Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

Fin du franc CFA, le Président Macron fait une mise au point


Par Henri OKAIGNE Rédigé le 07/01/2020 (dernière modification le 28/12/2019)

Bientôt les habitants de l'Union monétaire ouest-africaine (UEMOA) et de la Communauté Economique et Monétaire de l'Afrique Centrale (CEMAC) n’utiliseront plus le franc de la Communauté financière en Afrique (CFA). L’annonce a été faite par le président ivoirien Allassane Ouattara en présence de son homologue français Emmanuel Macron. C’était lors d’une conférence de presse tenue conjointement en marge de la visite officielle de ce dernier dans la capitale abidjanaise, le 21 décembre 2019. Y ont assisté les différentes délégations qui les accompagnaient et bon nombre de personnalités venues prendre part à cette cérémonie.


Un aperçu du Franc CFA. (C) Okaigne Henri
Un aperçu du Franc CFA. (C) Okaigne Henri
Il y a peu, des bruits de couloir faisaient état de la fin de l’utilisation du franc CFA. Ils sont devenus une réalité. A en croire la déclaration du Président ivoirien dans son intervention. "Nous devons entreprendre des réformes plus ambitieuses afin de consolider notre dynamisme de croissance, préserver le pouvoir d’achat de nos populations et relever les défis d’un monde en profonde mutation. Avec notamment la création de l’Eco, la monnaie unique de la CEDEAO", a-t-il confirmé.

L’Eco remplacera donc le franc CFA et sera utilisé à terme par plus de 320 millions d’habitants de la Communauté Économique Des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO). Dès 2020, ce sont d’abord les huit pays des Etats de l’UMOA. A eux-seuls, ils ont une croissance annuelle moyenne de 6% à 7% et une inflation maîtrisée à moins de 3%. Ensuite, ils seront rejoints par les sept autres membres de la Communauté Économique et Monétaire de l'Afrique Centrale (CEMAC) et les pays de cet espace qui ont leurs monnaies nationales. De ce fait, pour intégrer l’Eco, tous doivent remplir les critères de convergence. Ces derniers reposent essentiellement sur la création de réserves de change couvrant au moins trois mois d’importations ; un déficit budgétaire inférieur à 3% du PIB ou encore une inflation inférieure à 10%. La nouvelle de la mise en œuvre de cette monnaie a été approuvée de diverses manières. Qu’est-ce que l’Eco ? Qu’en attendent les Africains ?

Qu’est-ce que l’Eco ?

Eco est un mot d’origine gréco-latine "ecos nomias" qui fait allusion à "la gestion de la maison". C’est donc dans l’esprit de cette gestion commune que le nom de la nouvelle monnaie a été donné en remplacement du Franc CFA. En effet, le Franc CFA était une monnaie utilisée par 14 pays d'Afrique de l’ouest (UEMOA) et centrale (CEMAC). Institué en 1945, il reste un vestige de l’époque coloniale dans le cadre d’un accord monétaire passé entre le France et ces pays colonies d’Afrique. Désormais, elle devra céder la place à l’Eco qui se veut davantage un outil de développement. Pour ce faire, le Président ivoirien a précisé que la gestion de cette nouvelle monnaie reviendrait aux Africains. D’où "l’arrêt de la centralisation de 50% des réserves" des pays concernés au Trésor français et le retrait de la France des "instances de gouvernance dans lesquelles elle était présente".

Face à l’Eco, voici les attentes des Africains

Les Africains attendent beaucoup de l’Eco. D’un point de vue idéologique, ils ont toujours interprété et assimilé l’utilisation du CFA à une mise sous tutelle de leurs pays. Un lourd passé colonial qu’ils portent. Le fait de manier une autre monnaie serait une sorte d’expiation de ce fardeau. C’est bien ce constat qu’a fait le Président français : "Le franc CFA cristallise de nombreuses critiques sur la France. Je vois votre jeunesse qui nous reproche une relation qu'elle juge post-coloniale. Donc rompons les amarres" a-t-il précisé. L’arrivée de l’Eco porte donc une dimension symbolique et historique. Ainsi les Africains entendent s’inscrire dans la logique de l’objectif fondamental de la CEDEAO.

En effet l’objectif principal de la CEDEAO est de "promouvoir la coopération et l’intégration dans la perspective d'une Union économique de l'Afrique de l'Ouest en vue d'élever le niveau de vie de ses peuples, de maintenir et d'accroître la stabilité économique, de renforcer les relations entre les Etats Membres et de contribuer au progrès et au développement du continent africain". L’Eco répond donc en partie au besoin de cet objectif. Elle se veut un outil d’intégration. Compte tenu de l’élargissement de la zone d’utilisation de cette nouvelle monnaie, ce sont plus de 320 millions de consommateurs potentiels et un élargissement de la taille du marché qui s’offrent aux Africains de la CEDEAO. Toute chose qui engendrera des coûts plus faibles liés au marché actuel. En somme, l’Eco sera une monnaie au service des Africains et à la création d’emplois. Ce projet de monnaie pourra-t-elle porter toutes les ambitions d’un peuple qui veut s’approprier son histoire financière ?
la_fin_franc_cfa_.m4a La fin franc CFA .m4a  (8.7 Mo)









ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES





Les derniers articles




Recherche

L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        



Facebook