Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour



Le Podcast Journal - podcastjournal.net 

Recherche sur ce site avec Google
 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

La même colère pour tous!

L'édito de la semaine


Le gouvernement français avait bien tenté à l’origine du mouvement des "gilets jaunes" de les présenter comme des bouseux anti-écolo, pourtant nombre d’entre eux ont défilé main dans la main avec ceux et celles qui marchaient pour lutter contre le changement climatique ce samedi 8 décembre 2018.


edito_9_decembre_18.m4a edito 9 décembre 18.m4a  (1.75 Mo)

A l’image du grand philosophe Forrest Gump, les Français marchent. Et s’il y en a un qui doit s’en mordre les doigts, c’est bien le président Macron qui le premier a appelé son mouvement En marche… Il aurait peut-être mieux fait de se casser une jambe - comme le dit si bien l’adage - ce jour-là. Il n’est pas impossible que le chef de l’État ait redonné aux Français le goût de la marche. Les initiateurs du mouvement voulaient "s’appuyer sur la rhétorique du mouvement, sur le dynamisme", le moins que l’on puisse dire est qu’ils sont servis.

Ainsi hier, non seulement les "gilets jaunes" étaient dans les rues depuis quatre week-end consécutifs mais ils étaient rejoints par les "gilets verts", marchant eux pour lutter contre le changement climatique; après les "gilets mauves" défilant contre les violences faites aux femmes il y a 15 jours. Les lycéens qui sont aussi sortis dans la rue n’ont pas encore choisi leur couleur, mais cela ne devrait pas tarder. Une de leurs revendications concernait l’augmentation impressionnante des frais d’inscription universitaire pour les étudiants étrangers. Lorsque l’on sait que la majorité de ceux et celles qui viennent en France étudiés arrivent d’Afrique, on se dit que la Francophonie n’est pas l’obsession du gouvernement et on s’étonne du silence de ses représentants… Enfin, avec toutes ces couleurs, on attend plus que le mouvement LGBT dans les rues! On ne s’en plaindra pas, avec toute cette grisaille environnante, les couleurs vives font du bien!

Cette marche des "gilets verts" après celles de septembre et octobre 2018, a été organisée à l’occasion de la conférence sur le climat qui a lieu en ce moment à Katowice en Pologne. L’urgence climatique rejoint les urgences sociales et nos gouvernants n’auront pas réussi à diviser ceux et celles qui veulent que le monde change, malgré quelques vaines tentatives. Toutes ces marches expriment une volonté de changement. Que faut-il faire pour que les messages soient entendus par ceux et celles qui nous gouvernent? Quand nos élus comprendront-ils qu’il faut rendre des comptes? Qu’ils sont les représentants d’un peuple exigeant. Qu’être politicien ou politicienne n’est plus une prébende!

A mi-parcours de la Cop 24, quels espoirs peut-on se permettre? La Pologne et ses dirigeants font partie de ceux qui justement veulent diviser les défenseurs des droits sociaux de ceux qui soutiennent l’écologie. Ainsi, le président polonais saisissant l’occasion de ce qui se passe à Paris, n’a pas manqué de dire que la transition écologique ne se fera pas aux détriments des équilibres sociaux et que lui contrairement à Emmanuel Macron - absent comme son Premier ministre à Katowice, ils y seraient allés que l’on leur aurait reproché - ne veut pas imposer une transition écologique par la force. Démagogie quand tu nous tiens… Au moins le nouveau président brésilien assume-t-il ce qu’il est en décidant de ne pas accueillir en 2019, comme c’était prévu, la Cop 25.

Puisque les pays occidentaux ne semblent-ils pas capables de trouver des solutions, pourquoi celles-ci ne viendraient-elles pas de continents émergents comme l’Afrique? Plutôt que d’avancer que les pays du sud ne doivent pas être obligés de faire ce qu’au nord ils ne s’imposent pas, pourquoi ne pas tenter de donner une bonne leçon aux donneurs traditionnels de leçons? Il est temps que les pays en développement s’engagent sur la voie de la lutte contre le changement climatique. Pour les pays du sud, c’est une occasion inespérée de montrer que les causes climatiques ne s’opposent pas aux réalités sociales et de faire mieux que les pays du nord!


Les actus vidéos du 3 au 9 décembre 2018


09/12/2018