Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour



Le Podcast Journal - podcastjournal.net 

Recherche sur ce site avec Google
 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Les maîtres des ciseaux en action au Cameroun


Se trouvant de part et d’autres dans les différents coins de nos marchés, ils sont nombreux ces couturiers qui ont décidé d’exercer en plein air cette activité qui nourrit son homme.


Couturière au travail. Photo prise par l'auteur.
Couturière au travail. Photo prise par l'auteur.
couture.mp3 Couture.mp3  (422.99 Ko)

Après achat d’un vêtement, certains clients ne sont souvent pas satisfaits du rendu sur leur corps. Ayant le choix de ne pas prendre la marchandise en question chez le vendeur, quand le coup de cœur est installé et que même si le rendu n’est pas parfait sur la silhouette, ils ont maintenant cette option de se rendre chez ces stylistes d’un autre genre.

C’est à ce niveau qu’entre en jeu ces couturiers. Secteurs beaucoup sollicités par les clients, les prix sont accessibles à tous. Ils varient entre 100f et 1000f tout dépend du travail à faire. "S’il faut simplement cintrer le vêtement c’est-à-dire juste passé un coup de fil cela coute entre 150 à 300f. mais s’il faut complètement modifier le vêtement le prix est compris entre 500f et plus. Quand tout se passe bien je peux gagner en une journée 3000f", affirme Myriane Zoa. Jean-Pierre Biloa est l’un de ces fidèles client: "Je préfère venir ici faire arranger mon vêtement que d’aller dans ces salons de couture où les prix sont exorbitants et pour rien. Ici le travail est bien fait et à moindre coût".

Bien que rémunératrice, cette activité n’est pas sans risque. La communauté urbaine est leur premier cauchemar. "Ici la communauté urbaine nous empêche de bien faire notre travail. Ils nous disent tout le temps qu’on occupe l’espace. Ils veulent qu’on aille où? C’est ça le véritable problème auquel nous sommes confrontés. Il faut aussi payer l’espace", affirme Marc Bruno. Un autre problème auquel sont confrontés ces couturiers: les intempéries. Avec le début de la saison des pluies ce point est un véritable frein. Éric: "Quand il pleut, j’arrive à peine à faire 2000f de recette; c’est très difficile".

Pour ne pas sombrer dans les griffes du chômage, cette activité bien que contraignante permet aujourd’hui de sortir certains de ces jeunes Camerounais de l’oisiveté; œuvrant ainsi dans une seconde approche de joindre les deux bouts.



24/07/2018




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 18







Retrouvez le Podcast Journal :