Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

La Toussaint martiniquaise face au défi générationnel


Par Nouria Anseur Rédigé le 01/11/2020 (dernière modification le 01/11/2020)

La Toussaint en Martinique se démarque par ce rapport particulier entre la population et ses défunts. Les nouvelles générations vont-elles faire perdurer cette pratique ?


Les cimetières, nettoyés et embellis les jours précédents, accueillent leur plus grande affluence. (c) Patrice 78500, Wikipedia commons.
Les cimetières, nettoyés et embellis les jours précédents, accueillent leur plus grande affluence. (c) Patrice 78500, Wikipedia commons.
d_8_71.m4a La Toussaint martiniquaise face à un défi générationnel  (1.39 Mo)

Héritage catholique apparu en Occident au VIIIe siècle, la Toussaint se célèbre les deux premiers jours de novembre. Pendant ces jours fériés, l'Eglise honore tous ses saints
et la population commémore ses défunts.

En Martinique, ces cérémonies prennent un tour éloigné des standards catholiques usuels. Les cimetières, nettoyés et embellis les jours précédents, accueillent leur plus grande affluence. Toutes les générations se retrouvent, éclairées par des myriades de bougies blanches et rouges.

La fête religieuse ... tant fête que religieuse

Les Martiniquais préférant se rappeler les bons souvenirs vécus avec leurs parents disparus, le rituel prend ici une tournure festive. Les rires, les repas, les boissons, rendent vivace le souvenir de l'être disparu. Des camelots, la musique et des bandes d'enfants complètent ce tableau joyeux. On ressens la communion de la congrégation à travers la positivité des attitudes.
"Tout à de l’importance pour nos défunts", explique Sylvie L, "la propreté des lieux, la présence des proches, les pensées et les offrandes… ". Sylvie n’a jamais manqué une fête de la Toussaint, où elle rend hommage, entre autres, à son père. "Mais ces dernières années nous sommes moins nombreux à préparer le cimetière, et on se rend compte que le nombre de fidèles baisse", déplore-t-elle.

La jeune génération en retrait

La nouvelle génération s'éloigne en effet de cette tradition. La fréquentation des églises a lourdement chuté. Dans son livre Les nouveaux mouvements religieux dans les caraïbes (Karthala, 2001), L. Hurbon estime que "vers les années soixante-dix, une génération nouvelle, en rupture avec les générations précédentes, apparait en Guadeloupe et en Martinique, qui fait l’expérience d’une identité particulièrement menacée et qui, en cherchant de nouvelles assises culturelles, n’hésite pas à mettre ensemble les signifiants les plus hétérogènes".

Un contexte global

Certes les mouvements religieux ont fleuri et même prospéré sur le territoire antillais, "Témoins de Jéhovah, Adventistes, Musulmans etc…" ont assis leur rayonnement, affaiblissant de facto l’influence de l’Eglise catholique. Mais le déclin de la spiritualité chez les jeunes représente un mouvement général dans les sociétés modernes, aux États-Unis, en Europe, les rangs des "sans religions" progressent d’une manière qui semble inéluctable.
Denis Lacorne, directeur de la recherche au Centre de recherches internationales (CERI), résume : "plus on est jeune moins on a de religion".
Les facteurs sont nombreux…les nouvelles technologies, l’accès aux études, le multiculturalisme, renforcent le scepticisme, érodent les croyances.

Dans ce contexte, la beauté de la tradition martiniquaise résistera-t-elle au temps ?








ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES





Les derniers articles




Recherche

L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            



Facebook