Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Le socle démocratique, c'est la société civile, pas le système

L'édito de la semaine


Un vent nouveau souffle sur l’Europe centrale. Après avoir vu arriver au pouvoir en Pologne, en Slovaquie, en Hongrie et aujourd’hui en Serbie des gouvernements aux relents autoritaires et trop souvent anti-européens, nous sommes désormais témoins d’une réaction non pas de l’opposition politique à l’exécutif en place, mais de la base pour ne pas dire du socle, c’est-à-dire de la société civile.


edito_090417.mp3 Edito 090417.mp3  (1.73 Mo)

Il y a des étapes à franchir dans la construction des sociétés démocratiques. La première est évidemment la mise en place d’élections pour placer aux cimes du pouvoir ceux qui pensent être les mieux placés pour représenter leurs électeurs. Passés les premiers enthousiasmes, la population s’aperçoit bien vite que l’esprit civique est un vœu pieux pour ceux qui ont la tête dans les cieux. Il est vrai que les tentations sont grandes et la nature humaine faible. Après les premières déceptions, la société proteste et manifeste son mécontentement dans les deux sens du terme. Il semble que ce soit à ce stade que se trouvent les sociétés centre-européennes;

Nos médias généralistes n’en parlent pas assez mais ça bouge en Serbie, comme cela continue à bouger en Roumanie pour lutter contre la corruption et les abus certains de leur gouvernement en place. Jusqu’à remettre en cause leur légitimité comme c’est le cas à Belgrade après l’élection du Premier ministre sortant Aleksandar Vučić.

La semaine dernière et ce dimanche encore, ça bouge de nouveau à Budapest. Les Hongrois continuent à descendre dans la rue pour protester contre une loi prétexte. En effet, les Premiers ministres Viktor Orban et Vucic n’ont pas que des points communs dans leurs façons de gérer les affaires publiques, ils ont aussi un ennemi commun en la personne de Georges Soros. Et la volonté affirmée de contrôler ou de faire disparaitre l’université d’Europe centrale à Budapest. C’est évidemment cet Américain d’origine juive hongroise, devenu milliardaire en spéculant et animé d'aspirations philanthropiques qui est visé. Parmi ces adjectifs, choissez vous-même celui ou ceux qui énervent le plus ces messieurs qui sont souverainistes quand cela les arrange. Il leur faudra en effet peut-être rabattre leur caquet et l’on verra ainsi les limites de ces politiques du chacun pour soi quand les Américains se déplaceront jusqu’à la Nádor utca de Budapest pour être sûrs que les intérêts de leurs concitoyens ne sont pas menacés. Mais ce n’est pas le sort de Georges Soros qui nous inquiète, c’est surtout celui de la pensée libre, de la critique qui sont en danger et où que nous soyons sur terre, continuellement remises en cause.

La deuxième étape est peut-être celle que nous vivons en France où nous avons enfin compris que les solutions d’un monde plus juste et équitable ne viendront pas de ceux qui confondent pouvoir et profit sous quelque forme que ce soit. Les manifestations, les grèves, les blocages furent une première étape qui malgré les lois protégeant les hommes et les femmes n’ont pas eu les résultats escomptés. Un an après les événements de Nuit debout, la naissance et/ou le développement d’une multitude d’actions, de mouvements citoyens issus de la société civile semble être la réaction la plus saine jamais vue depuis longtemps, face aux doutes des institutions démocratiques. Force a été de constater que les candidats actuels ne s’intéressent absolument pas aux abstentionnistes ni au vote blanc. Pour eux manifestement, être élu par une frange restreinte de la population ne leur pose aucun problème. C’est normal puisque ne compte pour eux encore une fois que le fait d’être élu, d'accéder au pouvoir. Cette éclosion printanière de mouvements civiques est l’aspect le plus sain de cette campagne encore une fois. Certains interpellent les candidats, d’autres ne s’en donnent même pas la peine, ils savent déjà pour l’avoir déjà fait ou en avoir déjà été témoin que cela ne sert à rien.

Dans une société démocratique, c’est le peuple qui est la base. Les sociologues diraient les classes moyennes. C’est tout simplement vous et moi. Les changements viendront de nous si nous arrivons à nous extraire de nos multiples carcans dont la peur et l’argent ne sont pas les moindres composants.

Les actus vidéos du 3 au 9 avril 2017


09/04/2017








Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :