Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

L’assurance dépendance: l’abus de faiblesse légal?


Qu’est-ce que l’assurance dépendance? Où vont les cotisations mensuelles? Est-ce un contrat favorable aux deux parties?


Illustration. Image du domaine public.
Illustration. Image du domaine public.
assurance_dependance.mp3 Assurance dépendance.mp3  (704.28 Ko)

Loin du vendeur d’aspirateurs itinérant cherchant la cible naïve, souvent âgée, les nouveaux "escrocs" sont installés derrière une enseigne rassurante. Leur notoriété permet aux potentiels clients de faire confiance à ces crédits à la consommation et contrats d’assurance censés les aider et les protéger. Mais si ces derniers sont légaux, ils ne sont pas forcément moralement acceptables.

Dans le cadre d’un contrat d’assurance dépendance, l’assuré doit verser à la banque une cotisation mensuelle lui garantissant le versement d’une rente en cas de perte d’autonomie physique et/ou mentale. Un peu comme le principe du viager, on mise sur la mort du client. Mais à l’inverse de la formule immobilière, il y a très peu de chance que l’assuré ne voit un jour cet argent. Dans le cas où l’assuré meurt en étant autonome, tout l’argent versé est acquis par la banque. S’il devient dépendant, sa situation ne sera malheureusement que de courte durée et la banque reste gagnante.

Imaginons que vous souscriviez une assurance à 70 ans: comptez environ 80€ pour une rente de 570€ ((80x12) x15). Vous arrivez à 85 ans avec une dépense de 14.400€ pour votre période de dépendance. S’il vous reste 2 ans à vivre, cela revient au même (570 x 12 x 2). Autrement dit, l’assuré est "gagnant" uniquement s’il devient dépendant et que cette dépendance dure au-delà de deux ans (dans le cadre de cet exemple classique). Si cette formule légale peut plaire à certains, elle n’est pas forcément comprise par la plupart des assurés. Personnes isolées, handicapées, seniors… la plupart des banques se tournent vers une cible plus faible qui fait facilement confiance. L’aspirateur en moins, l’image de marque en plus.

Découvrez prochainement l’enquête complète sur Bel’newz


Vidéo archive au sujet de la multiplication des offres d'assurance dépendance


24/12/2016




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Noël avant l'heure - 14/11/2017

Divorcer sans juge - 29/05/2017

1 2 3 4 5 » ... 16





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :