Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour



Le Podcast Journal - podcastjournal.net 

Recherche sur ce site avec Google
 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Journalistes: façon puzzle!

L'édito de la semaine


On croyait avoir tout vu… et bien non! Nous avions eu le classique assassinat par balle, l’explosion de voiture, mais pas encore la torture suivie d’une décapitation et d’un démembrement et tout cela s’il vous plait sur fond musical pour semble-t-il ne pas gêner les voisins!


edito_211018.mp3 Edito 211018.mp3  (1.95 Mo)

Il y a un an disparait dans les décombres de sa voiture, la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia. Après le choc de l’événement, les réactions de part et d’autres en Europe principalement, qu’en est-il? Pas grand-chose à dire vrai… Reporters sans frontières et d’autres associations œuvrant pour la défense de la liberté de la presse réclament toujours à cor et à cri "une enquête publique indépendante" aux autorités maltaises qui ne risquent pas de s’y plier puisqu’il y a de fortes chances qu’elles soient impliquées d’une façon ou d’une autre. Rappelons en effet que la journaliste maltaise s’était fait une spécialité de dénoncer les scandales politiques de son île. Aussi force est de constater que l’on peut impunément tuer des journalistes en Europe sans qu’une réelle enquête n’aboutisse. Un an après, nul ne sait encore exactement qui a fait assassiner Daphne Caruana Galizia.

En février 2018, c’était un journaliste slovaque et sa compagne qui étaient froidement liquidés. De ce côté-là pourtant, il semble que les choses bougent un peu plus. En septembre 2018, la police slovaque a arrêté plusieurs personnes soupçonnées d’avoir participé à cet assassinat. Tout comme Daphné Caruana Galizia, Jan Kuciak enquêtait sur des liens présumés entre des hommes politiques slovaques et la mafia italienne présente dans son pays. Dans cette affaire, le Premier ministre Fico s’était senti obligé de démissionner contrairement au chef du gouvernement maltais.

Le 2 octobre 2018, c’est en Turquie qu’un journaliste a été assassiné. Et c’est grâce aux autorités turques et aux médias nationaux que l’affaire a été révélée. Un journaliste saoudien vivant aux États-Unis, et travaillant pour le Washington Post est entré dans le consulat d’Arabie saoudite pour y chercher des papiers en vue de son prochain mariage et n’en serait jamais ressorti ou du moins jamais ressorti vivant. L’homme serait tombé dans un piège et aurait été tué par un commando spécial venu de Ryad. Après avoir nié les faits pendant plusieurs jours, l’Arabie saoudite les a reconnus tout en essayant d’en diminuer l’horreur. Une simple bagarre aurait été à l’origine de la mort de Jamal Khashoggi. Explications qui n’ont convaincues personne bien évidemment. L’affaire a été reprise en main par le roi Salmane, le prince héritier n’ayant manifestement pas été à la hauteur de la gestion de cette crise dont il semble être à l’origine. En Arabie saoudite, les répercussions de cet assassinat étonnent. Le prince à la mode occidentale, Mohammed ben Salmane, découvre que l’on ne peut tuer complètement impunément les journalistes et que même la mort d’un pisse-copie peut être utilisée à des fins de politique étrangère. Ce qui manifestement n’était pas prévu au programme.

Mieux qu’à Malte et en Slovaquie, en Arabie saoudite, 18 suspects ont déjà été arrêtés, des personnalités ont été limogées! Ça c’est de l’efficacité! Il n’a pas été utile d’attendre les déclarations des autorités saoudiennes pour apprendre qu’il y a eu volonté de dissimuler le meurtre de Khashoggi, meurtre qui n’aurait pas été commandité par MBS. Mais alors qui commande en Arabie saoudite si de tels faits peuvent être perpétrés sans l’aval des autorités? Dilemme cornélien pour celui qui doit succéder au roi Salmane. Passer pour un commanditaire d’assassinat ou accepter que l’on dise qu’il n’est pas au courant de ce qui se passe sur ses terres.

Mais voilà, pour l’heure, qui peu croit en la nouvelle version officielle des faits présentée par l’Arabie saoudite. L’Onu, Angela Merkel très fermes sur la question, Emmanuel Macron moins nettement et les États-Unis qui comme d’autres saisissent l’occasion de faire la leçon au roi du pétrole mais sans prendre le risque de rompre des relations commerciales fructueuses et perdre un ami de longue date dans la région nécessaire dans son éternelle lutte contre l’Iran. Néanmoins, nous sommes rassurés le gouvernement américain "désapprouve les assassinats extrajudiciaires", a déclaré le numéro un de la diplomatie américaine! Encore fallait-il oser le préciser!

En attendant, il y a une fiancée, une famille qui pleurent et tentent de retrouver les restes d’un être aimé. En attendant, il y a un monde témoin de ce que l’homme est capable de faire à l’homme.


Les actus vidéos du 15 au 21 octobre 2018


21/10/2018










Retrouvez le Podcast Journal :