Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Extension du délit d'entrave à l'IVG


Le 16 février 2017, le Parlement français a adopté la proposition de loi relative à l’extension du délit d'entrave à l'IVG. Cette loi va permettre de pénaliser les sites de "désinformation" sur l’interruption volontaire de grossesse.


Menace pour la liberté d'expression ou rempart à la désinformation?

Image du domaine public
Image du domaine public
entrave_ivg.mp3 Entrave IVG.mp3  (300.81 Ko)

Une partie de la droite et le mouvement anti IVG, ont combattu durement l’adoption de cette loi socialiste considérant qu’elle est une atteinte à la liberté d’expression, d’information et de penser. Ce débat houleux suite à l’adoption de la loi intervient sur fond de campagne présidentielle.

Les "militant(s) anti-IVG 2.0", comme les appelle Catherine Coutelle (PS, Vienne), rapporteuse de la proposition de loi sur le délit d’entrave à l’IVG, risqueront désormais deux ans de prison et 30.000 euros d’amende.

Cette loi est en réalité une déclinaison numérique du délit d’entrave à l’interruption volontaire de grossesse créé en 1993 pour les "commandos" qui venaient perturber les établissements pratiquant l’avortement ou menacer les personnels hospitaliers afin d’empêcher les femmes d’avorter.

En réalité il s’agit de lutter contre les sites internet qui pour la plupart, se présentent comme étant des plateformes d’aide et d’information sur l’interruption volontaire de grossesse (IVG), et qui visent en réalité à dissuader les femmes d’avorter en leur montrant des images choc, des arguments infondés ou des informations erronées comme par exemple le risque très accru de stérilité lié à l’IVG ou encore de cancer du sein, de l’utérus et des poumons. Ces manœuvres de dissuasion sont d’ailleurs vu par certains comme un abus de faiblesse envers ces jeunes filles ou femmes en détresse.

De leur côté les anti IVG et une partie de la droite dénonce une entrave à la liberté d’expression. Mais "la liberté d'opinion n'est pas le droit au mensonge", rétorque la ministre aux Droits des femmes Laurence Rossignol. Quarante ans après la loi Veil, "les adversaires du contrôle des naissances avancent masqués, dissimulés derrière des plateformes qui imitent les sites institutionnels ou des numéros verts d’apparence officielle", a dénoncé la ministre. "Les militants anti-IVG resteront libres d’exprimer leur hostilité à l’avortement. A condition de dire sincèrement qui ils sont, ce qu’ils font et ce qu’ils veulent", a-t-elle assuré. Pour l’orateur des Républicains Christian Kert, cette loi menace "la liberté de pensée" et "met en place une véritable censure gouvernementale". "La liberté d’expression, ce n’est pas la liberté de tromper les personnes, la liberté de manipuler", a répondu l’UDI Philippe Vigier.



21/02/2017




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 15





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :