Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

L’ingérence de Trump dans la politique britannique


Par Rédigé le 07/06/2019 (dernière modification le 07/06/2019)

La visite d’Etat du Président américain est intervenue dans un climat politique chaotique favorisant l’ingérence américaine. Avant même son arrivée sur le sol britannique, Donald Trump avait déjà créé la polémique en insultant le maire de Londres. Mais il semblerait que le flegme britannique l’ait emporté sur les commentaires explosifs.


Donald Trump à Londres: le Brexit est "une bonne chose pour le pays". History in HD @Unsplash
Donald Trump à Londres: le Brexit est "une bonne chose pour le pays". History in HD @Unsplash
trump.m4a Trump.m4a  (1.94 Mo)

Avant son départ pour l’Europe la semaine dernière, Donald Trump s'était confié à la presse britannique en critiquant la gestion du Brexit par Theresa May. Selon lui, le Royaume-Uni aurait dû quitter l’Union européenne depuis bien longtemps et sans payer sa facture. Le chef de la Maison Blanche conseille un Brexit sans accord avec aux commandes l’ex-ministre des Affaires étrangères Boris Johnson. Il recommande en outre que Nigel Farage, leader du Parti du Brexit, soit à la table des négociations sur le Brexit.

Le matin de son arrivée, juste avant que son avion n'atterrisse, Donald Trump s'en était également pris au maire de Londres, tweetant que "Sadiq Khan a fait boulot exécrable en tant que maire de Londres (…) et que ce loser total ferait mieux de se concentrer sur la lutte contre la criminalité à Londres".

Ses opposants ont crié au scandale. Jeremy Corbyn, le chef du Labour, a qualifié ces commentaires "d’ingérence inacceptable dans notre démocratie". Le maire de Londres, le chef de l’opposition travailliste et le président de la Chambre des Communes ont donc boudé le banquet donné par la reine Elizabeth II en l’honneur du président américain.

Flegme britannique ou accord phénoménal

Reçu en grande pompe par la reine d’Angleterre dès son arrivée, Donald Trump s’est soudainement adouci. "La reine et toute la famille royale ont été fantastiques", a-t-il tweeté dès le premier jour. Même Theresa May qui avait été dument critiquée a reçu les compliments du Président américain : cette "grande professionnelle mérite beaucoup de crédit".

Au niveau politique, Donald Trump s’est également montré beaucoup moins revendicatif. Il estime que le Brexit est "une bonne chose pour le pays" puisque les deux pays ont la volonté de négocier un accord de libre-échange post-Brexit. Projet ambitieux pouvant doubler ou tripler le volume des échanges bilatéraux. Alors qu’avant sa venue le Président américain souhaitait à tout prix que la libéralisation du service public de santé britannique fasse partie des négociations, il l’exclue complètement désormais. Quant aux menaces commerciales de la Chine, Donald Trump a minimisé le conflit Huawei sur la construction du réseau 5G par le géant chinois des télécoms. Il déclare qu’un compromis va être trouver afin "d’outrepasser nos différences". Flegme britannique ou soif commerciale, Donald Trump a été diplomate et conciliant lors de son séjour londonien. Du jamais vu!









ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES









Recherche

L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          



Facebook