Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

Les cafés à chats font des émules à Nice


Rédigé le 05/06/2015 (dernière modification le 03/06/2015)

Originaire d'extrême-Orient, le concept du bar ou café à chats s'est considérablement développé ces dernières années dans les pays occidentaux. En France, on compte pas moins d'une dizaine d'établissements de ce type, où les clients peuvent se restaurer en compagnie de félins. Le plus récent vient d'ouvrir cette semaine à Nice.


La Ronronnerie. Photo (c) CdB
La Ronronnerie. Photo (c) CdB
cafes_a_chats.mp3 Cafes_a_chats.mp3  (758.92 Ko)

Une ambiance agréable et déstressante, c'est ce que bon nombre d'actifs recherchent aujourd'hui dans les salons de thé, les cafés et les bars après le travail. Si le bon vieux poste de télé branché sur un match de foot ou une course hippique peut trouver ses adeptes, d'autres gérants ont choisi de se tourner vers une source d'apaisement originale et plébiscitée, la compagnie de chats, dont Cocteau disait qu'ils deviennent peu à peu l'âme d'une maison. L'idée est venue de Taïwan, où le premier établissement de ce type ouvre en 1998, avant de se répandre rapidement au Japon, dont les citadins des grandes métropoles de Tokyo à Osaka seront particulièrement amateurs. Le concept s'est exporté en Europe depuis environ une décennie, d'abord à Vienne, puis à Paris depuis 2012, et maintenant imité par plusieurs grandes villes françaises.


Nice's Cat Café. Photo (c) CdB
Nice's Cat Café. Photo (c) CdB
C'est ainsi que sur la Côte d'Azur, deux cafés à chats ont ouvert leurs portes à Nice, le Nice's Cat Café en automne 2014, et La Ronronnerie au début de cette semaine. Si le premier est affilié à des refuges et propose aux visiteurs des animaux disponibles à l'adoption, le second table sur un concept différent, celui d'offrir aux clients la compagnie de chats de races d'exception pendant qu'ils prennent leur café. Dans tous les cas, les règles sont simples: ne pas nourrir les chats, et garder à l'esprit qu'ils vous accueillent chez eux et non l'inverse. Par conséquent, comme Robertson Davis l'a écrit dans une allégorie au sujet du bonheur, n'essayez pas de les poursuivre pour les cajoler, ils vous fuiront; mais si vous ne vous occupez pas d'eux, ils viendront se frotter contre vos jambes et sauteront sur vos genoux! Ce sera alors l'occasion de contempler leur regard mystérieux, irisé de toutes les couleurs, de caresser leur robe lisse ou frisotée, et de profiter de leur irrésistible ronronnement. Gageons que vous en ressortirez transi de satisfaction, votre fin de journée s'annonçant mieux qu'elle n'avait commencé.









1.Posté par Cédric DE BRINCAT le 18/10/2015 23:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Petites précisions à nuancer après une expérience prolongée de ces établissements niçois: je ne p...  

Nouveau commentaire :

Veuillez respecter la nétiquette.
Nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.

ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES





Les derniers articles




Recherche

L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  



Facebook