Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

L'eau solide, solution miracle à la sécheresse?


Par Rédigé le 25/03/2019 (dernière modification le 24/03/2019)

Positionnée sur le segment des technologies vertes, l'entreprise cannoise ANET International distribue la "Pluie Solide", rétenteur d'eau qui s'avère déjà, dans de nombreux pays, un allié de taille dans la lutte contre la sécheresse.


La technologie "Pluie Solide" gélifie l'eau. (c) DR.
La technologie "Pluie Solide" gélifie l'eau. (c) DR.
Composé de polyacrylate de potassium - un sel de potassium - le produit est un super absorbant, qui peut retenir jusqu'à 300 fois son poids en eau et la transformer en gelée. L'eau à l'état solide peut alors se mettre en sacs. Elle est stockée en attendant d'être utilisée.

Si le principe n'est pas nouveau et que des technologies similaires se sont développées en France, la formule de la "Pluie Solide" a été déposée à l'international par l'ingénieur chimiste mexicain Sergio Rico Velasco.

C'est en travaillant sur la récupération de l'eau de pluie que ce dernier aurait cherché une solution pour en optimiser l'usage. Un enjeu crucial sous ces contrées arides.

Principe de précaution

Développé au début des années 2000 au Mexique puis plus largement sur l'Amérique, l'Inde, l'Afrique et la péninsule ibérique, le procédé, qui permet d'espacer l'arrosage, est aujourd'hui autorisé en France. Où son utilisation se limite toutefois aux plantes en jardinières.

En effet, par principe de précaution et dans l'attente des résultats d'études, la "Pluie Solide", homologuée par les entités gouvernementales européennes et américaines n'est pas encore autorisée sur les cultures alimentaires françaises.

"Le procédé est très sûr pour l'environnement, et le produit n'est pas toxique. Le polymère est sensible à l’action des rayons ultraviolets. Il se dégrade en oligomères, molécules beaucoup plus petites. Et devient ainsi beaucoup plus sensible au processus de dégradation microbiologique, explique Christophe Lafuente, Président Directeur Général d'ANET depuis 2013. La "Pluie Solide", bio-fractionnable, se décompose naturellement dans les sols en émission de CO2, H2O et composés azotés jusqu’à 10/15% par an".

anet_i.mp3 ANET I.mp3  (3.56 Mo)


Comment ça marche?

La Pluie Solide est distribuée en France par ANET International. (c) DR.
La Pluie Solide est distribuée en France par ANET International. (c) DR.
Le produit se présente sous la forme d'une poudre granuleuse qui ressemble à du sucre. Mais concrètement, ça marche comment?

Il suffit de verser une dose de 1,5 gramme de polyacrylate de potassium pour 1 litre d'eau. En 15 minutes, les molécules d'eau se solidifient en se collant aux polymères.

Le moment venu, l'eau gélifiée est déposée au pied des cultures. Au Mexique, elle permet aux agriculteurs de faire pousser le maïs, les piments ou les haricots sans attendre la saison des pluies.

L'arme anti-gaspillage restitue l'eau à la plante en fonction de ses besoins, lui évitant le stress hydrique.

La "Pluie Solide" permettrait ainsi de réduire de 90% l'irrigation, d'augmenter la productivité des cultures, et de récupérer des sols infertiles et érodés.
Au lieu d'arroser tous les deux ou trois jours dans les pays chauds, on arrose toutes les trois semaines.

Inconnue du grand public

Le "produit miracle" est plutôt bon marché mais reste inaccessible aux plus démunis. Le sac de 25 kilos, qui suffit à couvrir les besoins d'un hectare de culture, coûte 465 € et dure jusqu'à 10 ans. Le polyacrylate se réhydrate en effet à chaque ondée ou petit arrosage.

Outre les cultures, le procédé est utilisé dans les programmes de reforestation, auxquels l'entreprise cannoise est d'ailleurs particulièrement sensible. L'innovation lutte en outre contre l'avancée du désert en permettant aux végétaux d'y pousser avec peu d'eau. La végétation fait ainsi barrage à la progression du sable.

Plus inattendu, l'"Eau Solide", qui ne s'évapore pas, peut être utilisée pour éteindre les incendies. Elle constitue une barrière efficace au feu.

Mais alors pourquoi une telle technologie n'est-elle pas plus connue du grand public?

"Deux poids, deux mesures. L'eau c'est l'enjeu du 3e millénaire, la technologie existe depuis plus de 20 ans, on en parle pas, assure Christophe Lafuente, déplorant lenteurs et lobbying. Les polymères, c'est quelque chose de très compliqué. Je voudrais pouvoir proposer le produit à prix coûtant. C'est une technologie exceptionnelle".

Programme de reboisement

La Pluie solide est utilisée dans les programmes de reboisement. (c) DR.
La Pluie solide est utilisée dans les programmes de reboisement. (c) DR.
Via le département "Rebuildforests", la société cannoise œuvre au développement de programmes de reboisement, de cultures maraîchères, vivrières et thérapeutiques.

Quatre options permettent au grand public de participer à la transition écologique, et d'améliorer la qualité des espaces et cadres de vie.

Un don contribuera ainsi à la logistique et au développement des programmes de reboisement tandis que le parrainage donne la possibilité de planter un arbre. Il est aussi proposé de signer la pétition "Rebuildforests", qui a pour objectif de reverdir les déserts. La dernière option, Paulownia Token, offre d'investir dans la production de bois écologique et soutenable afin de répondre à une demande mondiale croissante.

"Le bois est la troisième valeur après le pétrole et le gaz, poursuit l'entrepreneur pour qui il faut changer le paradigme. "Pluie Solide" et Paulownia Token, le jeton d'investissement que nous proposons y contribuent. Les solutions existent, mais il faut que nous soyons entendus".

Le paulownia, originaire d'Asie, à croissance rapide, est résistant. L'arbre peut atteindre 20 m de haut en dix ans et s'adapte aux zones désertiques.

"Il résiste à une amplitude thermique variant de -32° à +40°. ANET International veut montrer que l'on peut pratiquer une agro-sylvo-économie durable. C’est une forme nouvelle et judicieuse d’investissement financier écologique".

"Future Sahel"

La petite entreprise du sud contribue au programme "Future Sahel", approche multi-scalaires pour de meilleures pratiques de gestion des ressources des espaces sahéliens de la Grande Muraille Verte (GMV) au Sénégal.
Ce programme de recherche est financé pour une durée de trois ans (2015) par l'Agence Nationale de la Recherche Française (ANR).

En juillet 2016, un partenariat est mis en place entre l'Unité Mixte de recherche Géolab, dont l'Université Clermont-Auvergne et le CNRS sont deux des tutelles, et ANET International.

L'une des tâches du programme est de tester la résistance à la sécheresse et les taux de survie des différentes espèces d'arbres sahéliens dans les conditions de transplantation de l'Agence Nationale de la GMV sénégalaise. Une parcelle expérimentale a été installée près de Ranerou, avec l'appui des services des Eaux et Forêts.

Parmi les solutions pour tenter d'accroître la survie des jeunes plants pendant les premiers mois suivant la transplantation, l'équipe de recherche a testé l'injonction de "Pluie Solide".

"Les résultats devraient être publiés d'ici septembre ou octobre 2019 dans les revues scientifiques", conclut le Cannois.










ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES









Recherche

L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      



Facebook