une tumeur au cerveau. Cette intervention a laissé des traces qui l’empêchent aujourd’hui de trouver une stabilité professionnelle. Il a cumulé des missions d’intérim sans jamais dépasser deux semaines consécutives. Après s’être battu pour obtenir son Brevet de technicien supérieur en management des unités commerciales (BTS MUC), il se bat désormais pour trouver du travail.
Il passe le message suivant aux potentiels employeurs : "Je peux travailler et faire plein de choses alors laissez-moi une chance".

Episode 6 "Nadine Guérin"

Comment recrute-t-on une personne en situation de handicap ?
Quel est le rôle d’une chargée de mission handicap ?
Des questions auxquelles Nadine Guérin, chargée de mission handicap au Centre hospitalier universitaire de Dijon répond.
"Au CHU (Centre Hospitalier Universitaire) de Dijon, c’est la prise en charge de professionnels qui ont besoin d’une reconversion professionnelle ou d’une prise en compte de leurs difficultés sur leur poste de travail et de l’adaptation de celui-ci s’il le faut", explique Nadine Guérin.
A la question sensible : comment une personne handicapée est-elle recrutée ? Elle répond avec enclin et sans hésitation que ce sont les compétences qui sont recrutées et non pas la personne. Au besoin, les services du CHU mettent en place une adaptation au poste de travail. Pour mener à bien cette mission, elle collabore avec le médecin du travail et un ergonome. A trois, ils envisagent plusieurs possibilités d’aménagement afin que le salarié s’exerce dans les meilleures conditions.
Elle ne manque pas de préciser que le CHU respecte le cadre législatif puisqu’ils sont aujourd’hui à 6,50% de taux d’emploi de travailleurs handicapés.

Episode 7 "Nicolas Héron"

Un robot collaboratif qui permettrait d’assister un travailleur handicapé voire de le suppléer, capable d’être bénéfique à tout un collectif… c’est désormais possible au sein du groupe Essilor. Nicolas Héron, directeur des ressources humaines nous le confirme. Ce robot s’appelle « Cobot » rebaptisé « Nono ». Il est devenu le compagnon de travail de toute l’équipe.
Grâce notamment à cet ami, la loi et l’accord handicap de cette entreprise est largement respectée. L’enseigne affiche un taux d’emploi de travailleurs handicapés de 9%. Nicolas fait partie de ces DRH qui se veulent compréhensifs et créatifs.

"Derrière mon handicap", est-elle une émission qui permettrait de désacraliser le handicap ?

Narbonne : un athlète handisport sacré Mister handi France








ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES





Les derniers articles




Recherche

L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            



Facebook